Société / Tech & internet

Et le mot de l'année 2018 est... «nomophobie»

Temps de lecture : 2 min

Une décision qui émane du comité du Cambridge Dictionary.

Le mot «nomophobie» succède à «populisme» au palmarès | Park Van Ness via Flickr CC License by

Après paranoid (paranoïaque) en 2016 et populism (populisme) en 2017, le Cambridge Dictionary a récemment élu son mot de l'année 2018. Il s'agit de nomophobia, un mot dont la traduction française (nomophobie) ne figure pas encore dans nos dictionnaire.

Le mot est méconnu par chez nous mais il est pourtant utilisé depuis des années, notamment dans la presse. La nomophobie désigne «la peur ou l'inquiétude ressentie à l'idée de se trouver sans téléphone mobile ou d'être dans l'impossibilité de s'en servir». Le préfixe nomo- consiste tout simplement en une contraction des mots no mobile phone (pas de téléphone mobile).

Comme le raconte The Independent, le comité du Cambridge Dictionary a invité les membres du lectorat de son blog, ainsi que les internautes qui la suivent sur les réseaux sociaux, à choisir le mot le plus emblématique de 2018 parmi une liste de quatre mots préselectionnés. Sur le blog, on peut lire ce commentaire émanant du comité: «Votre choix montre que, tout autour du monde, les gens ont tellement l'habitude de ce type d'anxiété qu'il était réellement nécessaire de lui donner un nom».

Devant «ecocide», «no-platforming» et «gender gap»

La nomophobie a donc été plus forte que les termes ecocide (qui désigne la destruction délibérée et complète d'un écosystème), no-platforming (pratique consistant à empêcher une personne de rendre ses idées publiques dans la mesure où l'on estime que celles-ci sont dangereuses ou inacceptables) et gender gap (la différence entre les façons dont la société traite les hommes et les femmes). Des idées dont on devrait continuer à entendre parler plus d'une fois en 2019.

Slate.fr

Newsletters

La révolte anti-élites politiques est bien plus grave qu’un conflit de classe

La révolte anti-élites politiques est bien plus grave qu’un conflit de classe

Une lecture marxiste du mouvement des «gilets jaunes» n'offre qu’une analyse superficielle de la situation.

Invalide

Invalide

Merci Gillette pour ta pub, on en avait vraiment besoin

Merci Gillette pour ta pub, on en avait vraiment besoin

«Les garçons qui regardent aujourd’hui sont les hommes de demain.»

Newsletters