Monde

George Bush: «Je vous manque, là?»

Temps de lecture : 2 min

Cela fait un peu plus d'un an que George W. Bush n'est plus président des Etats-Unis. Son héritage: deux guerres, une crise financière, Guantanamo Bay... Et pourtant, certains sont déjà nostalgiques des années Bush.

Un mystérieux panneau publicitaire près de Minneapolis avec le visage souriant du 43e président américain avec l'inscription «Miss me yet?» (Je vous manque là?) a tenu en haleine les médias américains pendant quelques jours. Personne en effet n'a revendiqué le panneau. Qui a bien pu payer pour une telle publicité? Est-ce une blague?

Plusieurs personnes à travers les Etats-Unis ont essayé de se faire passer pour les commanditaires du panneau, mais c'est finalement un journaliste de la radio locale qui en a découvert l'origine: il s'agit d'un groupe de dirigeants de PME qui ont l'impression que Washington est contre eux, et qui ont préféré ne pas revendiquer le panneau.

«Ils ont vraiment l'air de gens marrants, ironise dans un blog le Guardian. Et au cas où certains ne seraient pas sûrs de la réponse à la question «Je vous manque là?», c'est: non [...]. Rappeler George Bush au souvenir des électeurs ne peut qu'aider les démocrates.»

[Lire l'article complet sur Minnesota Public Radio]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: George W. Bush Reuters

Newsletters

Des hackers révèlent les données personnelles d'un millier d'officiers biélorusses

Des hackers révèlent les données personnelles d'un millier d'officiers biélorusses

Les militant·es anti-Lukashenko estiment que les forces de l'ordre ne doivent plus être anonymes.

Ces personnes blanches qui se prétendent noires (ou la tentation d'être l'opprimé)

Ces personnes blanches qui se prétendent noires (ou la tentation d'être l'opprimé)

L'histoire d'une professeure américaine blanche qui a fait semblant d'être noire pendant des années révèle les écueils d'un certain identitarisme.

Un prof américain suspendu à cause d'un mot chinois ressemblant à «nègre»

Un prof américain suspendu à cause d'un mot chinois ressemblant à «nègre»

L'université de Californie du Sud a suspendu un professeur de management qui a prononcé un mot en chinois - «ne-ga» - jugé trop proche du mot nègre en anglais.

Newsletters