Tech & internet

YouTube pourrait supprimer les dislikes

Temps de lecture : 2 min

La plateforme veut limiter le spam du bouton "J'aime pas".

Ces solutions n'ont pour l'instant été que "légèrement discutées" | Christian Wieidiger via Unsplash CC License by
Ces solutions n'ont pour l'instant été que "légèrement discutées" | Christian Wieidiger via Unsplash CC License by

Depuis sa création en 2005, l’une des caractéristiques de YouTube est son système de likes/dislikes. Au départ, une barre scindée entre «pouces verts» et «pouces rouges» indiquait la popularité d’une vidéo. Jugés trop négatifs, les pouces rouges ont disparu au profit d’une barre verte dont la taille varie selon le ratio like/dislike. Barre verte devenue bleue.

Malgré ces changements, YouTube reste vulnérable à ce qu’elle appelle les «dislike mobs», des hordes de troll qui s’organisent pour aller disliker en masse une vidéo, souvent sans la regarder. C’est ce qui s’est passé, par exemple, en décembre 2018, lorsque le Rewind de YouTube est devenu la vidéo la plus détestée de l’histoire de la plateforme.

Inoffensive sur une vidéo comme le Rewind, cette stratégie de «dislike mob» peut avoir plus de conséquences sur des petites chaines: après un très grand nombre de dislike, le tout-puissant algorithme de recommandation va de moins en moins pousser la vidéo aux autres internautes.

La plateforme a donc posté une vidéo où Tom Leung, un directeur de management de projets chez YouTube, détaille les options discutées en interne. Une solution serait de ne pas les afficher par défaut et de laisser le choix au youtuber ou à la youtubeuse de les rétablir ou non. L’inconvénient est que les likes disparaitraient aussi.

Solutions radicales

Une autre solution serait de demander à chaque personne qui dislike une vidéo pourquoi elle a choisi de le faire. Plusieurs réponses seraient proposées et l’internaute devrait cocher une case comme «ça ne m’interesse pas», «je ne suis pas d’accord», «je n’aime pas cette chaine» etc…

Cela permettrait non seulement de fournir des informations au youtuber concerné mais aussi rendre le dislike moins simple qu’un seul clic et donc potentiellement de rendre mois facile les dislikes de masse. Toutefois, Leung estime que la solution compliquée à mettre en place.

Plus surprenant, Leung affirme que YouTube considère l’idée de laisser les likes mais de ne plus afficher le nombre de dislikes, voire de supprimer totalement la possibilité de disliker. Il nuance toutefois en estimant que ce ne «serait pas très démocratique». C’est pourtant ce qui a existé sur Facebook pendant des années.

Toutes ces options n’ont pour l’instant été que «légèrement discutées» et Tom Leung insiste sur le fait que si aucune n’est satisfaisante, le système en place le restera jusqu’à trouver une meilleure idée.

Newsletters

De la Bretagne à la Savoie, Instagram est la terre promise des mèmes régionaux

De la Bretagne à la Savoie, Instagram est la terre promise des mèmes régionaux

Le meilleur repaire des blagues entre patelins n'est plus le PMU, mais Instagram. Les mèmes régionaux y fleurissent et donnent aux querelles de clochers un côté cool.

Le safari aux influenceurs à Webedia commence à les agacer

Le safari aux influenceurs à Webedia commence à les agacer

Attendus quotidiennement devant chez eux ou leurs studios par des fans toujours plus jeunes, les nouvelles stars de YouTube sortent du silence pour évoquer un phénomène largement amplifié par les réseaux sociaux.

Clubhouse va-t-il bouleverser les règles de l'influence?

Clubhouse va-t-il bouleverser les règles de l'influence?

Personnalités politiques, marques et médias tentent de s'installer sur ce réseau social, non sans difficultés. Exit l'image et les faux-semblants, ici tout se veut authentique.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters