Égalités / Politique

Le regard paranoïaque des gays sur les «gilets jaunes» s’est transformé en admiration

Temps de lecture : 4 min

La frustration de la communauté atteint des sommets.

Manifestation des «gilets jaunes» le 5 janvier 2019 à Bordeaux | Mehdi Fedouach / AFP
Manifestation des «gilets jaunes» le 5 janvier 2019 à Bordeaux | Mehdi Fedouach / AFP

Plus d'un mois après l'apparition du mouvement des «gilets jaunes», il n'y a pas eu d'analyse de cette crise par la communauté LGBT+, ce qui montre à nouveau à quel point le débat associatif est atone face à un phénomène d'une telle ampleur. Ce retard peut être compréhensible si l'on se rappelle la réaction initiale de nombreux gays sur Facebook, qui y voyaient surtout une expression de beaufs de droite, une sorte de Tea Party à la française, version barbecue et vin chaud.

Comme d'autres minorités, nous étions dans l'observation, attentifs aux dérives et autres injures à la «enculés!». Les médias ont sauté sur le risque d'antisémitisme comme principale grille d'analyse. La machine à remonter le temps a fonctionné à plein régime, les références historiques s'éloignant de plus en plus de nous: 1995, 1968, 1936, Dreyfus, la Commune et même 1789, comme si tout le monde avait oublié 2005, le moment pivotal où les banlieues avaient clairement signifié l'abandon de tout espoir de la part de l'État.

Plus la colère se répandait, plus les langues se déliaient. On a commencé à parler de «haine» envers le président, le gouvernement, les institutions, la démocratie en panne, les super riches, comme si ce sentiment était philosophiquement à proscrire, comme si on avait oublié le classique du même nom. Paris et les grandes villes brûlaient, les médias avaient aussi oublié que les magasins des Grands Boulevards étaient régulièrement mis à sac par les anarchistes autonomes dans les années 1970. La crise des «gilets jaunes» a été l'illustration d'un étrange tri sélectif de la mémoire collective. Une boutique Chanel dévalisée, c'était forcément plus grave que les incendies des banlieues de 2005.

L'échec de Macron

Un grand pont s'est pourtant construit entre celles et ceux qui se sentent écœurés par le système jupitérien. Le mouvement a cristallisé une révolte qui venait de tous les côtés de la société. Avec 80% de la population qui soutient les manifestations, il n'est pas inimaginable de trouver beaucoup de personnes LGBT+ dans cette majorité. Car depuis son arrivée au pouvoir, Macron n'a rien accordé: pas de PMA, pas d'avancée pour les personnes trans*, rien pour les archives gay ou sida.

Emmanuel Macron n'est pas Justin Trudeau, c'est son moindre défaut. Certains symboles ne coûtent rien et tous les sujets de société sont renvoyés à un futur toujours plus lointain. Le droit de mourir dignement, le changement d'état civil pour les personnes intersexes, la reconnaissance des militants de l'époque sida –et ne parlons pas de la légalisation du cannabis thérapeutique. Depuis plusieurs mandats présidentiels, la France est bloquée, elle est le chaînon manquant entre le sud et le nord de l'Europe, et des milliers de lesbiennes payent le prix fort pour avoir un enfant en Belgique ou en Espagne.

Une partie des militantes et militants LGBT+ est donc furieuse. Avec une pointe de haine, aussi, car Emmanuel Macron semble respecter davantage les réactionnaires de Sens Commun que les réformateurs. On parle sans cesse du «lobby gay» mais celui-ci est beaucoup moins écouté que celui des chasseurs. Cette désillusion homosexuelle, qui s'est transformée en impuissance et colère, est désormais figée dans un grondement envers ce président qui ne comprend décidément rien à rien, surtout au système minoritaire.

Des analogies avec le mouvement sida

Et puis, à force de regarder tous les soirs les porte-paroles des «gilets», nous avons utilisé notre gaydar pour chercher la moindre faille homophobe. Et nous n'avons rien trouvé. Jour après jour, ils ont affronté les médias avec une constance admirable devant les questions piège qu'on leur adressait.

