Société / Monde

Le Japon ne veut plus de personnes âgées au volant

Temps de lecture : 2 min

Elles commettent trop d'accidents.

Difficile de ne pas prendre la voiture dans les zones rurales mal desservies | Juniper Photon via Unsplash CC License by
Difficile de ne pas prendre la voiture dans les zones rurales mal desservies | Juniper Photon via Unsplash CC License by

Vous l’avez peut-être vue passer sur votre fil Twitter: une vidéo d’une conductrice japonaise, visiblement agée, seule au volant, roulant à toute vitesse sur un trottoir. On peut y entendre les personnes qui filment mi-amusées, mi-effrayées, rire et hurler «Grand-mère, grand-mère».

Si la vidéo est amusante, le comportement de la conductrice reste très dangereux et se trouver être symptomatique d’un réel problème: la police japonaise estime que les personnes âgées sont responsables de 12.9% des accidents de la route mortels sur l’archipel. Soit, tout de même, 7,7 accidents pour 100.000 personnes détentrices d’un permis de conduire de plus de 75 ans. Plus du double des statistiques des plus jeunes.

Retrait volontaire du permis de conduire

Pour lutter contre ce phénomène, le gouvernement a demandé aux personnes les plus âgées de rendre volontairement leurs permis. Depuis mars 2017, elles doivent passer un test à chaque renouvellement de permis, tous les trois ans, ou après chaque infraction. Le test est une occasion de le rendre volontairement si des signes avant-coureurs de démence apparaissent. Ainsi, 423.000 personnes ont renoncé à leur permis de conduire depuis la fin 2017 –un record–, ce qui a entraîné une baisse du nombre d’accidents, mais de seulement 0.6% par rapport à l’année précédente.

Le problème est qu'au Japon, il est quasi impossible de se passer de voiture, surtout dans les zones rurales mal desservies par les transports en commun. Et la situation n’est pas près d’être réglée puisque la population est de plus en plus vieillissante et que le pays connait une pénurie de chauffeurs de bus.

Newsletters

La semaine imaginaire d'Éric Zemmour

La semaine imaginaire d'Éric Zemmour

Chaque samedi, Louison se met dans la peau d'une personnalité qui a fait l'actu et imagine son journal de bord.

Parler de fascisme à propos de la France actuelle n'est pas un abus de langage

Parler de fascisme à propos de la France actuelle n'est pas un abus de langage

Le sociologue Ugo Palheta dépeint très justement la situation: «Il n'y a pas de régime fasciste en France actuellement, mais il y a des mouvements politiques qui propagent diverses idéologies fascistes.» Il ne faut pas tomber dans le piège de la banalisation.

Les documentaires animaliers ou le monde à son meilleur

Les documentaires animaliers ou le monde à son meilleur

[BLOG You Will Never Hate Alone] Rien de tel que le spectacle d'une baleine dans son élément naturel pour oublier les tracas de la vie quotidienne.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio