Santé

Un homme s'est injecté son sperme pendant 18 mois pour soigner un mal de dos

Temps de lecture : 2 min

Spoiler: cela n'a pas fonctionné.

Ne faites pas ça chez vous. | PhotoLizM via Pixabay
Ne faites pas ça chez vous. | PhotoLizM via Pixabay

Des docteurs irlandais ont découvert un cas inédit pour la science. Un homme de 33 ans s'est présenté à l'hôpital pour un mal de dos chronique. Il s'est décidé à consulter l'avis d'un médecin après avoir ressenti une «douleur aiguë et soudaine se développer dans le bas du dos», trois jours après avoir soulevé «un objet lourd en acier».

Mais lors de la consultation, une grande rougeur sur son bras a intrigué le corps médical. Le patient a alors révélé avoir essayé de se guérir lui-même en s'injectant son propre sperme en intraveineuse. Ce traitement expérimental a duré dix-huit mois, à raison d'une piqûre par mois grâce à une seringue hypodermique achetée sur internet.

«C'est le premier cas connu d'injection de sperme en tant que traitement médical», note l'équipe de l'hôpital Adelaide and Meath de Dublin, en Irlande. Cette étude de cas a été publiée dans l'Irish Medical Journal.

Premier cas recensé

La rougeur visible sur le bras droit de l'homme s'est étendue et a durci autour de la zone des piqûres. Une radiographie a révélé de l'air piégé sous la peau. Le patient a immédiatement été hospitalisé pour recevoir un traitement antimicrobien intraveineux. Après une amélioration de son mal de dos, grâce aux soins médicaux, il a choisi de quitter l'hôpital.

Les docteurs ont effectué une recherche dans la littérature médicale existante pour trouver la trace d'un cas similaire, sans succès. «Même s'il y a déjà eu des études sur l'effet de l'injection sous-cutanée de sperme sur des rats ou des lapins, il n'y a aucun cas d'injection sous-cutanée de sperme sur des êtres humains», souligne l'équipe médicale à l'origine de la publication.

L'étude profite de l'occasion pour rappeler à tout le monde qu'il est dangereux pour une personne non-entraînée de réaliser une injection sur soi, surtout de produits qui n'y sont pas destinés.

Slate.fr

Newsletters

Comment le corps humain gère-t-il un vol d'avion de vingt heures?

Comment le corps humain gère-t-il un vol d'avion de vingt heures?

Des scientifiques vont l'observer pour la première fois.

La santé mentale est aussi un facteur dans le choix d'avoir ou non des enfants

La santé mentale est aussi un facteur dans le choix d'avoir ou non des enfants

Pour les «childfree» qui invoquent des raisons d'ordre psychologique, c'est la double peine: aux injonctions de procréer s'ajoute le tabou des troubles mentaux.

Trop de femmes ont honte des pertes blanches au fond de leur culotte

Trop de femmes ont honte des pertes blanches au fond de leur culotte

Nombreuses sont celles qui, dans un contexte sexuel, vont tout faire pour cacher les sécrétions qui tapissent leurs sous-vêtements. Ce geste n'est pas sans conséquence.

Newsletters