Tech & internet

Facebook abandonne son «gênant» projet «LOL» à direction des ados

Temps de lecture : 2 min

«How do you do fellow kids ?»

What People Really Do On Facebook | Glen Carrie via Unsplash CC License by
What People Really Do On Facebook | Glen Carrie via Unsplash CC License by

Facebook n'est pas vraiment le réseau social le plus apprécié des lycéens américains. Des études annoncent régulièrement que le réseau social perd des utilisateurs au profit d'autres applications comme Instagram (qui appartient à Facebook), Snapchat ou TikTok.

Pour y remédier, Facebook tente des choses. Au milieu du mois de janvier, TechCrunch révélait que «Facebook travaille depuis des mois sur LOL, un flux spécial de vidéos marrantes, et de GIFs. Il est divisé en catégories comme "Pour vous", "Animaux", "Fails", "Pranks" and plus tirés du fil d'actualités de certaines des plus grosses pages de mèmes de Facebook».

Petit problème sentait-on alors venir: «Selon des sources familières avec le design de LOL, c'est gênant, comme si Facebook essayait de faire jeune et cool. Le contenu trouvé dans LOL date parfois de plusieurs semaines, et les ados visés, obsédés par les mèmes, les auront donc peut-être déjà vus.» Tout l'état d'esprit de LOL était alors résumé dans ce mème de TechCrunch mélangeant le «How Do You Do Fellow Kids» avec la tête de Mark Zuckerberg.

Très chers ados

Trois semaines après ces révélations, Facebook a préféré se débarrasser de LOL. Selon Recode, LOL fait partie des projets sur lesquels travaillait «l'équipe jeunesse» et qui vont être abandonnés. «LOL n'a jamais pris. Facebook le décrivait il y a quelques semaines comme un "test à petite échelle" et selon TechCrunch, LOL ne comptait qu'une centaine d'utilisateurs bêta», poursuit le site spécialisé. À la place, une grande partie va être redéployée vers Messenger Kids, l'application de messagerie pour enfants de Facebook, déjà largement critiquée.

Si Facebook tient tant à toucher les ados, ce n'est pas pour rien, rappelle Recode, puisqu'ils «constituent un groupe démographique cher au cœur des annonceurs, et un groupe généralement vanté pour ses capacités à identifier la nouvelle grande idée». Or, rappelle le Daily Dot, «le géant des réseaux sociaux a du mal à intéresser les jeunes utilisateurs alors que dans le même temps des nombreuses controverses et une compétition exacerbée les a éloignés du site. Malgré ses échecs répétés, Facebook est déterminé à retrouver sa gloire passée».

Ne reste plus qu'à espérer cette fois-ci, que Facebook ne se mette pas à payer des ados pour pouvoir fouiller dans leur téléphone et essayer de trouver ce qui pourrait les intéresser.

Slate.fr

Newsletters

Cent dollars pour aller manifester, merci Uber

Cent dollars pour aller manifester, merci Uber

En Californie, les personnes travaillant pour Uber et Lyft ont été payées pour aller protester contre une loi sur le salariat.

Google peut-il aider à réduire le taux de suicide chez les jeunes LGBT+?

Google peut-il aider à réduire le taux de suicide chez les jeunes LGBT+?

La firme américaine est en train de développer des outils dans ce but.

Ce robot bat les pros au poker, et c'est une révolution en matière d'IA

Ce robot bat les pros au poker, et c'est une révolution en matière d'IA

Encore un joli coup pour Facebook.

Newsletters