Égalités / Monde

Au Pakistan, une compagnie aérienne oblige des hôtesses de l'air à perdre 13 kilos

Temps de lecture : 2 min

Dans six mois, celles qui pèseront plus de 68 kilos pour 1,65 mètre devront rester au sol.

Un avion de Pakistan International Airlines  | AERO ICARUS via Flickr CC License by
Un avion de Pakistan International Airlines | AERO ICARUS via Flickr CC License by

Pour commencer 2019, la compagnie aérienne Pakistan International Airlines a diffusé une circulaire décrétant que certaines hôtesses étaient officiellement en surpoids et qu'elles avaient six mois pour perdre 13 kilos.

Le 1er juillet prochain, les hôtesses qui pèsent plus de 68 kilos pour 1,65 mètres n'auront en effet plus le droit de travailler dans les avions. Elles seront évaluées par une équipe médicale qui leur proposera un plan minceur.

Les employées se sont plaintes et menacent de mener une action légale contre leur hiérarchie. Cette circulaire minceur est d'autant plus absurde que Pakistan International Airlines vient de licencier plusieurs employés, dont neuf pilotes, qui avaient des faux diplômes.

Autrefois respectable, la compagnie est en chute libre depuis les années 1970. Certains de ses employés ont été inculpés pour trafic de drogue et, en 2017, la direction a dû s'excuser après avoir oublié deux cadavres qui devaient être transférés de New York au Pakistan. En 2013, un pilote de la compagnie a fait de la prison en Angleterre car il était ivre et sur le point de piloter un avion avec 156 personnes à bord.

Si ces scandales sont spécifiques à la Pakistan International Airlines, les discriminations sexistes à l'encontre des hôtesses de l'air sont courantes. En 2017, plusieurs d'entre elles ont fait un procès en discrimination à la compagnie russe Aeroflot, accusant leurs employeurs de réserver les vols internationaux mieux rémunérés aux hôtesses les plus minces et les plus jeunes.

Newsletters

«Et pourtant elles tournent»: le palmarès du concours Arte

«Et pourtant elles tournent»: le palmarès du concours Arte

Dix-sept réalisatrices viennent d'être désignées lauréates du concours de courts-métrages documentaires au féminin lancé en décembre 2020 par Arte France, dont Slate est partenaire.

L'extrême droite veut faire main basse sur nos utérus de femmes blanches

L'extrême droite veut faire main basse sur nos utérus de femmes blanches

Refuser aux femmes la possibilité de se réaliser comme un individu qui fait seul ses choix, exercer des pressions sur elles, les ramener sans cesse et les limiter socialement à leurs fonctions reproductives, c'est au fondement de la pensée d'extrême droite.

James Bond se comportait comme un violeur dans ses premiers films, estime le réalisateur de «Mourir peut attendre»

James Bond se comportait comme un violeur dans ses premiers films, estime le réalisateur de «Mourir peut attendre»

Cary Fukunaga fait notamment référence à une scène d'«Opération Tonnerre», sorti en 1965.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio