Parents & enfants

Aux États-Unis, les enfants parlent comme Peppa Pig

Temps de lecture : 2 min

Comment réagiriez-vous si votre enfant grognait après avoir parlé?

Peppa Pig et les enfants sont copains comme cochons. | Ben White via Unsplash
Peppa Pig et les enfants sont copains comme cochons. | Ben White via Unsplash

Peppa Pig est un dessin animé qui raconte les aventures d’une petite truie, entourée de sa Maman Cochon, de son Papa Cochon et de George, son frère. La série pour enfants est un succès: elle a remporté en 2005, dans la catégorie «Meilleure animation préscolaire», un British Academy Television Award. Jusque-là rien d’anormal.

Sauf que le triomphe de Peppa Pig aux États-Unis est d’une telle ampleur que les enfants adoptent les mimiques de la famille Cochon. Les personnages ont un accent britannique bien prononcé, et grognent à chaque fin de phrase. «Ma fille m’appelle “Mummy”, et grouine comme Peppa dès qu’elle a fini de parler», confie Danielle Cooper, une maman originaire de Virginie, au Romper.

La fille de Danielle, âgée de 2 ans, n’est pas la seule à s’être «peppatisée» après avoir visionné le cartoon. Plusieurs parents américains racontent ainsi que leurs enfants ont développé un accent britannique, sortant des «baked beans boom!» (une expression de la série), et grognant après une prise de parole. Cocasse.

Un mimétisme dans l'ordre des choses

La copie de l’élocution et de la gestuelle de la famille Cochon n’a cependant rien de nouveau. Depuis 2011, des tweets de parents témoignent des sorties incongrues de leur progéniture: «Ce moment où tu réalises que ton enfant a un accent britannique à force de trop regarder Peppa Pig» ou encore «Mon cousin de 3 ans a un accent britannique à force de regarder Peppa Pig et je suis jalouse».

Les observations anecdotiques de ces parents sont dans l’ordre des choses. Si les enfants parlent de manière fluide aussi bien l’anglais américain que «l’anglais Peppa», c’est qu’ils ne réalisent pas encore que les deux sont différents. Une étude de la British Psychological Society a montré que les enfants de 5 à 6 ans n’étaient pas en mesure de distinguer les divers accents d'une même langue.

Les parents ne sont pas touchés par le phénomène: «Les adultes ont moins de neuroplasticité pour adopter un accent», explique Roberto Rey Agudo, directeur du programme linguistique du département d'espagnol et de portugais de Dartmouth College. Et heureusement, car si les adultes se mettent à discuter dans la rue en parlant comme Pablo Escobar après un week-end devant Narcos, pas certain que ce soit aussi mignon.

Slate.fr

Newsletters

Orbán veut repeupler la Hongrie pour sauver l’Europe chrétienne

Orbán veut repeupler la Hongrie pour sauver l’Europe chrétienne

Les mesures natalistes annoncées réduisent les femmes à leur fonction procréatrice et installent les bébés en instruments de sa politique anti-migrants.

La grossophobie creuse le sillon de l'anorexie

La grossophobie creuse le sillon de l'anorexie

L’apologie constante de la minceur pose plus de problèmes de santé aux enfants que l’obésité.

L’information ne fera pas changer les anti-vaccins d’avis

L’information ne fera pas changer les anti-vaccins d’avis

Les valeurs et émotions des parents peuvent expliquer en partie la réticence de certains à faire vacciner leurs enfants.

Newsletters