Santé

Avoir un chien réduirait les risques de faire une crise cardiaque

Temps de lecture : 2 min

Cet ami qui vous sauve la vie.

Avouez-le, cette photo vous a fait sourire. | Jonathan Daniels via Unsplash CC License by
Avouez-le, cette photo vous a fait sourire. | Jonathan Daniels via Unsplash CC License by

Vous le savez déjà si vous êtes fan des canins: les chiens mettent du baume au cœur. Et peut-être même au sens propre. Pendant douze ans, 3,4 millions d’adultes âgés de 40 à 80 ans et possédant un canidé ont été observés par une équipe de recherche suédoise. Cette étude a montré que les propriétaires de chiens avaient 23% de risques en moins de mourir d’une maladie cardiovasculaire, par rapport aux personnes qui ne partagent pas leur vie avec cet animal.

L'équipe a également remarqué qu'ils et elles présentaient 20% de risques en moins de décéder de toute autre cause liée à la santé. Avoir un chien nous ferait mieux réagir au stress, en maintenant notre tension artérielle et notre pouls.

Une réticence sur l'étude

Le chien est le meilleur ami de l’homme, à tel point que l’American Heart Association a déclaré en 2013, sur la base d'une dizaine d’études, que «posséder un animal de compagnie, et particulièrement un chien, était lié à une baisse des risques de contracter une maladie cardiovasculaire».

Il faut cependant noter que ces études ne portent que sur de l’observation. Comme l'explique le Guardian, les chercheurs et chercheuses remarquent une association entre le fait d’avoir un chien et la réduction de troubles cardiaques, mais ne peuvent pas la prouver. D’autres facteurs plus logiques expliqueraient la chose: celles et ceux qui ont un chien sortent le promener et exercent donc une activité physique.

Par ailleurs, la présence de canidés au domicile des personnes seules est l'impact positif le plus important qu’a démontré l’étude. «Les chiens vous encouragent à marcher, ils fournissent un soutien social et donnent plus de sens à la vie. Si vous avez un chien, vous interagissez davantage avec d'autres personnes», déclare l’épidémiologiste Tove Fall.

Problèmes cardiaques ou pas, solitude ou pas, de toute façon un chien, c’est mignon et ça vous aime. Vous savez ce qu'il vous reste à faire.

Slate.fr

Newsletters

Pour soigner le sida, il faut (aussi) de l'empathie

Pour soigner le sida, il faut (aussi) de l'empathie

Les malades estiment que le personnel médical manque de bienveillance, d'écoute et de pédagogie.

La psychochirurgie ne s'est pas arrêtée au pic à glace

La psychochirurgie ne s'est pas arrêtée au pic à glace

De la très barbare lobotomie aux techniques prometteuses de stimulation cérébrale, la médecine cherche depuis les années 1930 à traiter les maladies mentales en touchant à notre cerveau.

La démence est-elle plus répandue chez les personnes âgées LGBT+?

La démence est-elle plus répandue chez les personnes âgées LGBT+?

Souvent privé·es de recours médical, les seniors LGBT+ développeraient davantage de troubles cognitifs que les hétérosexuel·les.

Newsletters