Culture

Auriez-vous aimé vous marier à la Viking?

Temps de lecture : 3 min

Il s’agissait d’un festin très arrosé (mais pas que).

Thor déguisé en mariée et Loki en demoiselle d'honneur | Carl Larsson via Wikimedia Commons
Thor déguisé en mariée et Loki en demoiselle d'honneur | Carl Larsson via Wikimedia Commons

Cet article est publié en partenariat avec Quora, plateforme sur laquelle les internautes peuvent poser des questions et où d'autres, spécialistes du sujet, leur répondent.

La question du jour: «Quelles sont les traditions de mariage chez les Vikings?»

La réponse de Ben Waggoner, étudiant en histoire des Vikings, qui traduit des sagas en vieux norrois pendant son temps libre:

En vieux norrois, «organiser un mariage» ou «célébrer un mariage» se dit drekka brullaup, littéralement «boire le mariage». Ce qui est très révélateur des traditions de mariage chez les Vikings.

La partie compliquée du mariage dans la société norroise était le processus de fiançailles. La famille de la mariée et la famille du marié devaient parfois engager des négociations complexes, avec des responsables locaux qui jouaient le rôle d’intermédiaires. La dot de la future mariée (la heimanfylgja, littéralement «ce qui [la] suit depuis la maison») et la contribution du futur marié au foyer (le mundr) devaient être négociées, et un mariage n’était pas valide si la famille de la mariée n’avait pas reçu de mundr. Ainsi, l’expression kaupa mey mundi, qui désigne le fait de contracter un mariage, signifie littéralement «acheter une jeune fille au prix d’une fiancée». Cela pouvait se révéler dangereux… Dans Gísla saga Súrssonar [La saga de Gísli Súrsson], le personnage éponyme Gisli Sursson a peu d’estime pour les deux premiers prétendants de sa sœur et décide donc de les tuer (bon, pour le premier c’était parce que son père n’arrêtait pas de lui demander de le faire).

Le consentement de la femme n’était pas absolument nécessaire, même si les sagas montrent que c’était quand même une bonne idée de lui faire accepter le mariage à l’avance. Mais si le mariage ne marchait pas, il était assez facile d’obtenir le divorce, et la femme conservait à la fois la heimanfylgja et le mundr. L’homme pouvait utiliser la heimanfylgja pendant la durée du mariage, mais il ne pouvait pas l’écouler.

La famille au-dessus de tout

Les descriptions de la cérémonie elle-même révèlent qu’il s’agissait d’un festin très arrosé. La mariée était installée et amenée sur un banc spécial, on confirmait de façon publique que les contrats passés entre les familles étaient légaux et corrects, on buvait encore, la mariée et le marié étaient emmenés au lit et on buvait encore. Un poème, le Thrymskvida, indique qu’à un moment de la soirée, une masse était apportée et déposée sur les genoux de la mariée pour consacrer le mariage. Cela semble être le seul aspect «religieux» de la célébration et on n’en trouve mention dans aucune autre source que je connaisse.

Si tout cela ne vous semble pas romantique pour un sou, gardez à l’esprit que dans la société norroise, la principale unité économique était la famille. Beaucoup d’entre vous qui lisez ceci quittent leur foyer tous les jours et se rendent à un travail avec beaucoup de gens avec qui ils n’ont pas de lien. Ce n’était pas le cas dans la Scandinavie antique: une famille vivant dans une ferme devait produire presque toute sa nourriture, ses vêtements, ses outils, son abri, etc. Elle en consommait la majorité et stockait ou vendait le surplus. Ainsi, d’une certaine manière, la femme dirigeait une petite entreprise.

Dans la société norroise, on se mariait puis, idéalement, on tombait amoureux

C’est pourquoi les négociations pouvaient durer aussi longtemps et coûter aussi cher. Le couple aurait besoin de ressources, et les deux familles devaient contribuer et avaient intérêt à veiller à ce que le couple soit capable de subvenir à ses besoins. De plus, les familles liées par le mariage devaient se soutenir mutuellement, y compris en cas de conflit. Par exemple, si Thorstein voulait épouser Freydis, mais que le cousin issu de germain de Freydis, Vigfus, était en conflit avec Ofeig, le grand-oncle de Thorstein, et menaçait d’incendier sa maison, les négociations sur le mariage risquaient d’être particulièrement compliquées.

Les couples mariés s’aimaient-ils? Souvent, oui, mais leur amour s’épanouissait généralement après le mariage. Beaucoup de sagas décrivent un couple fraîchement marié avec des phrases comme tókust upp ástir með þeim, littéralement «l’amour commença entre eux», c’est-à-dire «ils commencèrent à s’aimer». Dans la société occidentale actuelle, les couples commencent par tomber amoureux et, si tout se passe bien, se marient. Dans la société norroise, on se mariait puis, idéalement, on tombait amoureux. Cela ne signifie pas que les mariages d’amour n’existaient pas: un homme pouvait tomber amoureux d’une femme, puis demander sa main à sa famille ou demander à ses soutiens de demander sa main à sa place.

C’est justement ce qu’avait fait le redoutable Viking Egil Skallagrímsson (dans le chapitre 56 de la traduction de la saga d’Egill de l’Icelandic Saga Database). Mais les mariages ne commençaient pas nécessairement par un coup de foudre mutuel et plusieurs sagas racontent comment des passions ont mené à des désastres.

Quora

Newsletters

Dans «Crépuscule», Juan Branco entremêle le vrai, le faux et l'invérifiable

Dans «Crépuscule», Juan Branco entremêle le vrai, le faux et l'invérifiable

L’auteur livre une cartographie intéressante des réseaux de pouvoir en France, mais semble s'arranger avec la vérité.

«Un tramway à Jérusalem» en route vers l'utopie nécessaire

«Un tramway à Jérusalem» en route vers l'utopie nécessaire

Amos Gitaï assemble des situations à bord du transport en commun pour composer avec humour et émotion l'esquisse d'une appartenance collective à un monde que tout divise.

Les deux tendances déplorables de la critique aujourd'hui

Les deux tendances déplorables de la critique aujourd'hui

Pourquoi vouloir tout comparer et classer, comme si les critères de jugement étaient systématiquement identiques d'une œuvre à l'autre?

Newsletters