Société

La championne des concours de bouffe se confie

Temps de lecture : 2 min

Rencontre avec Molly Schuyler, reine en matière d'ingurgitation de nourriture.

Molly Schuyler lors d'une compétition organisée à Washington, le 3 juillet 2017. | Mark Wilson / Getty Images North America / AFP
Molly Schuyler lors d'une compétition organisée à Washington, le 3 juillet 2017. | Mark Wilson / Getty Images North America / AFP

Les fans de la série Weeds se souviennent sans doute d'un épisode dans lequel le jeune Silas et son oncle Andy tentaient de remporter un concours du plus gros mangeur de margarine. Plus célèbre encore, la compétition de mangeurs de tartes décrite dans Stand by me de Rob Reiner, et le gigantesque vomi qui s'ensuit, est passée à la postérité. Et tout récemment, c'est un Viggo Mortensen très fier de lui qui ramenait 50 dollars à la maison après avoir mangé plus de hots-dogs que son adversaire dans Green Book, de Peter Farrelly.

Ces concours semblent être l'apanage des hommes, mais la discipline est pourtant dominée par une femme, l'Américaine Molly Schuyler. Le Guardian a rencontré celle qui pourrait bien être la meilleure mangeuse du monde, ou en tout cas des USA, et ce toutes catégories confondues. Ce qui amuse Molly Schuyler, c'est que personne n'est capable de deviner de quoi est fait son gagne-pain, d'autant qu'avec son mètre soixante-dix et ses cinquante-quatre kilos, elle ne correspond pas à l'idée très stéréotypée que l'on pourrait se faire d'une personne pratiquant cette discipline si singulière et incongrue.

Un burger de 2,2 kg

La carrière de Molly Schuyler a débuté en 2012, alors qu'elle travaillait dans un restaurant du Nebraska. Une affiche indiquait que toute personne capable de terminer le hamburger de 2,2 kg proposé sur la carte aurait la chance de ne pas être facturée. Mise au défi par un client, Molly Schuyler a englouti le burger, trouvant sa vocation par la même occasion. Multipliant les challenges du même acabit, la jeune femme a rapidement compris qu'elle avait un don en la matière.

Très vite, Molly Schuyler a reçu des invitations pour des compétitions d'ingestion massive de nourriture, mais son quotidien éreintant (un boulot, quatre enfants...) l'a d'abord poussée à tout refuser en bloc. Jusqu'à ce qu'elle finisse par accepter un tournoi organisé dans le Connecticut. «En quatre minutes», raconte la jeune femme, «j'ai gagné plus d'argent qu'en deux semaines de travail». Sa démission ne se fit pas attendre.

Deux raviolis par seconde

Selon la championne, il y aurait actuellement une centaine de pros aux Etats-Unis... mais seules deux ou trois personnes auraient suffisamment de talent pour gagner totalement leur vie grâce à cette activité. Molly Schuyler en fait partie. Manger un steak de 2 kg en moins de 3 minutes, ça ne lui fait pas peur. Autres exploits: engloutir 119 raviolis en 2 minutes (soit deux par seconde), ou encore ingurgiter 5 kg de pudding en 3 minutes. Ce dernier fait d'armes est le seul pour lequel Molly Schuyler figure dans le Guinness des Records. «Je n'ai pas besoin de figurer dans un livre», dit-elle.

L'une des compétitions les plus suivies dans ce domaine se déroule à Philadelphie, le vendredi qui précède chaque Super Bowl. Il s'agit d'engouffrer le plus grand nombre d'ailes de poulet en une demi-heure, le tout devant un public composé de 20.000 personnes pour le moins avinées. En 2018, Molly Schuyler a battu le record de l'événement en avalant 501 chicken wings en 30 minutes. Récompense: un chèque de 5.000 dollars, et un break Hyundai.

L'entraînement idéal consisterait à boire beaucoup d'eau pour accroître la capacité de votre estomac (ne faites pas ça chez vous). Molly Schuyler affirme que les conséquences sur son bien-être n'ont rien de dramatique: en dessous de 5 kg de nourriture ingérée, elle ne ressent pour ainsi dire aucun effet. C'est apparemment une autre paire de manches lorsque la masse dépasse la dizaine de kilos.

Une femme ordinaire

En dehors des concours, la terreur des concours de bouffe affirme se nourrir plutôt sainement, ne pas être particulièrement adepte de la junk food, et manger des fruits et des légumes à chaque repas. Elle dit aussi pouvoir se contenter d'une tasse de café lorsqu'elle a envie de sauter un repas.

Chaque année, Molly Schuyler participe à une vingtaine de compétitions, ce qui lui suffit amplement pour financer son existence et celle de sa famille. Elle mène une existence discrète, ne se mélange pas aux autres compétiteurs et compétitrices, n'emmène pas ses enfants sur les lieux de ses exploits... Elle fait son job et elle s'en va. Ce n'est apparemment pas plus compliqué que cela.

Slate.fr

Newsletters

Au XIXe, quand la synergie entre art et science inspirait l'architecture

Au XIXe, quand la synergie entre art et science inspirait l'architecture

Les radiolaires, des animaux unicellulaires marins recensés par le jeune scientifique Ernst Hæckel, ont notamment inspiré René Binet, architecte de l'Art Nouveau à l'origine de la coupole du Printemps.

Covoiturage

Covoiturage

En 2019, trois bonnes raisons de sécuriser votre logement 

En 2019, trois bonnes raisons de sécuriser votre logement 

Avec l’apparition de technologies de pointe, se protéger contre les voleurs n’a jamais été aussi facile. Voici trois étapes pour vous équiper en toute sérénité. 

Newsletters