Monde

L'Ouzbékistan légalise les études de sciences politiques

Temps de lecture : 2 min

Les cours de sciences politiques avaient été interdits en 2015 par le régime autoritaire d'Islam Karimov.

Tachkent, la capitale de l'Ouzbékistan | JORI AVLIS via Flickr CC License by
Tachkent, la capitale de l'Ouzbékistan | JORI AVLIS via Flickr CC License by

Le président ouzbèque Shavkat Mirziyoyev a promulgué un décret qui légalise l'étude des sciences politiques à l'université, après quatre ans d'interdiction. En 2015, le gouvernement d'Islam Karimov, qui a dirigé le pays pendant vingt-sept ans et était régulièrement réélu avec plus de 90% des voix, avait en effet interdit l'enseignement des sciences politiques. Selon le ministre de l'Éducation de l'époque, la discipline était une «pseudo-science occidentale» incapable de prendre en compte le modèle politique ouzbèque.

Le nouveau président Mirziyoyev semble avoir changé d'avis: son décret explique que la recherche en science politique peut servir à guider les politiques publiques.

Depuis son arrivée au pouvoir en 2016, Mirziyoyev s'est débarassé d'autres lois étranges mises en place par Karimov, qui avait fait interdire le billard et le maquillage aux couleurs des équipes de foot dans les stades.

En règle générale, il semble déterminé à ce que l'État ouzbèque soit moins répressif que pendant le règne de son prédecesseur. En deux ans au pouvoir, il a limogé les principaux dirigeants de la police secrète (connue pour avoir torturé des opposants), a libéré des prisonniers politiques, et limité l'utilisation du travail forcé dans les champs de coton. Étant donné que Mirziyoyev a longtemps été premier ministre dans le gouvernement de Karimov, il semblait voué à continuer les politiques de son prédecesseur, et sa volonté de réforme est donc considérée comme une bonne surprise.

Newsletters

Le calvaire d’une journaliste philippine en dit long sur l'état démocratique du pays asiatique

Le calvaire d’une journaliste philippine en dit long sur l'état démocratique du pays asiatique

L’expérimentée Maria Ressa est une cible dans le pays d’Asie du Sud-Est. Elle est visée par dix mandats d’arrêt et est victime de torrents de haine misogyne et de menaces de viol ou de mort.

L’Union américaine pour les libertés civiles accusée de «racisme systémique»

L’Union américaine pour les libertés civiles accusée de «racisme systémique»

L’ACLU défend les droits de l’homme aux USA et ses actions ont parfois changé le droit constitutionnel américain. Mais un ancien directeur clame avoir été licencié pour avoir dénoncé le racisme interne dans l’organisation.

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 5 au 11 juin 2021

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 5 au 11 juin 2021

Victoire de la judokate Clarisse Agbegnenou aux Championnats du monde, sécheresse en Californie et émoi après la découverte des ossements de 215 enfants autochtones au Canada... La semaine du 5 au 11 juin 2021 en images.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio