Sciences / Culture

Le regard de La Joconde n'a rien de magique

Temps de lecture : 2 min

L'effet «Mona Lisa» existe réellement, mais pas dans la célèbre peinture de Léonard de Vinci.

 You're talking to me?  | sarowen via Flickr CC License by
You're talking to me? | sarowen via Flickr CC License by

Avez-vous déjà eu l'impression qu'une photographie ou une peinture vous dévisageait? Le phénomène n'a rien de surnaturel: si un personne prise en photo ou représentée dans un portrait réaliste fixe l'objectif ou l'artiste, notre cerveau nous donne l'impression d'être suivi par son regard, quelle que soit notre position par rapport à l'image. En psychologie de la perception, cette illusion est souvent qualifiée d' «effet Mona Lisa» et est l'une des manifestations de notre excellente aptitude (à quelques exceptions près, comme certaines personnes autistes, par exemple) à détecter si quelqu'un nous regarde ou non.

Ironie de la science, Gernot Horstmann et Sebastian Loth, deux chercheurs en psychologie cognitive de l'université de Bielefeld (Allemagne) viennent de démontrer que si cet effet existait bel et bien, il était totalement absent de La Joconde.

Avant d'arriver à cette conclusion, Horstmann et Loth ont demandé à 24 personnes de regarder La Joconde sur un écran d’ordinateur et d’évaluer la direction de son regard. Les participants étaient assis devant le moniteur et une règle pliante était placée entre eux et l'écran à plusieurs intervalles de distance. Les participants devaient indiquer où le regard de Mona Lisa semblait toucher la règle.

Afin de vérifier si certains traits de Mona Lisa pouvaient jouer sur la perception de son regard, les chercheurs allaient se servir de quinze morceaux différents du portrait –sa tête entière, ses yeux, son nez, etc. Chaque image était montrée trois fois dans un ordre aléatoire.

Au milieu de l'expérience, les chercheurs ont modifié la distance entre la règle et l'écran. Ce qui a permis à Horstmann et Loth de cumuler plus de 2.000 mesures, quasiment toutes indiquant que le regard de Mona ne fixait pas le spectateur, mais partait sur sa droite, avec un angle en moyenne de 15,4 degrés. Soit la preuve que Mona Lisa est dénuée d'effet du même nom.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Pour Horstmann, il est évident que l'«effet Mona Lisa» n'est donc qu'un «abus de langage». Mais s'il ne révèle aucune magie dans la peinture de Léonard de Vinci, il illustre cependant «notre puissant désir d'être regardé et d'être le centre de l'attention d'autrui – d'être important pour quelqu'un, même si vous ne le connaissez pas du tout», ajoute le scientifique.

Newsletters

La voiture électrique n'est pas à elle seule LA solution

La voiture électrique n'est pas à elle seule LA solution

Incontestablement, la voiture du futur doit être électrique. Mais la disparition du moteur thermique suffira-t-elle à résoudre tous les problèmes? À quel rythme doit se faire la substitution? La polémique continue.

Fumer peut avoir un impact sur quatre générations

Fumer peut avoir un impact sur quatre générations

Selon des chercheurs, le tabagisme pré-pubère d'un homme pourrait être responsable du surpoids de ses arrière-petites-filles.

Nos yeux s'agitent-ils lorsqu'on rêve pour nous protéger des prédateurs?

Nos yeux s'agitent-ils lorsqu'on rêve pour nous protéger des prédateurs?

Une nouvelle étude chinoise vient de prouver pour la première fois une très vieille hypothèse sur la fonction du sommeil paradoxal.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio