Monde

L'Ouzbékistan légalise les études de sciences politiques

Temps de lecture : 2 min

Les cours de sciences politiques avaient été interdits en 2015 par le régime autoritaire d'Islam Karimov.

Tachkent, la capitale de l'Ouzbékistan | JORI AVLIS via Flickr CC License by
Tachkent, la capitale de l'Ouzbékistan | JORI AVLIS via Flickr CC License by

Le président ouzbèque Shavkat Mirziyoyev a promulgué un décret qui légalise l'étude des sciences politiques à l'université, après quatre ans d'interdiction. En 2015, le gouvernement d'Islam Karimov, qui a dirigé le pays pendant vingt-sept ans et était régulièrement réélu avec plus de 90% des voix, avait en effet interdit l'enseignement des sciences politiques. Selon le ministre de l'Éducation de l'époque, la discipline était une «pseudo-science occidentale» incapable de prendre en compte le modèle politique ouzbèque.

Le nouveau président Mirziyoyev semble avoir changé d'avis: son décret explique que la recherche en science politique peut servir à guider les politiques publiques.

Depuis son arrivée au pouvoir en 2016, Mirziyoyev s'est débarassé d'autres lois étranges mises en place par Karimov, qui avait fait interdire le billard et le maquillage aux couleurs des équipes de foot dans les stades.

En règle générale, il semble déterminé à ce que l'État ouzbèque soit moins répressif que pendant le règne de son prédecesseur. En deux ans au pouvoir, il a limogé les principaux dirigeants de la police secrète (connue pour avoir torturé des opposants), a libéré des prisonniers politiques, et limité l'utilisation du travail forcé dans les champs de coton. Étant donné que Mirziyoyev a longtemps été premier ministre dans le gouvernement de Karimov, il semblait voué à continuer les politiques de son prédecesseur, et sa volonté de réforme est donc considérée comme une bonne surprise.

Slate.fr

Newsletters

Dans le Massachusetts, une proposition de loi pour criminaliser le mot «salope»

Dans le Massachusetts, une proposition de loi pour criminaliser le mot «salope»

Un député de Boston propose d'ajouter l'utilisation du mot «bitch» à la liste de délits de trouble à l'ordre public.

En Californie, les tensions entre sans-abri et résidents s'accentuent

En Californie, les tensions entre sans-abri et résidents s'accentuent

Campements, seringues et misère humaine mettent à l'épreuve la tolérance et la compassion en Californie.

Infos

Infos

Newsletters