Boire & manger / Sciences

Bientôt des vins de Mars?

Temps de lecture : 2 min

La viticulture sur la planète rouge est déjà envisagée.

Il ne faudra pas rater le vaisseau pour rentrer  | Luca Rüegg via Unsplash CC License by
Il ne faudra pas rater le vaisseau pour rentrer | Luca Rüegg via Unsplash CC License by

La Géorgie, berceau du vin il y a 8.000 ans, pourrait pousser le bouchon très loin. Jusqu'à Mars. Une idée du think tank Millennium Project, qui vise à développer des cépages adaptés à une éventuelle viticulture sur la planète rouge. Il souhaiterait aussi apposer le tampon géorgien sur cette recherche des plus inhabituelles, liée à la future colonie de Mars, à laquelle beaucoup prétendent.

Cette étude serait susceptible de répondre aux questions des radiations, de la poussière et à différents défis agricoles sur Mars. La quête du cépage parfaitement martien a commencé en 2016, lorsque Elon Musk s’est vanté que sa société, SpaceX, pourrait lancer sa première mission habitée sur Mars d’ici 2024 –soit dix années plus tôt que les prédictions les plus optimistes. C’est ce qui a donné à la Géorgie cette soif du raisin extraterrestre.

Millennium Project n’est pas la seule organisation à vouloir trouver ce qui pourrait pousser à cinquante-six millions de kilomètres de chez nous. Des scientifiques péruviens cultiveraient avec succès des pommes de terre dans une simulation d’environnement martien, dans le cadre d’une série d’expériences menées de front avec la Nasa sur l’agriculture extraterrestre. L’agence spatiale américaine exploiterait déjà des salades à bord de la Station spatiale internationale. Tomates et piments sont leurs prochains objectifs.

Ralph Fritsche, responsable du projet de production alimentaire de la Nasa, ironise auprès du Washigton Post: «Pour le moment, nous souhaitons garder les équipages en bonne santé, mais également heureux. Ils doivent être capables de survivre, alors peut-être qu’il existe un avenir pour l’alcool».

La marque de bière américaine Budweiser est déjà sur le coup. Elle a envoyé, en 2017, un lot de graines d’orge expérimentales sur Mars, «dans le but d’étudier la faisabilité du brassage de bière».

Quel raisin choisir?

Millennium Project espère établir le premier laboratoire d’agriculture verticale du pays dans l’un des hôtels de Tbilisi, la capitale de la Géorgie. Ce type d’agriculture utilise des espaces limités, une assistance humaine minimum et des lumières hydroponiques. Il pourrait donc contribuer à déterminer quels raisins prospéreraient dans les colonies de biodômes envisagées sur Mars.

Les élèves de la Business Tech University de Tbilisi prévoient de tester plusieurs sols avant de simuler un environnement martien en laboratoire. La viticulture sera testée, par exemple, avec des températures négatives, puis avec un niveau élevé de monoxyde de carbone, et finalement avec une pression atmosphérique équivalente à 6.100 mètres d’altitude.

Selon les intuitions des scientifiques, l’heureux élu serait le raisin blanc: il aurait «tendance à mieux résister aux virus», a déclaré au média américain Levan Ujmajuridze, directeur du laboratoire viticole du pays. Cependant, les sommelières et sommeliers devront attendre 2022 avant de déposer leur CV à la Nasa, le temps de savoir quelles vignes géorgiennes conviendraient le mieux sur Mars.

Newsletters

«Top Chef» saison 11, épisode 1: le récap en GIF et en acceng du Sud

«Top Chef» saison 11, épisode 1: le récap en GIF et en acceng du Sud

Les sudistes enfin en force, nos trois candidats préférés, les nouvelles tendances en cuisine... On a regardé (intégralement) le premier (long) épisode de 2020 de l'émission culinaire phare.

Manger gras et sucré dégraderait rapidement notre mémoire

Manger gras et sucré dégraderait rapidement notre mémoire

Des scientifiques ont pu évaluer l'impact sur le cerveau d'un tel régime alimentaire adopté pendant à peine une semaine.

Le gaspillage alimentaire mondial serait deux fois plus important qu'on ne le pense

Le gaspillage alimentaire mondial serait deux fois plus important qu'on ne le pense

Une récente étude néerlandaise montre qu'une partie des chiffres communément utilisés sont sous-estimés.

Newsletters