Monde / Économie

Selon Oxfam, avec dix euros, vous êtes plus riche que deux milliards de personnes réunies

Temps de lecture : 4 min

[Tribune] Voici comment un tour de passe-passe statistique permet à cette organisation d’affirmer que vingt-six milliardaires détiennent davantage que la moitié la plus pauvre du monde.

Billet de dix euros | Imelda via Unsplash
Billet de dix euros | Imelda via Unsplash

Les vingt-six plus gros milliardaires du monde détiendraient une fortune supérieure à celle de la moitié la plus pauvre de la population mondiale, soit 3,5 milliards de personnes. Cette affirmation d’Oxfam a de quoi choquer. Le sous-entendu est évident. C’est injuste, redistribuons plus! Cette présentation statistique malhonnête cache mal le lobbying politique d’une organisation à l’idéologie très radicale.

Les absurdités des statistiques d’Oxfam

La richesse d’un individu est calculée à partir de son actif net, soit le total de ses biens (typiquement la valeur de son logement et de son épargne) moins ses dettes (emprunt immobilier par exemple). Ainsi, un jeune diplômé américain de la prestigieuse université d’Harvard qui vient de décrocher son premier emploi, mais qui s’est endetté pour payer ses études, est mathématiquement plus pauvre qu’un paysan indien qui ne possède qu’une modeste terre. Absurde? C’est pourtant l’hypothèse de travail sur laquelle se base Oxfam.

Les dix pour cent de la population les plus pauvres (le premier décile) détiennent une «fortune» cumulée de moins 750 milliards de dollars, car ce décile inclut des personnes qui ont plus de dettes que d’actifs. D’après les données du Crédit Suisse sur lesquelles se base Oxfam, ce décile est composé à près de 20% par des personnes vivant en Amérique du nord ou en Europe. Avec cette approche statistique, on peut affirmer sans sourciller qu’il y a bien plus de pauvres aux États-Unis qu’en Chine!

Le second et le troisième déciles cumulent une richesse d’environ 500 milliards de dollars. La «fortune» cumulée des 30% des individus de la planète les plus pauvres est donc statistiquement inférieure à zéro. Avec l’approche Oxfam, vous pouvez clamer haut et fort que si vous offrez dix euros d’argent de poche à un enfant de 7 ans, sa «fortune» sera supérieure à la fortune cumulée d’un peu plus de deux milliards de personnes. Voici comment un tour de passe-passe statistique permet à cette organisation d’affirmer que vingt-six milliardaires détiennent autant que la moitié la plus pauvre du monde.

Le monde n’a jamais été aussi égalitaire

Si l’on suit l’indicateur de la pauvreté absolue, c’est-à-dire le nombre de personnes vivant avec un revenu inférieur à 1,90 dollar par jour, le nombre de personnes vivant dans l’extrême misère est passé de 2,2 milliards en 1970 à moins de 700 millions aujourd’hui alors même que la population mondiale augmentait de plus de trois milliards d’êtres humains. Et les choses ne cessent de s’améliorer. En dix ans, la mortalité infantile est passée de 5,8 à 3,9%, l’analphabétisme des jeunes, de 11,3% à 8,6% et l’espérance de vie moyenne a gagné deux années et demie pour atteindre 72 ans. Le niveau de vie des habitants les plus pauvres de la planète converge rapidement vers celui des pays développés. Depuis les années 1990, l’indice de Gini qui mesure les inégalités de revenus est passé de 67 à 57, notamment grâce au développement économique de l’Inde et de la Chine.

Observer l’évolution des inégalités de revenu ou de patrimoine ne dit rien sur l’augmentation globale du niveau de vie. Le Soudan est plus égalitaire que les États-Unis. Pourtant, peu d’Américains seraient prêts à échanger leur niveau de vie avec celui des Soudanais. Si la situation reste alarmante dans certaines zones de guerres ou soumises à des régimes mafieux, jamais au cours de l’histoire de l’humanité, le monde n’a été aussi égalitaire dans la satisfaction des besoins et du bien-être de chacun.

On n’enrichit pas les pauvres en appauvrissant les riches

Derrière le chiffre des vingt-six milliardaires qui posséderaient la même fortune que la moitié de la population la plus pauvre, l’idée de la redistribution est fortement sous-entendue. Oxfam l’affirme dans son rapport: «En taxant plus équitablement les richesses, il serait possible de collecter suffisamment de recettes pour s’assurer que chaque enfant est scolarisé et que personne ne tombe dans la pauvreté à cause des frais médicaux trop coûteux». Comment être contre une proposition aussi généreuse?

Prenons cette idée au pied de la lettre. Même si l’on répartissait la totalité de la fortune des vingt-six milliardaires entre tous les habitants les plus pauvres de la planète, cela reviendrait à leur offrir 400 dollars chacun, soit une augmentation de 20 à 50% de leurs revenus, et ce, seulement pendant un an. Peu probable que cela change leur vie de manière durable.

Oxfam, un lobby à l’idéologie dépassée

L’approche statistiquement malhonnête d’Oxfam traduit un lobbying idéologique radical qui sert de marchepied politique pour les représentants de la gauche écologiste. Après avoir recyclé l’ancienne ministre écologiste Cécile Duflot à la tête de l’organisation française, c’est au tour de Manon Aubry, qui était jusqu’à récemment porte-parole d’Oxfam France, de conduire la liste de La France insoumise aux élections européennes.

Cette organisation prône une plus grande redistribution et le développement des monopoles d’État sur la santé et l’éducation. Peu importe si cela n’a jamais fait sortir les pauvres de la misère. Peu importe si l’aide publique au développement est trop souvent détournée par des régimes mafieux. Peu importe si de nombreux milliardaires mènent des actions caritatives de grande ampleur. Pour Oxfam, il est moralement injuste de s’en sortir mieux qu’un autre, car cela se ferait forcément aux dépens des plus faibles. Pour Oxfam, seul l’État aurait le monopole du cœur et Jeff Bezos ou Bill Gates ne mériteraient pas leur réussite.

Les inégalités ne sont pas un problème, la pauvreté en est un. Et jusqu’à présent aucune civilisation, à aucune époque, à aucun endroit dans le monde, n’a réussi à faire mieux qu’une économie de marché productive et compétitive pour l’éradiquer. L’élimination de la misère implique aussi que certains entrepreneurs puissent devenir super-riches, au grand désarroi d’Oxfam.

Laurent Pahpy

Newsletters

Venise se rebiffe contre le tourisme de masse

Venise se rebiffe contre le tourisme de masse

Le maire de la cité des Doges, Luigi Brugnaro, entend mettre un terme à l'invasion de sa ville. Il ne reste peut-être que peu de temps pour profiter des meilleures tables vénitiennes à tout moment.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Attentat en Afghanistan, incendies en Espagne et guerre au Yémen... La semaine du 17 août en images.

Poumons en feu

Poumons en feu

Newsletters