Égalités / Santé

Pour lutter contre le viol, l'éducation à la sexualité marche réellement

Temps de lecture : 2 min

Par contre, les cours de chasteté et d'abstinence n'ont aucun effet.

 L'éducation sexuelle, un cadeau pour toute la vie  | anqa via Flickr CC License by

Des chercheurs de l'université de Columbia ont observé que les cours d'éducation sexuelle dispensés avant 18 ans et incluant une formation au consentement négatif –apprendre à dire non à une proposition sexuelle– réduisent de manière significative le risque d'être victime d'agression sexuelle et de viol durant ses études supérieures.

Leur étude se fonde sur l'analyse de questionnaires confidentiels envoyés à 1.671 étudiants et étudiantes de Columbia et du Barnard College au cours du printemps 2016, ainsi que sur des entretiens qualitatifs menés auprès de 151 élèves de premier cycle de janvier 2015 à janvier 2017. Ce travail montre que le cocktail le plus efficace pour réduire le risque de violences sexuelles à la fac consiste en une formation au consentement associée à des informations sur les maladies sexuellement transmissibles et les diverses méthodes contraceptives. À l'inverse, les cours de chasteté et d'abstinence de plus en plus populaires aux États-Unis n'ont aucun effet préventif.

«Il est nécessaire de commencer tôt l'éducation à la sexualité», commente John Santelli, pédiatre et auteur principal de l'étude. «Il est temps de mettre en œuvre une prévention des agressions sexuelles adaptée aux différentes étapes de la vie pour enseigner aux jeunes, et ce avant leur arrivée à l'université, la différence entre relations sexuelles saines et malsaines, comment dire non aux relations sexuelles non désirées et comment dire oui aux rapports qu'ils désirent.»

En plus d'une exposition à une éducation sexuelle complète, les chercheurs ont isolé plusieurs facteurs associés au risque d'être victime de viol pendant ses études: avoir eu des contacts sexuels non désirés avant l'entrée à la fac (surtout chez les jeunes femmes), avoir été maltraité durant son enfance ou avoir consommé de l'alcool et de la drogue avant sa majorité.

Slate.fr

Newsletters

She-Ra et ses copines infligent une bonne baffe féministe au monde des super-héros

She-Ra et ses copines infligent une bonne baffe féministe au monde des super-héros

«She-Ra et les princesses au pouvoir», diffusé sur Netflix depuis novembre 2018, met au goût du jour son ancêtre des années 1980, sororité et problématiques LGBT+ incluses.

Aux États-Unis, la question de l'antisémitisme fait imploser la Women's March

Aux États-Unis, la question de l'antisémitisme fait imploser la Women's March

Deux ans après sa première manifestation, le mouvement se divise. En cause, le refus de l'une des fondatrices de condamner les propos antisémites et homophobes du leader de Nation of Islam.

Depuis les protestations lors de l’hymne américain, les joueurs noirs de NFL sont moins aimés par les fans blancs

Depuis les protestations lors de l’hymne américain, les joueurs noirs de NFL sont moins aimés par les fans blancs

Chaque année, une étude évalue la popularité des stars de la ligue de football américain.

Newsletters