Société

Le roi des radins lègue 11 millions de dollars à des associations

Temps de lecture : 2 min

Une vie de bouts de chandelle et un sacré cadeau à la clé.

L'homme n'était pas connu des bénévoles de ces différentes associations | pinguino k via Flickr CC License by

Dans le quartier de Seattle où il vivait, Alan Naiman était connu comme l'homme le plus radin de l'histoire. Le genre d'homme qui préfère rafistoler mille fois sa paire de chaussures avec du scotch plutôt que d'en acquérir une nouvelle, bien qu'il ait apparemment le moyen de consentir à cet achat. Lorsqu'il invitait ses amis à dîner, Naiman les emmenait au fast-food du coin plutôt que dans un restaurant plus huppé, là aussi par choix plus que par contrainte. Et il n'hésitait pas à faire la fermeture des épiceries afin de rafler pour pas cher des produits en passe d'être mis au rebut.

Travailleur social pour l'État de Washington, Alan Naiman est décédé en janvier 2018 d'un cancer, à l'âge de 63 ans. La nature de son testament a surpris tout le monde, raconte le New York Post: même les personnes qui le connaissaient le mieux ne se doutaient pas qu'il était parvenu à amasser de nombreux millions de dollars au cours de son existence, et qu'il en offrirait 11 à des associations caritatives.

Célibataire et sans enfant, Naiman ne s'est pas contenté de son job principal: de façon inexplicable, il enchaînait les petits boulots et les heures supplémentaires, comme s'il avait des dettes à rembourser (ce qui n'était donc pas le cas). Sensible à la cause des personnes démunies, il parlait peu de son frère aîné, déficient intellectuel, décédé en 2013, mais il semblait clairement être révolté par le sort des enfants défavorisés, qu'ils soient nés avec un problème de santé ou dans un contexte social difficile.

Cette somme, Alan Naiman a décidé bien avant sa mort de la léguer à différentes oeuvres de charité s'occupant de personnes malades, handicapées, pauvres ou orphelines. Aucune thématique commune ne semble réunir les associations choisies, si ce n'est leur désir d'aider les êtres humains (et surtout les enfants) en difficulté.

La fortune d'Alan Naiman n'est pas seulement due à des économies de bouts de chandelles: l'homme a prudemment investi tout au long de son existence. Mais ce n'est pas tout: d'après l'un de ses amis, il avait également touché un héritage conséquent de la part de ses parents, qui lui auraient légué plusieurs millions à leur mort.

Il voyage en solitaire

Parmi les dons effectués, on sait qu'Alan Naiman a légué 2,5 millions à un centre s'occupant principalement d'enfants nés de mères toxicomanes. Il a également donné 900 000 dollars à l'association Treehouse, qui s'occupe d'enfants orphelins.

Très solitaire, Alan Naiman laisse derrière lui une ribambelle de points d'interrogation, ses proches reconnaissant ne pas connaître si bien que cela celui qui n'aimait rien tant que les longs voyages solitaires... et peu coûteux.

La seule folie de sa vie, Naiman se l'est autorisée en 2013, lorsque cet amoureux de voitures s'est offert une Scion FR-S, voiture aux apparences sportives mais au prix relativement raisonnable. On imagine que les railleries autour de son obsession pour l'argent ont dû être nombreuses au cours de sa vie, mais il semble désormais bien difficile d'éprouver autre chose que de l'admiration pour celui qui se contenta toute sa vie du minimum afin d'offrir du bonheur sans rien espérer en retour.

En savoir plus:

Newsletters

En Espagne, des élèves ont cours sur la plage

En Espagne, des élèves ont cours sur la plage

Une initiative qui plaît autant aux enfants qu'aux professeurs. 

Comment se portent nos amitiés au fil des confinements?

Comment se portent nos amitiés au fil des confinements?

Depuis un an, les réseaux sociaux permettent, entre autres, de conserver ces liens mis à mal par la crise sanitaire.

«J'ai fini par me détester et me dégoûter»

«J'ai fini par me détester et me dégoûter»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Ludovic, qui s'est totalement replié sur lui-même après une déception amoureuse.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters