Égalités / Santé

Pour lutter contre le viol, l'éducation à la sexualité marche réellement

Temps de lecture : 2 min

Par contre, les cours de chasteté et d'abstinence n'ont aucun effet.

 L'éducation sexuelle, un cadeau pour toute la vie  | anqa via Flickr CC License by

Des chercheurs de l'université de Columbia ont observé que les cours d'éducation sexuelle dispensés avant 18 ans et incluant une formation au consentement négatif –apprendre à dire non à une proposition sexuelle– réduisent de manière significative le risque d'être victime d'agression sexuelle et de viol durant ses études supérieures.

Leur étude se fonde sur l'analyse de questionnaires confidentiels envoyés à 1.671 étudiants et étudiantes de Columbia et du Barnard College au cours du printemps 2016, ainsi que sur des entretiens qualitatifs menés auprès de 151 élèves de premier cycle de janvier 2015 à janvier 2017. Ce travail montre que le cocktail le plus efficace pour réduire le risque de violences sexuelles à la fac consiste en une formation au consentement associée à des informations sur les maladies sexuellement transmissibles et les diverses méthodes contraceptives. À l'inverse, les cours de chasteté et d'abstinence de plus en plus populaires aux États-Unis n'ont aucun effet préventif.

«Il est nécessaire de commencer tôt l'éducation à la sexualité», commente John Santelli, pédiatre et auteur principal de l'étude. «Il est temps de mettre en œuvre une prévention des agressions sexuelles adaptée aux différentes étapes de la vie pour enseigner aux jeunes, et ce avant leur arrivée à l'université, la différence entre relations sexuelles saines et malsaines, comment dire non aux relations sexuelles non désirées et comment dire oui aux rapports qu'ils désirent.»

En plus d'une exposition à une éducation sexuelle complète, les chercheurs ont isolé plusieurs facteurs associés au risque d'être victime de viol pendant ses études: avoir eu des contacts sexuels non désirés avant l'entrée à la fac (surtout chez les jeunes femmes), avoir été maltraité durant son enfance ou avoir consommé de l'alcool et de la drogue avant sa majorité.

Newsletters

«Détester les hommes», le nouveau cool de l'édition féministe?

«Détester les hommes», le nouveau cool de l'édition féministe?

Dans cet épisode de Poire et Cahuètes, on se penche sur deux livres de la rentrée qui ont fait beaucoup parler: Moi les hommes, je les déteste, de l'écrivaine et féministe Pauline Harmange (Éditions du Seuil), et Le Génie lesbien, de la...

En Hongrie, un livre inclusif crée la discorde

En Hongrie, un livre inclusif crée la discorde

S'il n'avait pas de visée politique au départ, «Meseország Mindenkié», une anthologie prônant l'ouverture et la tolérance, incarne désormais un symbole de résistance face au conservatisme d'Orbán.

En Turquie, la communauté LGBT+ doublement asphyxiée par le coronavirus

En Turquie, la communauté LGBT+ doublement asphyxiée par le coronavirus

[ÉPISODE 3] Alors que la crise du Covid-19 a privé la communauté queer de sa fête thérapeutique et précarisé de nombreuses personnes LGBT+, ces dernières doivent faire face à la poussée de l'homophobie qui anime la classe politique au pouvoir.

Newsletters