Tech & internet

Il existe un marché noir pour comptes Instagram

Temps de lecture : 2 min

Des petits malins peuvent gagner jusqu'à quatre fois leur mise en trafiquant des comptes bidons.

Légende | Luke van Zyl via Unsplash CC License by
Légende | Luke van Zyl via Unsplash CC License by

Les followers Instagram sont une denrée précieuse. Plus un compte dispose d'abonnés, plus des marques sont prêtes à payer cher pour un placement de produit. Et comme toute denrée précieuse, il existe deux manières des les acquérir. À la régulière, en essayant de les agréger petit à petit, ou en les achetant au marché noir.

Car une particularité d’Instagram, comparé à YouTube par exemple, est qu’il n’y a pas forcément besoin d’être créatif et encore moins original pour engranger les followers. D’innombrables comptes postent tous les jours des photos de paysages ou de célébrités, qui ne leur appartiennent pas mais qui, publiées à intervalles réguliers et avec les bons hashtags, permettent d’accumuler des centaines de milliers d'abonnements.

Ces comptes, appelés «niche accounts», sont les plus échangés sur le marché noir du réseau social. N’importe qui peut aller acheter un profil qui poste des photos de musculation et s’en servir pour vendre de la pub à une marque de protéines en poudre.

Infraction aux conditions d'utilisation

Les conditions d’utilisation de la plateforme interdisent de telles transactions en précisant que «vous ne devez pas essayer d’acheter, de vendre ou de transférer des éléments de votre compte (y compris votre nom d’utilisateur)». Cela n’empêche pas les apprentis trader d’opérer au grand jour. Le compte fashions__ootd par exemple, qui totalise 83.000 followers, mentionne «compte à vendre» directement dans sa bio.

D’autres transactions s’opèrent de manière plus cachée mais pas besoins de s’aventurer dans le darknet pour les trouver. Sur un groupe Facebook appelé «Buy, Sell, Exchange», 4.000 personnes s’échangent mots de passes et identifiants pour des sommes allant d’une vingtaine à plusieurs milliers d’euros. Il existe même des plateformes spécialisées, comme toofame.com, qui promet des «vrais followers organiques».

La bulle Insta

Qui trafique sur Instagram? Un peu tout le monde. Interrogé par Vox, Ilham Noor Habibie, un étudiant indonésien, estime avoir gagné 700 dollars en un an à coté de ses études. Thor Aarsand, un jeune Norvégien, assure qu’il pouvait acheter des comptes 500 dollars et les revendre le quadruple.

Toutefois, réfléchissez à deux fois avant de tenter de devenir un influencer à succès. Selon Chris Gonzalez, le chef du marketing d’une agence spécialisée, ce marché sous-terrain est une bulle financière: «Il n’y a simplement pas assez de contrats de contenu sponsorisé. Une grande partie de l’argent qui transite sur ce marché y est réinjecté».

Autrement dit, une fois un compte acheté, il vaut mieux augmenter son nombre de followers puis le revendre, plutôt que de chercher à le rendre rentable. Et pas de chance pour celui qui a acheté le compte au moment ou Instagram décide de le supprimer pour ne pas avoir respecté ses conditions d'utilisation.

Barthélemy Dont

Newsletters

Selon des experts, l'utilisation d’armes imprimés en 3D à Halle doit servir d'avertissement pour les autorités

Selon des experts, l'utilisation d’armes imprimés en 3D à Halle doit servir d'avertissement pour les autorités

Dans un message, le terroriste a écrit que pour ceux qui vivent dans un pays sans arme, cela «peut présenter un intérêt. Tout ce dont vous avez besoin est d’un weekend entier et de 50$ de matériels».

En lutte contre les fakes news, Facebook refuse de supprimer une pub de Donald Trump qui en contient une

En lutte contre les fakes news, Facebook refuse de supprimer une pub de Donald Trump qui en contient une

Donald Trump a versé 14 millions de dollars de publicités à la plateforme.

La mission de ces coureurs new-yorkais: s'incruster sur des photos de mariage

La mission de ces coureurs new-yorkais: s'incruster sur des photos de mariage

Bons joueurs, la plupart des couples acceptent de poser aux côtés des Wedding Hashers.

Newsletters