Société

Des hommes expliquent pourquoi ils envoient des photos non sollicitées de leur pénis

Temps de lecture : 2 min

La pratique s'appelle du «cyberflashing».

Une notification n'annonce pas toujours quelque chose de bon. | William Iven via Unsplash CC License by
Une notification n'annonce pas toujours quelque chose de bon. | William Iven via Unsplash CC License by

Avez-vous déjà reçu, que vous soyez une femme ou un homme, une photo non sollicitée d’un pénis, en érection ou non? À en croire un sondage YouGov réalisé aux États-Unis, quatre femmes sur dix âgées de 18 à 36 ans ont reçu ce genre de photo. De l'autre côté, seuls 5% des hommes de la même tranche d’âge ont admis avoir déjà envoyé une «dick pic».

Ce procédé –envoyer une image de ses organes génitaux à des gens qui ne l’ont pas demandé– s’appelle le «cyberflashing». Il peut se faire par le biais de sites ou applications de rencontre, de forums de discussion, et tout particulièrement via la fonction AirDrop d’Apple. Ce dernier permet au «flasher» d’envoyer des images au contenu inapproprié à n’importe quelle personne à proximité dont l'AirDrop est activé. Vous pouvez donc réceptionner, dans le train, au restaurant en famille, ou dans un parc avec vos enfants, une photo de pénis.

Moya Sarner, journaliste pour le quotidien britannique The Guardian, s’est demandé ce qui poussait les hommes à «cyberflasher» des femmes. Elle a donc posé la question sur Reddit et reçu plus de 500 réponses en quelques heures, avant que les modérateurs ne ferment le fil.

Complexes et sexualité

Qu’apprend-on dans ces réponses? Certains anonymes ont expliqué ne pas avoir confiance en eux et souhaiter simplement qu’on les complimente sur leur pénis: «Je l’ai fait plusieurs fois dans le passé et je pense que c’est surtout pour avoir une validation. Bien que la plupart des hommes ne l'admettent jamais, nous ne sommes pas très sûrs de nos corps, et surtout de cette partie-là. Donc, inconsciemment, nous voulons juste que quelqu'un dise que nous sommes beaux ou attirants», confie Jake.

Certains s’amusent aussi à décompter le nombre de femmes qui ont répondu de la même manière, contre celles qui ont ignoré ou rejeté l’image non sollicitée: c’est le «jeu du chiffre», le définissent-ils.

Lorsque les femmes reçoivent positivement ses clichés, Jake se sent bien car cela booste l'image qu'il a de lui-même et ouvre le champ des possibles: «C’est désormais acceptable pour elles de répondre cordialement ou d’orienter la conversation sur des voies plus sexuelles».

«Je me suis rendu compte que c'était offensant, une intrusion indésirable, même si c'était sur internet et sous anonymat»

Pour Dave, c’est plus direct: «Si la conversation avait du potentiel, mais ralentissait ou devenait ennuyeuse, j’envoyais parfois une photo de ma bite. Soit la personne cessait de m’envoyer des textos ou me bloquait, soit j’arrivais à coucher».

John a la soixantaine, et il y a dix ans, il faisait partie de ces «flashers». Il compte une centaine de «dick pics» à son actif. À présent repenti, il donne son point de vue sur cette pratique: «Maintenant que je suis plus vieux, franchement, cela me semble être une combinaison d'impolitesse, de bêtise et de vide. Je me suis rendu compte que c'était offensant, une intrusion indésirable, même si c'était sur internet et sous anonymat. Même en ligne, c'est une violation à mon avis peu différente de ce que fait l’exhibitionniste de rue stéréotypé dans son trench-coat».

L’envoi de ces images a des significations différentes pour chaque homme, et des significations différentes pour un même homme à différents moments de sa vie. Stephen Blumenthal, psychologue clinicien consultant et psychanalyste, propose des thérapies spécialisées, à long terme, aux patients aux comportements sexuels perturbants. D’après lui, «avec ce genre de problèmes, on a toujours tendance à fournir une explication universelle. En réalité, les gens ont des motivations nombreuses et variées, dont certaines sont peut-être plus troublantes que d’autres».

Slate.fr

Newsletters

Le million

Le million

«J’avais très très peur qu’ils me disent: “Ne vous inquiétez pas, elle va revenir”»

«J’avais très très peur qu’ils me disent: “Ne vous inquiétez pas, elle va revenir”»

[Épisode 1] Au matin du 14 février 2011, une joggeuse est portée disparue à Bouloc, en Haute-Garonne. Son mari raconte l'angoisse qui se saisit de lui alors que la gendarmerie entame son enquête.

 «Il a fallu que je choisisse: j’achète des protections hygiéniques ou je mange?»

«Il a fallu que je choisisse: j’achète des protections hygiéniques ou je mange?»

Travailleuses pauvres, étudiantes, sans-abri... La précarité menstruelle frappe de nombreuses femmes, qui se résolvent à garder longtemps la même protection ou à rogner sur d'autres budgets.

Newsletters