Monde

La Californie bannit la vente d'animaux domestiques provenant d'élevages en animalerie

Temps de lecture : 2 min

C'est le premier État américain à adopter une loi du genre.

Nos amis les bêtes vont aimer vivre en Californie. | Matt Nelson via Unsplash CC License by
Nos amis les bêtes vont aimer vivre en Californie. | Matt Nelson via Unsplash CC License by

À partir du 1er janvier 2019, une nouvelle loi entrera en vigueur en Californie: les animaleries ne pourront plus vendre que des animaux qui ont été secourus. Plus précisément, les chiens, chats et lapins vendus devront provenir uniquement de refuges pour animaux et non d'élevages.

Les groupes de défense des animaux voient en cette annonce un pas en avant contre les «usines à chatons» et «fabriques à chiots», comme ils les appellent. Ils avancent que les gros volumes d'animaux présents actuellement dans ces centres, où les bêtes sont croisés pour le profit, peuvent mener à des traitements inhumains et à des problèmes de santé physique et mentale, pour certains à long terme.

Ce nouveau texte a été adopté fin 2017 et exige des animaleries des registres retraçant l'origine de chaque animal pour des contrôles réguliers. Un vendeur en infraction devra s'acquitter d'une amende de 500 dollars (environ 436 euros).

Premiers exemples

Patrick O'Donnell, élu à l'assemblée de l'État de Californie et auteur du texte, soutient que la loi n'est pas seulement une «grande victoire» pour «nos amis à quatre pattes», mais aussi pour les contribuables qui paient des centaines de millions pour les refuges d'animaux.

En revanche, le texte ne concerne pas les ventes des éleveurs privés ni celles entre particuliers, seulement les magasins, dont les responsables s'inquiètent des possibles conséquences de l'entrée en vigueur de cette nouvelle loi et craignent la faillite.

Selon la Société américaine pour la prévention de la cruauté envers les animaux, plus de 6,5 millions d'animaux domestiques intègrent un refuge tous les ans aux États-Unis. Environ 1,5 millions d'entre-eux sont euthanasiés.

Newsletters

Beyrouth, ville poussière

Beyrouth, ville poussière

La capitale du Liban portait déjà plusieurs strates de son histoire sur ses façades, nombreuses à garder les traces de la guerre civile. À présent, les immeubles en ruines sont aussi ceux qui ont été ébranlés par l'explosion du port, survenue le 4...

Le Cuba d’hier explique les manifestations d’aujourd’hui

Le Cuba d’hier explique les manifestations d’aujourd’hui

Le 11 juillet 2021, les Cubains descendent dans la rue pour demander la «fin de la dictature», un événement presque inédit dont Jorge Felipe Gonzales décrit les racines. 

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 24 au 30 juillet 2021

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 24 au 30 juillet 2021

Reconnaissance d'une «dette» de l'État français à l'égard de la Polynésie française, JO de Tokyo et incendies en Sibérie... La semaine du 24 au 30 juillet 2021 en images.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio