Société

«J’ai très peur de ce à quoi mes enfants ressembleront si je décide de faire ma vie avec lui»

Temps de lecture : 6 min

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Farah, une jeune femme dont l'histoire avec un homme rencontré sur internet est perturbée par des doutes et des obstacles.

«J’apprécie sa présence, nos conversations téléphoniques et je me sens bien en sa compagnie. Mais j’ai le sentiment d’avoir une “double face”.» | John Tuesday via Unsplash License by

«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Vous pouvez aussi laisser votre message sur notre boîte vocale en appelant au 07 61 76 74 01 ou par Whatsapp au même numéro. Lucile vous répondra prochainement dans «C'est compliqué, le podcast», dont vous pouvez retrouver les épisodes ici.

Et pour retrouver les chroniques précédentes, c’est par là.

Chère Lucile,

Je fréquente un homme que j’ai connu sur internet il y a douze ans, quand j’en avais 17 et lui 18. À l’époque, il est très rapidement tombé fou amoureux de moi et rapidement, nous avons fait du sex chat de manière assez assidue et passionnée sans nous rencontrer –il n’habite pas en Europe. Une fois, ma mère a découvert ces conversations et cela a été le drame dans la famille: je crois que je n’ai jamais été autant humiliée de ma vie en public.

Nous avons persévéré ensemble malgré des obstacles conséquents, puis un jour, il s’est lassé et il a coupé les ponts de manière cruelle.

J’en ai beaucoup souffert –qu’est-ce que j’ai pu bassiner mes amies avec cette rupture! Je scrutais ses réseaux sociaux tous les jours et je priais pour qu’il revienne.

Quelques années plus tard, à Paris, j’ai rencontré un homme avec qui j'ai passé cinq années. Je ne pensais plus une seconde à ce gars d’internet et cela a été un soulagement.

La dernière année de mon couple, il est revenu pour me demander pardon. J’ai accepté de discuter avec lui sans rancune, mais rapidement, nous sommes retombés dans nos conversations érotiques. Il faut dire que sur le plan sexuel, ça ne fonctionnait plus avec mon copain. Je me sentais toutefois extrêmement coupable d’avoir ce genre de conversations dans son dos.

Un an après, j’ai rompu avec mon copain et par la même occasion, j’ai perdu contact avec cet autre garçon –il revenait de manière un peu aléatoire, puis disparaissait.

Cet été, quelque chose a dû se produire de son côté –lui qui semblait toujours détaché–, et il a souhaité que l’on se rencontre. Nous nous sommes vus pour la première fois en douze ans dans son pays. À ma grande surprise, c’est un homme beaucoup moins froid que ce qu’il laisse paraître sur internet et j’ai passé un très agréable séjour en sa compagnie. Sauf qu'il ne me plaît pas physiquement. Pas du tout.

Cela peut paraître extrêmement superficiel et mesquin, mais j’ai très peur de ce à quoi mes enfants ressembleront si je décide de faire ma vie avec lui. Je sais que la loterie génétique peut apporter des surprises, mais dans ce cas précis, j’en doute fortement. J’aimerais beaucoup avoir des enfants plus tard –pas si plus tard que ça, j’ai quand même 29 ans– et je serai triste de renoncer à ça.

Autre problème qui se pose, si jamais je décide de faire ma vie avec lui: ma famille. Elle lui serait très hostile après la découverte de nos conversations pendant l’adolescence –j’ai une famille très ancrée dans les traditions, qui ne pardonne rien. Dans mon idéal de vie, je tiens à ce que mes enfants rencontrent leurs grands-parents et que nous puissions partager tous ensemble des repas de famille, certains dimanches et pendant les fêtes. Choisir cet homme signifie devoir renoncer à tout ça et l’idée de me cacher me rendrait malheureuse.

À côté, il est très amoureux de moi depuis que nous nous sommes rencontrés. Il est prêt à tout quitter pour moi et fait des efforts considérables pour me faire sourire ou me remonter le moral. Il me valorise constamment, m’encourage à faire ce que j’aime, me soutient lors de mes épisodes dépressifs majeurs en m’aidant à relativiser, me dit que je suis la plus belle et accepte mes défauts dont il est conscient. Il dépense des sommes folles en hôtels, restaurants et cadeaux pour me faire plaisir, et il est même prêt à m’aider financièrement. Il se préoccupe de ma santé et de mon bien-être, et m’incite même à aller consulter pour ma dépression et mon anxiété.

À ses côtés, je me sens plutôt bien, mais je n’ai pas l’impression d’être amoureuse. J’ai l’horrible impression de passer à côté d'un homme qui me plairait vraiment. Mais j’ai aussi l’impression de cracher dans la soupe et d'être beaucoup trop exigeante, à une époque où l’amour et les relations de qualité se font malheureusement rares.

De plus, j’arrive à un âge où beaucoup d’hommes sont déjà casés de manière durable. Je ne fais aucune rencontre depuis que j’ai quitté mon précédent copain et je n’ai pas l’impression de plaire beaucoup.