Au fur et à mesure que les visages changeaient, on a compris que la rhétorique des «gilets jaunes» était sincère face au discours robotisé des députées et députés de La République en marche, tous sur le même moule, blancs, bourgeois, complètement à côté de la plaque. Il y avait dans la régularité du discours un grand parallèle avec le mouvement sida des années 1990, cette manière de ne rien céder, et surtout cette contre-attaque sur les données dures: «Mais, monsieur le député, combien gagnez-vous?» était la nouvelle version du «Je suis séropositif, et vous?». Le débat était autant identitaire que social.

Manifestation à Matignon des activistes d'Act Up, le 9 février 1995 à Paris. | Patrick Kovarik / AFP

Après tout, beaucoup de symboles des «gilets jaunes» ressemblent à l'activisme sida. Utiliser un vêtement que tout le monde a dans sa voiture pour en faire un signe de ralliement (génial!), la désobéissance civile, le zap ou l'opération coup de poing, parasiter les médias pour faire passer un message, même le fait de donner de faux rendez-vous à la police (comme les raves de la fin des années 1980). L'élocution des porte-paroles était meilleure que celle des expertes et experts de la télé, c'était ce qui les rendait si intimidants pour le pouvoir. Là aussi, un autre point commun avec l'activisme sida. «C'est nous qu'on meurt!» criait Act Up en détournant une syntaxe de pauvre pour en faire un slogan de fierté.

De la paranoïa à la séduction

Bref, notre observation un peu paranoïaque des «gilets jaunes» s'est transformée en admiration et tous mes amis partagent ce point de vue, tous. Au bout de neuf semaines, le mouvement tient toujours. Et là, je vais dire quelque chose que personne n'a osé dire. En tant que gay, je trouve que l'apparition de ces nouveaux visages a renouvelé la télévision. Tout à coup, Priscilla Ludosky, Jason Herbert, David Guin, François Boulo, etc. sont apparus comme les nouveaux visages du pays. Leur look est différent, elles et ils sont tous photogéniques et disons-le, beaucoup plus bandants que les intervenants qui trustent les plateaux télé.

Comme les personnalités mises en avant lors de cette crise des «gilets jaunes» et les personnes racisées, les LGBT+ sont sous-utilisées par cette société. Les seules qui sont sollicitées sont celles qui sont au placard, à l'exception de Mounir Mahjoubi et Franck Riester. La capillarité sociale que nous promettait Macron a accouché d'un statu quo encore plus pesant au profit des corporations, de la non-mixité et de la non-diversité. Les LGBT+ souffrent aussi de la précarité, on le dit depuis des années et 2019 s'annonce comme une année de repli économique qui va nous affecter encore plus.

Alors, quand Macron mentionne lors de ses vœux les homosexuels comme personnes attaquées par les «gilets jaunes», à côté de la communauté juive, on a envie de lui dire qu'on refuse de se laisser instrumentaliser d'une manière aussi grossière: fais voter la PMA, après tu pourras peut-être parler de nous!

Didier Lestrade Journaliste et écrivain

Newsletters

Qu'est-ce qui fait qu'un salaire est juste?

Qu'est-ce qui fait qu'un salaire est juste?

Contribution, égalité, besoin: les critères d'une rémunération considérée comme équilibrée par la ou le salarié.

Comment «Ma vie sur la route» de Gloria Steinem peut peser sur les vôtres

Comment «Ma vie sur la route» de Gloria Steinem peut peser sur les vôtres

Le livre de Gloria Steinem est une ode à la parole en public et à l’écoute.

La révolution écologique commence par faire soi-même ses yaourts

La révolution écologique commence par faire soi-même ses yaourts

Ça a l'air débile, dit comme ça, mais c'est un geste bien moins anodin que vous ne le pensez.

Newsletters