France

Elisabeth Badinter déplore un retour en arrière pour les femmes

Temps de lecture : 2 min

Elisabeth Badinter est jeudi 11 février toute la journée l'invitée de France Inter à l'occasion de la sortie de son nouveau livre. Intitulé Le Conflit, la femme et la mère, il dénonce une nouvelle exaltation de la maternité analysé comme une régression par la philosophe féministe.

L'essai d'Elisabeth Badinter tire la sonnette d'alarme sur la montée en puissance d'une idéologie naturaliste qui tend à renvoyer les femmes à la maison, «au nom du bonheur de l'enfant». La philosophe épingle quelques symptômes apparemment anodines de cette tendance: les mérites tant vantés de l'allaitement, la taxation des couches jetables jugées trop polluantes...

Les femmes sont également toujours jugées, consciemment ou pas, presque exclusivement responsables du bien-être de leur enfant. En plus de devoir satisfaire la longue liste des «besoins naturels» formalisés par les pédopsychiatres, elles doivent se montrer équilibrées, professionnellement épanouies et parfaitement disponibles. Elisabeth déplore aussi un retour à la famille «à l'ancienne», qui voit des femmes surdiplômées renoncer à leur carrière pour élever leur enfant.

[Voir Elisabeth Badinter sur France Inter]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: capture d'écran

Slate.fr

Newsletters

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

*Et les supportrices.

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

Newsletters