Égalités

Pourquoi les femmes continuent à attendre plus longtemps pour aller aux toilettes

Temps de lecture : 3 min

Parce que les villes ne sont pas pensées pour elles, et parce qu'on ne fait pas évoluer les mentalités en un claquement de doigt.

When life offers you choices | Lars Plougmann via Flickr CC License by
When life offers you choices | Lars Plougmann via Flickr CC License by

Je ne compte plus le nombre de fois où, m'arrêtant dans une station-service, j'ai pu accéder immédiatement aux urinoirs tandis que des dizaines de femmes étaient en train d'attendre leur tour devant les toilettes qui leur sont réservées (vous savez, celles avec le pictogramme de la personne avec une robe). The Atlantic consacre un article à ce problème qui ne touche pas que les aires d'autoroute, mais également les toilettes des salles de spectacle et de quasiment tous les établissements recevant du public.

L'article relate l'histoire d'un sénateur californien qui, constatant que sa femme et sa fille devaient toujours attendre bien plus longtemps que lui pour avoir une place aux toilettes, décida de s'emparer du problème et de faire entrer dans la législation la nécessité d'installer davantage de toilettes réservées aux femmes.

Depuis, des dizaines d'États américains ont légiféré de la même manière, apportant leur pierre à l'édifice de ce qui est trivialement appelé «potty parity» (ce qu'on pourrait traduire par «parité des gogues»). Pourtant, le problème reste toujours sensiblement le même, y compris dans les villes où des mesures avaient apparemment été prises.

Kathryn Anthony, professeure d'architecture à l'université de Chicago, étudie ce problème depuis plus de dix ans. Selon elle, si le problème demeure, c'est à cause du fait que la ville reste faite par et pour les hommes, comme dans le titre de l'excellent petit livre signé Yves Raibaud.

Les toilettes ne rapportent rien

Si le nombre minimal de toilettes est défini en fonction du type et de la capacité du bâtiment, rien n'empêche les architectes de consacrer davantage d'espace aux toilettes pour femmes. Si ça n'est généralement pas le cas, c'est avant tout pour des raisons financières: occuper davantage d'espace pour construire plus de toilettes, un lieu absolument pas lucratif, revient à perdre de l'argent.

Professeur de droit à l'université George Washington, John Banzhaf s'intéresse à ce problème depuis les années 80. Selon lui, le problème de l'inégalité des hommes et des femmes devant le temps d'attente aux toilettes vient du fait que la plupart des bâtiments sont construits sur le principe de la symétrie, avec des salles de tailles et de forme identique. Oui mais voilà: un urinoir prend moins de place qu'une cabine fermée. Qui dit salles de même superficie dit donc davantage de capacité dans les toilettes des hommes que dans celles des femmes...

Des études ayant par ailleurs confirmé que les femmes passent plus de temps aux toilettes que les hommes (notamment parce que les hommes cisgenres n'ont qu'à ouvrir leur braguette pour uriner, et qu'ils n'ont pas à gérer de changement de tampon ou de vidage de mooncup), des villes ont fini par prendre des mesures fortes. C'est le cas de New York, où une loi votée en 2005 impose désormais que le nombre de toilettes pour femmes soit deux fois plus important que le nombre de toilettes pour hommes.

Ce genre de législation existe actuellement dans 21 des 50 États américains. Problème: elle ne concerne évidemment que les nouveaux bâtiments. Il semble effectivement très compliqué de créer de nouveaux endroits réservés aux toilettes dans des lieux déjà existants. Et c'est particulièrement problématique lors des mi-temps des rencontres sportives ou des entractes de spectacles. Là, le temps pour aller se soulager sans rien rater du programme est extrêmement limité, et la saturation des toilettes quasiment immédiate.

Plaidoyer pour des toilettes mixtes

La solution est toute désignée: mettre en place des toilettes mixtes, ce qui éviterait que des tas de cabines restent inoccupées chez les hommes tandis que des femmes attendent de longues minutes pour accéder à "leurs" toilettes. En outre, ce genre de toilettes est bien plus souhaitable pour les personnes non binaires ou transgenres, pour qui les toilettes non mixtes sont des lieux où les discriminations s'exercent tout particulièrement.

Autre avantage des toilettes mixtes: elles permettent aux familles de se simplifier la vie. Lorsqu'il m'arrive d'emmener mes deux filles et mon fils dans les toilettes d'un lieu public, je ne sais jamais comment m'y prendre. Dois-je aller chez les hommes parce que je suis un homme? Chez les femmes parce que deux tiers de mes enfants sont des filles? C'est toujours une vraie hésitation: chez les hommes, il y a toujours des places libres... mais chez les femmes, c'est généralement plus propre.

Mais parce que certaines femmes préfèrent conserver des toilettes genrées afin de ne pas être importunées par les hommes, John Banzhaf propose une autre solution: il suffit de transformer les toilettes pour hommes en toilettes mixtes. Un simple changement de pictogramme, et le tour est joué: les femmes peuvent accéder aux deux salles pour éviter l'affluence, tandis que les hommes restent indésirables dans les toilettes réservées aux femmes. Banzhaf cite l'exemple d'un campus où ce fonctionnement a été expérimenté, et où très peu d'élèves ont émis des plaintes.

Le plus difficile, conclut le journaliste, ne sera pas de modifier un pictogramme sur une porte, mais bel et bien de faire évoluer les mentalités. Il cite l'exemple de ce club de supporters masculins de l'équipe de football de Nashville qui, excédés de devoir attendre plus longtemps que d'habitude suite à un changement de répartition entre les toilettes des hommes et celles des femmes, ont fait des pieds et des mains afin de revenir à l'ancien système.

Slate.fr

Newsletters

Le legging, outil d'émancipation féminine

Le legging, outil d'émancipation féminine

C'est moche, c'est mou, ça boudine. Pourtant, le legging pourrait bien être, sans le savoir, un vrai vêtement politique.

«J'ai découvert que leur groupe de conversation s'appelait “Week-end entre couilles”»

«J'ai découvert que leur groupe de conversation s'appelait “Week-end entre couilles”»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Justine, dont le conjoint passe une fois par an un week-end réservé à lui et à ses amis masculins.

Les féminicides sont-ils vraiment en hausse depuis début 2019?

Les féminicides sont-ils vraiment en hausse depuis début 2019?

Derrière l'affirmation récente que désormais, une femme est tuée tous les deux jours par son conjoint ou son ex se cache une réalité statistique bien plus complexe.

Newsletters