Les forts épisodes d’angoisse de cet été ont eu des répercussions non négligeables sur mes cheveux: ils tombent par poignées et ne semblent plus repousser. Physiquement, je «m’abîme» un peu plus avec le temps et j’ai peur de me retrouver seule –ou en couple par intermittence, alors que je rêve d’une famille heureuse et d’un couple stable.

J’apprécie sa présence, nos conversations téléphoniques et je me sens bien en sa compagnie. Mais j’ai le sentiment d’avoir une «double face». Un jour, je vais être extrêmement enthousiaste à l’idée de lui offrir un cadeau, de lui dessiner une petite carte de Noël ou de l’enlacer, et un autre je vais être distante et sentir une sorte de nausée en moi.

Je suis complètement tiraillée sans vraiment savoir pourquoi. Je n’arrive pas à savoir si je suis amoureuse, pas amoureuse, attachée, pas attachée, si je devrais renoncer à mes idéaux et m’éloigner de ma famille ou accepter la facilité d’un homme prêt à tout.

Je crois déjà connaître votre réponse, mais je pense que j’ai surtout besoin d’en parler et d’être écoutée, car je suis seule. Personne n’est au courant que je vis ce semblant de relation, car je ne l’assume pas et je n’arrive pas à me confier.

Farah.

Chère Farah,

Je pense aussi que vous connaissez ma réponse: si vous ne vous sentez pas amoureuse, c’est que vous ne l’êtes pas. Vous pouvez avoir des sentiments pour cet homme, l’apprécier, le respecter, vous sentir reconnaissante qu’il s’occupe de vous. Mais ces sentiments ne sont pas de l’amour. Et je ne crois pas que baser son couple sur la peur de ne retrouver personne d’autre soit quelque chose de très sain.

De manière générale, je pense que vous devriez faire un effort d’honnêteté envers cet homme et envers vous-même. Vous avez partagé quelque chose, c’est indéniable. Et vous semblez avoir un imaginaire sexuel commun. Mais le désir s’arrêtait aux mots. Ça arrive. Il ne faut pas le prendre comme un échec, mais au contraire comme une relation à part entière. C’était un échange épistolaire, c’est tout. Et c’est déjà beaucoup.

Pour le reste, il n’est jamais très bon, ni très moral, de garder quelqu’un auprès de soi comme une béquille, pour les jours de disette. Vous ne partagez pas ses sentiments, c’est un fait. Je ne juge pas vos raisons, qui sont multiples et qui vous appartiennent, mais vous savez que cette relation aurait un coût très élevé que vous n’êtes pas prête à investir.

Pourquoi vous acharner? Vous parlez de temps qui passe, mais cet homme aussi donne de son temps et de son amour pour vous. Et il le fait en vain. Si vous avez de l’amitié pour lui, libérez-le. Ne lui dites pas forcément vos raisons, qui pourraient être perçues comme cruelles; le fait que vous ne partagiez pas ses sentiments me semble être une explication suffisante.

Il mérite mieux et vous méritez mieux. Vous méritez d’être amoureuse. N’ayez pas peur de la solitude. Cette angoisse, que beaucoup partagent, est le ciment de nombreuses relations tristes et déséquilibrées.

Épargnez-lui et épargnez-vous les étapes inéluctables d’une relation sans amour: l’infidélité, le mensonge, la frustration et la colère. Vous avez la chance d’avoir toutes les cartes en main pour prendre possession de votre futur. Au fond de vous, vous savez que ce choix ne serait pas le bon, vous savez ce que vous attendez de la vie.

Beaucoup n’ont pas vos certitudes. Concentrez-vous sur celles-ci et oubliez les doutes. Voyez le positif et soyez reconnaissante pour cela. Vous avez partagé une relation unique avec un homme qui vous aime. Vos désirs vous séparent. Il est temps de reprendre votre route.

Cet homme rendra probablement une autre personne heureuse. Et vous aurez également, si vous écoutez votre cœur, une chance de trouver ce que vous cherchez.

Lucile Bellan Journaliste

Newsletters

À quoi ressemble la vie d'une religieuse?

À quoi ressemble la vie d'une religieuse?

En fonction de leur interprétation des vœux de pauvreté, de chasteté et d’obéissance, chaque ordre ou congrégation met en place des règles différentes pour organiser la vie en communauté.

«Gilets jaunes»: l'exécutif s'est fait avoir une fois, il ne tolérera pas une deuxième

«Gilets jaunes»: l'exécutif s'est fait avoir une fois, il ne tolérera pas une deuxième

Après le fiasco du maintien de l’ordre sur les Champs-Élysées le 16 mars 2019, le Premier ministre prend des mesures qui marquent un tournant dans l'appréhension de la violence par le gouvernement.

Les serial killers hommes et femmes choisissent leurs victimes différemment

Les serial killers hommes et femmes choisissent leurs victimes différemment

Pour les scientifiques, ces différences comportementales pourraient être un héritage de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs.

Newsletters