Santé / Sciences

Le cannabis nuit réellement au cerveau des ados

Temps de lecture : 2 min

Et ce plus gravement que l'alcool, même si les deux substances ont une nocivité commune sur certaines fonctions cognitives.

 La consommation d'alcool et de cannabis partagent une nocivité commune sur le cerveau  | M@XONGS  via Flickr CC License by

Les effets délétères de la consommation d'alcool et de cannabis sur notre cervelle sont connus depuis belle lurette. En particulier, un excès de boisson endommage des fonctions cognitives comme la fluidité verbale, la vitesse de traitement de l'information ou encore l'habileté visuo-spatiale, quand l'abus de fumette compromet davantage la mémoire, l'apprentissage ou l'attention. Des effets observés tout au long de la vie, mais dont la nocivité est logiquement accrue pour le cerveau en développement.

Menée par une équipe de chercheurs dirigés par Patricia Conrod de l'université de Montréal, une étude s'est penchée sur 3.826 ados –dont 47% d'adolescentes– pour analyser, année après année, l'incidence de la consommation d'alcool et de cannabis sur le développement cognitif. La cohorte (d'origine européenne à 58%) choisie par les scientifiques jouit d'un degré de représentativité élevé, vu qu'elle équivaut à 5% des élèves inscrits au lycée entre 2012 et 2013 dans la région métropolitaine de Montréal.

Chaque année et durant quatre ans, ces individus ont été soumis à différents tests mesurant plusieurs paramètres de leur intelligence –mémoire à court et long terme, raisonnement perceptif, inhibition, mémoire de travail–, des tests ensuite mis en regard de leur consommation d'alcool et de cannabis, déterminée par un questionnaire standardisé.

Comme l'avaient conclu de précédentes études, il en ressort que la consommation d'alcool et de cannabis partagent une nocivité commune, notamment sur la mémoire, mais que certains dégâts du cannabis sur l'intelligence sont plus prononcés chez les adolescents et adolescentes. Des observations indiquant une neurotoxicité spécifique et durable du cannabis sur le cerveau en développement, touchant en particulier les fonctions cérébrales régulant l'inhibition, ce qui contribue à expliquer pourquoi la consommation de marijuana est associée à une augmentation du risque de développer une schizophrénie comme d'autres troubles psychiatriques.

Slate.fr

Newsletters

Ces légendes urbaines persistantes sur le rhume en hiver

Ces légendes urbaines persistantes sur le rhume en hiver

Les astuces de grand-mère trouvent encore grâce aux yeux des parents.

On nous aurait menti sur la crise de la quarantaine

On nous aurait menti sur la crise de la quarantaine

Les perturbations liées à l'approche de l'âge mûr sont beaucoup plus positives que la société veut nous le faire croire.

Un nouveau médicament pourrait prévenir la maladie d'Alzheimer

Un nouveau médicament pourrait prévenir la maladie d'Alzheimer

Le traitement est encore au stade expérimental, mais les scientifiques sont optimistes.

Newsletters