Monde

Une intervention militaire américaine au Venezuela serait catastrophique

Temps de lecture : 5 min

Nous assistons à un alignement des forces similaire à celui que nous avons vu au Moyen-Orient. Et ce n’est pas bon signe.

Graffitis à Caracas, la capitale vénézuélienne, le 29 janvier 2019 | Juan Barreto / AFP
Graffitis à Caracas, la capitale vénézuélienne, le 29 janvier 2019 | Juan Barreto / AFP

Dimanche 27 janvier, l’animateur de radio américain conservateur Hugh Hewitt a déclaré dans l’émission télévisée «Meet the Press» qu’une bonne petite guerre au Venezuela pourrait avoir le mérite de «rapprocher le peuple américain» –une remarque qui serait risible si Donald Trump n’avait pas songé à y envoyer des troupes dès le début de son mandat, et encore pas plus tard qu’il y a deux semaines.

Certes, le Venezuela est à n’en pas douter un candidat idéal pour ce que les États-Unis qualifiaient autrefois d’«intervention humanitaire». Ces cinq dernières années, sous le régime corrompu et répressif de son président frauduleusement élu Nicolas Maduro, le Venezuela –jadis l’un des pays les plus prospères d’Amérique du Sud– a sombré dans la misère: son économie a diminué de moitié, l’inflation approche du million de pourcents, les soins médicaux et autres services se sont effondrés, les produits alimentaires deviennent difficiles à trouver, les neuf dixièmes de la population sont appauvris et beaucoup ont fui vers les pays voisins (de deux à quatre millions de personnes, selon les estimations).

Trump a fait monter la pression la semaine dernière en reconnaissant officiellement Juan Guaido, président démocratiquement élu de l’Assemblée nationale du Venezuela et leader du mouvement anti-Maduro, comme président par intérim du pays. Geste inhabituel de la part d’un gouvernement peu enclin à consulter ses alliés, le secrétaire d’État Mike Pompeo a persuadé les leaders d’autres pays de l’hémisphère —parmi lesquels le Canada, le Brésil, le Pérou et la Colombie– de le suivre.

Et maintenant?

Un petit air de guerre froide

Les militaires hautement gradés du pays soutiennent encore Maduro –qui, cela n’étonnera personne, se montre très généreux avec eux pour les récompenser de leur fidélité. Celui-ci bénéficie également du soutien de Vladimir Poutine, qui a déclaré que la reconnaissance de Guaido était un acte «destructeur» d’ingérence étrangère «allant effrontément à l’encontre des normes fondamentales du droit international». La Chine, la Turquie et l’Iran ont rejoint Poutine dans son soutien au statu quo.

Nous voyons donc un alignement des forces semblable à celui que nous avons vu au Moyen-Orient, mais reproduit dans l’hémisphère occidental. Les motivations de politique intérieure à l’origine de la décision de Trump donnent également un petit air de guerre froide à l’ensemble.

Le New York Times a rapporté samedi 26 janvier que c’est le sénateur républicain de Floride Marco Rubio qui a été la principale force de ralliement des autres personnalités politiques pour demander à Trump d'agir face à la situation chaotique au Venezuela. Rubio, dont l'État compte de nombreuses personnes exilées de Cuba, était également à la tête des appels en faveur d’une pression accrue du gouvernement américain sur le régime castriste avant –mais aussi, dans une certaine mesure, depuis– l’ouverture des relations diplomatiques avec l'île par Barack Obama.

Shannon O’Neil, spécialiste en chef de l’Amérique latine au Council on Foreign Relations, a remarqué dans un e-mail les «parallèles frappants» qu’il est possible d’établir entre les mouvements contre Castro et les mouvements actuels contre Maduro: «Mêmes types d’acteurs, mêmes types d'approches.»

Le spectre d'une guerre civile

Même si certains pays voisins ont suivi Trump dans sa reconnaissance des chefs de l’opposition, il est néanmoins peu probable qu’un seul d’entre eux accepte de soutenir ou, pire encore, de prendre part à une intervention militaire. Le spectacle des troupes américaines sur le sol vénézuélien raviverait trop de souvenirs douloureux de l’«impérialisme yankee» et risquerait de rapporter des soutiens à Maduro.

Admettons que l’armée américaine puisse évincer Nicolas Maduro du pouvoir. Caracas, la capitale vénézuélienne, est postée sur la côte nord du pays. Si Trump ordonnait au Pentagone d’organiser une attaque, on pourrait imaginer des navires de guerre déployés dans la mer des Caraïbes, afin de lancer des frappes aériennes contre les bases de commandement et de contrôle de Maduro et de faire débarquer des soldats sur les côtes du pays.

Mais ce ne serait certainement que la première étape d’une longue occupation. Le Venezuela est un grand pays: deux fois plus grand que l’Irak, et à peine moins peuplé.

Imaginons qu’une grande partie de l’état-major vénézuélien puisse être attiré par l’opposition –Juan Guaido s’est entretenu avec certains officiers, et l’attaché militaire vénézuélien en poste à Washington a récemment déclaré ne plus reconnaître Maduro comme président. Le reste de l’armée pourrait très bien rester fidèle à Maduro.

Nous entrerions alors dans une guerre civile que les États-Unis auraient, en grande partie, déclenchée. Et c’est sans compter les 1,6 million de membres d’une milice civile armée, dont les dirigeants pro-Maduro se disent prêts à repousser toute «force d’invasion impérialiste».

Des alternatives plus judicieuses

Pour faire court, la guerre n’est pas la bonne option. D'autant que les États-Unis ont plusieurs autres plans d'action à leur disposition. Multiplier les sanctions contre Maduro et son entourage pourrait donner des résultats. Éloigner les militaires du pouvoir, et même offrir aux officiers principaux de meilleures situations sous la nouvelle présidence, ferait sans doute vaciller le régime actuel.

Il pourrait également être utile d’avoir recours à la diplomatie, notamment en discutant avec la Russie, la Chine et la Turquie. Aucun des dirigeants de ces pays n’a d’intérêt vital à soutenir Maduro, et il est peu probable qu’ils souhaitent entrer en conflit avec les États-Unis dans l’hémisphère occidental uniquement pour le maintenir au pouvoir. Ian Bremmer, président de l’Eurasia Group, cite un «haut fonctionnaire canadien» qui, après s’être entretenu avec le Kremlin, a déclaré que les Russes étaient en train de «chercher une résidence à Cuba pour Maduro».

Quelle que soit la décision de Trump –vu qu’il semble vraiment décidé à agir–, il est important qu’il ne suive pas son mode opératoire favori, qui consiste à mettre les pieds dans le plat, faire sauter quelques trucs, se déclarer vainqueur et repartir aussi sec.

Le Venezuela est en plein chaos, et même si l’éviction de Maduro se faisait dans un certain calme –par exemple, si les Russes lui trouvaient une résidence à Cuba–, le pays risquerait de sombrer encore plus. Il va bien falloir rétablir les services et la stabilité, et s’occuper des milices armées. Il sera nécessaire d'apporter de l’aide et de l’expertise aux ministères de Caracas, et de créer des zones protégées pour les millions de personnes exilées.

La tragédie du Venezuela est loin d’être achevée. La réparation du pays exigera un effort prolongé de la part de nombreux organismes qui y auront plus d’intérêt que le gouvernement américain et se montreront bien plus talentueux pour le faire. Trump ferait mieux de faire profil bas. Mais il n’est pas certain qu’il en soit capable.

Fred Kaplan Journaliste

Newsletters

Docteur américain échange opioïdes contre argent ou rapport sexuel

Docteur américain échange opioïdes contre argent ou rapport sexuel

Aux États-Unis, plus de soixante professionnel·les de la santé ont été arrêté·es pour prescription illégale d'antidouleurs.

Le rapport Mueller confirme que la porte-parole de Trump est une menteuse

Le rapport Mueller confirme que la porte-parole de Trump est une menteuse

Sarah Sanders a avoué avoir inventé de fausses informations sur le limogeage de l'ancien directeur du FBI, James Comey.

Andrew Yang, le candidat geek qui veut convertir les États-Unis au revenu universel

Andrew Yang, le candidat geek qui veut convertir les États-Unis au revenu universel

Il n’est pas le plus connu des Démocrates qui briguent la présidence, mais le businessman est sans doute le plus original.

Newsletters