Sciences

Pourquoi Neil Armstrong et Buzz Aldrin ne sont-ils pas devenus amis?

Temps de lecture : 2 min

Les deux astronautes n'ont pas vraiment noué de liens durables pendant la mission Apollo 11.

Neil Armstrong et Buzz Aldrin dans un simulateur de la base de Cap Canaveral en Floride, le 11 juillet 1969 | Nasa via Wikimedia Commons License by

Cet article est publié en partenariat avec Quora, plateforme sur laquelle les internautes peuvent poser des questions et où d'autres, spécialistes du sujet, leur répondent.

La question du jour: «Quelle relation Neil Armstrong et Buzz Aldrin avaient-ils après l’alunissage?»

La réponse de H. Paul Honsinger, passionné de vols dans l’espace et auteur de romans de science-fiction:

En complément de ce qu’ont indiqué toutes les autres personnes ayant proposé d’excellentes réponses, j’ajouterais ce qui suit (j’espère que ce sera utile).

Nombre de personnes ne comprennent pas comment étaient les astronautes de cette génération. Ils étaient TOUS extrêmement intelligents, très bons pilotes, dotés d’une excellente résistance à la pression et d’un formidable esprit d’analyse, et braves comme des lions. Mais dans ces paramètres, il y avait beaucoup de variations. Or les relations durables reposent sur la compatibilité des intérêts et des tempéraments. Et Armstrong et Aldrin étaient à l’opposé l’un de l’autre.

Armstrong était le pilote d’essais par excellence: précis, serein, doué. Il maîtrisait parfaitement sa machine et ses capacités. Il s’attachait peu à la théorie: il était là pour partir en mission avec sa machine et lui faire faire ce pour quoi elle avait été construite.

Aldrin, quant à lui, était une sorte de prototype du scientifique-astronaute, un pilier des missions spatiales. Bien sûr, c’était un pilote compétent et incisif, mais il était également titulaire d’un diplôme en mécanique orbitale et avait fait sa thèse sur la base théorique du rendez-vous spatial. Il se sentait à l’aise avec la théorie, les mathématiques supérieures, la mécanique orbitale et d’autres sujets très techniques.

Aldrin «réfléchissait», tandis qu’Armstrong «faisait» –même si, bien entendu, tous deux étaient excellents en réflexion et en action; c’était une question d’emphase intellectuelle et de tempérament.

L’une des meilleures illustrations de la différence entre les deux hommes tient dans leurs descriptions respectives de la surface lunaire: Armstrong disait qu’elle était «belle», alors qu’Aldrin la décrivait comme une «désolation magnifique».

Centres d'intérêt divergents

Les dissemblances entre les deux astronautes étaient criantes dans la transcription des débriefings. Neil Armstrong donnait des informations utiles sur les performances du vaisseau spatial, sur ses impressions lors du pilotage du module lunaire et sa maniabilité, sur la facilité avec laquelle on pouvait contrôler la vitesse de descente, etc. Buzz Aldrin, quant à lui, décrivait en détail la surface de la lune, le comportement de la poussière, la compacité du sol (régolithe), la couleur apparente des étoiles et de la Terre, la distance à laquelle on voyait, l’aspect des ombres et d’autres éléments plus intéressants pour les scientifiques que pour les futurs pilotes de ce type spécifique de vaisseau spatial.

Il est aussi intéressant de noter qu’Aldrin était très à l’aise en public et aimait attirer l’attention, tandis qu’Armstrong cessa de se montrer et de signer des autographes dès qu’il en eut la possibilité.

Neil Armstrong avait même demandé à ce que sa sépulture soit en mer, sans doute parce qu’il ne souhaitait pas que sa tombe devienne un sanctuaire –mais comme il avait fait partie de la marine, cette théorie est peut-être erronée.

Quand on voit à quel point ces hommes étaient différents, on ne s’étonne pas qu’ils ne soient pas devenus amis.

Newsletters

Vos maux de tête ne proviennent pas de votre cerveau

Vos maux de tête ne proviennent pas de votre cerveau

Le cerveau n'a pas de récepteurs de la douleur, ce qui permet des opérations chirurgicales spectaculaires. Mais s'il ne ressent aucune douleur lui-même, il perçoit néanmoins toute la douleur du corps.

Plus vous êtes proche de quelqu'un, moins vous êtes susceptible de l'écouter attentivement

Plus vous êtes proche de quelqu'un, moins vous êtes susceptible de l'écouter attentivement

Voilà pourquoi vous n'écoutez jamais votre partenaire.

Espérance mathématique et désespoir climatique: pourquoi il est rationnel de paniquer

Espérance mathématique et désespoir climatique: pourquoi il est rationnel de paniquer

[TRIBUNE] Considérer les pires scénarios ne fera que nous aider à prendre des mesures fortes et rapides, pour l'instant ralenties par l'inertie de nos habitudes et le conservatisme politique.

Newsletters