Sciences

L'aveuglement des sciences sociales aux sciences naturelles creuse leur propre tombeau

Temps de lecture : 8 min

Comme l'expose le sociologue Laurent Cordonier, il n'est plus possible d'ignorer la nature du social.

Notre cerveau a été modelé par et pour la vie en société | Geralt / Pixabay License by
Notre cerveau a été modelé par et pour la vie en société | Geralt / Pixabay License by

C'est rigolo comme file l'actualité. Il n'y a pas si longtemps (surtout si l'on compare à l'âge de l'univers), les nouvelles n'étaient pas monopolisées par les «gilets jaunes», mais par les rixes entre jeunes de quartiers plus ou moins sensibles. «Depuis près de trois ans», pouvait-on ainsi lire dans Le Monde en octobre dernier, «la capitale voit augmenter à un rythme préoccupant le phénomène des rixes entre bandes de jeunes. Pour tenter de l’enrayer, la maire de Paris, Anne Hidalgo, le procureur de la République, le préfet de police et le recteur d’académie de Paris ont lancé […] des états généraux sur ce phénomène à l’hôtel de ville».

Invitée pour en discuter dans l'émission de France Culture «Du grain à moudre», Colombe Brossel, adjointe à la Mairie de Paris chargée des questions relatives à la sécurité, la prévention, aux quartiers populaires et à l'intégration, s'étonnait de plusieurs caractéristiques d'un phénomène dont le bilan s'élevait alors à trois morts et plusieurs centaines de blessés en un peu moins d'un an.

D'abord sa démographie: «Ce sont des jeunes gens très jeunes, quasi exclusivement des garçons», s'était stupéfaite l'élue, avant que sa surprise ne soit confirmée par Hervé Gardette, l'animateur de l'émission («entre 12 et 14 ans, c'est vraiment très jeune, c'est contre-intuitif», avait-il commenté). Puis certaines de ses répercussions sociales: «Il nous a fallu quelques mois pour comprendre, déceler et […] mettre en place des actions qui permettent de marquer le coup, notamment sur la violence et la réalité que peut engendrer la violence.» La raison de ce retard à l'allumage? Le fait que, malgré l'intensité des échauffourées (parfois agrémentées de «feuilles de boucher») et le «vrai risque de mort» qu'il y avait à y prendre part, «les gamins qui sortaient de l'hôpital» devenaient des «héros» une fois revenus au collège.

J'avoue, j'ai moi aussi été sidérée par ces propos et j'en ai d'abord ri, à la manière d'un Figaro dans Le Barbier de Séville de Beaumarchais, qui se «presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer»). Ce qu'ils révèlent? L'ignorance d'un ensemble de connaissances scientifiques pourtant parmi les plus solides et les plus en consilience que l'esprit humain a pu pondre au cours de sa longue maturation: la théorie de l'évolution.

Car, pour expliquer ces rixes, tout allait y passer: précarité, échec scolaire, ultra-libéralisme, désaffection des pères et travail des mères jusqu'à l'influence (forcément délétère) des jeux vidéo... Sans que jamais personne ne fasse remarquer qu'en des circonstances équivalentes, un tel schéma de violence –à la fois coalitionnelle, majoritairement masculine, essentiellement adolescente, extrêmement agonistique et lourdement pourvoyeuse de statut et d'opportunités sexuelles chez celles et ceux qui en sortent vainqueurs (qu'importe, et peut-être même surtout, s'ils en sont marqués dans leur chair)– se retrouve dans toutes les cultures. Sans compter une palanquée d'espèces autres que la nôtre, à commencer par les primates. Ou, pour le dire autrement, qu'il n'y a pas lieu de s'en étonner ni de passer des mois à se demander ce qui peut bien «clocher» dans la cervelle de jeunes mâles qui se mettent sur la gueule à intervalles réguliers avant d'en tirer divers avantages sociaux vu que la chose n'a absolument rien d'une aberration.

Limites du paradigme constructiviste

Mais pour le savoir, il aurait fallu que l'analyse soit fondée sur autre chose que le paradigme constructiviste encore dominant en sciences humaines et statuant que si oui, les humains ont des organes et une physiologie lentement façonnés selon la double loi du hasard et de la nécessité, non, les logiques s'appliquant à l'intégralité du vivant ignorent sa psychologie et ses comportements, pour leur part dépendants de facteurs à la fois socioculturels et spécifiques à notre espèce. Une idéologie qui n'en finit plus d'être scientifiquement intenable.

C'est sur cette déconnexion entre sciences naturelles et sciences sociales, du fait et aux frais des secondes, que porte La nature du social de Laurent Cordonier. Dans cet ouvrage, le sociologue affilé à l'université Paris-Diderot se donne comme objectif «d’étudier l’hypothèse selon laquelle les sciences de la nature humaine contemporaines sont susceptibles de nous apporter un éclairage nouveau et complémentaire sur certains objets classiques de la sociologie et de l’anthropologie, sans pour autant nous contraindre à réduire l’explication des phénomènes sociaux ou culturels à un ensemble d’activités neuronales, ni nous conduire à légitimer quelque inégalité sociale que ce soit».

Une logique proprement intégrative que l'on retrouvait, entre autres, chez E.O. Wilson et son Unicité du savoir, projet sociobiologique que Cordonier assimile à tort à du réductionnisme et dans lequel il voit un «exercice périlleux» à forte charge «politiquement problématique» –cette dernière appréciation ciblant en particulier un de ses héritiers, à savoir ma petite personne.

Qu'on se rassure, c'est bien là le seul et maigre défaut du livre de Cordonier –et je me demande même s'il ne nous pas jette sous le bus avec Wilson comme offrandes expiatoires, histoire d'atténuer l'ire de ses nombreues et nombreux collègues qui nous assimilent (toujours à tort) à Belzébuth, mais c'est un autre débat. Car s'il se montre sans doute par trop précautionneux sur le sujet épineux de notre cognition sexuelle, dans le reste de son ouvrage, Cordonier détaille bien comment «vivre en société n’est absolument pas une option facultative pour l’être humain, pas plus qu’elle ne l’est pour nos cousins non humains».

Un cerveau «modelé par et pour la société»

De fait, les sciences cognitives, ces multiples disciplines qui étudient la manière dont notre cerveau traite les informations et réagit en fonction par des comportements, «ont démontré qu’au cours de l’histoire évolutive de notre espèce, notre cerveau a été modelé par et pour la vie en société. Il est ainsi de plus en plus évident qu’il n’existe pas de frontière stricte entre ce qui relèverait du social et de la nature», m'explique l'auteur. Et il n'est donc évidemment plus possible de défendre les antiques oppositions entre matière et esprit, nature et culture ou inné et acquis sans se retrouver en porte-à-faux avec l'état actuel des connaissances scientifiques.

Nos interactions socio-comportementales sont encodées dans notre patrimoine génétique et dans son histoire évolutive comme des notes sur une portée de musique.

«L’environnement social dans lequel s’est déroulée la phylogenèse de notre espèce, écrit Cordonier, a littéralement modelé notre cerveau, nous dotant progressivement de compétences cognitives naturellement adaptées au traitement de l’information sociale pertinente au sein de groupes fortement hiérarchisés et parcourus de réseaux de relations interindividuelles allant de l’antagonisme à la bienveillance, en passant par l’association et l’engagement réciproque». Nos interactions socio-comportementales sont encodées dans notre patrimoine génétique et dans son histoire évolutive comme des notes sur une portée de musique –la mélodie et le rythme peuvent varier, mais dans un cadre modal et tonal qui n'a rien d'infini.

La nature du social de Cordonier est une adaptation de sa thèse de doctorat en sociologie, dirigée par Laurence Kaufmann. «Notre intérêt commun portait sur l’étude de la cognition sociale, à savoir les mécanismes mentaux qui nous permettent de nous orienter en société, me précise-t-il. Cette thématique de recherche nous a naturellement conduits à nous pencher sur les travaux des sciences cognitives –psychologie cognitive et psychologie du développement, principalement. Durant ma thèse, j’ai donc entrepris de me former à ces disciplines. J’ai ainsi effectué plusieurs séjours de recherche dans des laboratoires de sciences cognitives en Europe et aux États-Unis, où j’ai eu l’opportunité de conduire des recherches expérimentales.»

C'est là qu'il se rend compte de l'énorme fossé qui sépare beaucoup de sociologues et de spécialistes des sciences cognitives. «J’ai rapidement été marqué par l’indifférence, voire le mépris de mes collègues sociologues pour les travaux en sciences cognitives portant sur des sujets qui auraient pourtant dû les intéresser, regrette Cordonier. Comme celui du traitement des informations hiérarchiques ou des mécanismes de catégorisation sociale, par exemple.» Un rejet qu'il explique principalement par «le fait que les sciences cognitives sont profondément ancrées sur la biologie».

Rejet de l'approche biologisante du social

Cordonier observe en effet que bon nombre de sociologues «voient d’un très mauvais œil toute approche potentiellement “biologisante” du social. Selon eux, soutenir que notre fonctionnement social résulte en partie de mécanismes cognitifs sélectionnés au cours de l’évolution de notre espèce aboutirait à “naturaliser” et, ce faisant, à légitimer diverses inégalités (les inégalités de genre, par exemple)». Soit, encore et toujours, une variation sur un même thème fait d'erreur naturaliste, de créationnisme mental –l'évolution se serait arrêtée comme par magie chez l'humain au niveau du cou– et d'«anthropodéni», pour reprendre la formule du primatologue Frans de Waal.

Au printemps 2015, une revue de psychologie du développement sortait un numéro spécial sur le harcèlement scolaire dans laquelle on apprenait que la grande majorité des interventions visant à endiguer le phénomène se soldaient par un échec. Pourquoi? Principalement parce que si elles supprimaient les avantages du harcèlement –un statut social augmenté parmi ses pairs–, elles n'offraient aucune gratification alternative équivalente. Les harceleurs étaient donc toujours incités à harceler vu qu'ils ne trouvaient pas dans d'autres comportements l'estime sociale qu'ils tiraient du harcèlement. À l'instar de la violence coalitionnelle des rixes entre adolescents débordant d'ennui et de testostérone, le harcèlement est loin d'être une interaction inter-individuelle purement négative –au contraire, elle sert aussi et surtout à gagner en statut et en prestige. Une fonction sociale qu'il est nécessaire de comprendre si l'on veut la combattre et, à cette fin, le cadre conceptuel évolutionnaire n'est pas accessoire.

«La question n’est plus de savoir s’il faut chercher à intégrer le travail des sciences naturelles et sociales, mais comment il s’agit de le faire! »

Laurent Cordonier, sociologue.

De fait, si «rien n'a de sens en biologie, si ce n'est à la lumière de l'évolution», comme l'écrivait en 1973 Theodosius Dobzhansky, alors, rappelle Cristine Legare, spécialiste d'évolution cognitive et culturelle au sein de l'université du Texas, rien n'a non plus de sens dans «la culture, la psychologie et le comportement humains» sans cet éclairage. Un fait que les recherches en sciences sociales se doivent aujourd'hui de prendre en compte, ce que Cordonier confirme: «La question n’est plus aujourd’hui de savoir s’il faut chercher à intégrer le travail des sciences naturelles et sociales, mais comment il s’agit de le faire! Je tiens à souligner qu’une telle intégration ne bénéficierait pas uniquement à la sociologie. Les sciences cognitives ont également besoin d’enrichir leurs recherches sur la cognition sociale en recourant au savoir sociologique.»

Il est courant d'opposer le chercheur militant, qui veut changer le monde, et la chercheuse observante, qui veut le comprendre. Mais s'il est un «exercice périlleux» entre tous, c'est de croire que la première entreprise peut se passer de la seconde. Une volonté de réforme se condamne à demeurer dans la sphère de l'utopie –avec tout son cortège de tragédies– si elle s'obstine à ignorer les réseaux nomologiques de preuves cumulées constituant l'état de nos connaissances sur la nature humaine.

Peggy Sastre Auteur et traductrice

Newsletters

On sait pourquoi certains oiseaux ne volent pas

On sait pourquoi certains oiseaux ne volent pas

C'est le cas des émeus, des kiwis ou encore des autruches.

L'anatomie des femelles dauphins leur permet-elles d'accéder à l'orgasme?

L'anatomie des femelles dauphins leur permet-elles d'accéder à l'orgasme?

Leur clitoris est en tout cas mieux placé que celui des femmes pour arriver à cet effet.

Amis, ennemis ou inconnus? Des bébés de 5 mois peuvent faire la différence

Amis, ennemis ou inconnus? Des bébés de 5 mois peuvent faire la différence

Rien qu'en entendant rire des adultes, les nourrissons sont capables de détecter la nature de leurs relations.

Newsletters