Monde / Culture

Le jour où Sacha Baron Cohen a trouvé que ça allait trop loin est arrivé

Temps de lecture : 2 min

L'acteur a même fini par confier les rushes de son émission «Who is America?» au FBI.

Sacha Baron Cohen à Los Angeles, le 23 mai 2016 | Robyn Beck / AFP
Sacha Baron Cohen à Los Angeles, le 23 mai 2016 | Robyn Beck / AFP

On connaît le goût de Sacha Baron Cohen pour les canulars les plus osés, voire les plus politiques, ce qu'il s'amuse à faire dans son émission Who is America?, diffusée sur Showtime. Prêt à aller loin, très loin, l'acteur vient cependant de démontrer qu'il avait des limites... et une certaine éthique. Pas de quoi lui décerner une médaille, mais c'est néanmoins très rassurant.

Récemment, raconte Esquire, l'interprète de Borat s'est glissé dans la peau de Gio Monaldo, l'un de ses personnages récurrents, pour réaliser un entretien avec un concierge travaillant à Las Vegas. Lors de l'échange entre les deux hommes, Monaldo confie au concierge qu'il est un violeur d'enfants (ressort comique plus que discutable), puis ajoute qu'il aimerait sortir faire la fête le soir même et qu'il voudrait trouver un jeune garçon pour passer la soirée (voire la nuit) avec lui.

La réaction de l'homme est pour le moins inattendue: il demande à Monaldo ses critères précis, notamment sur son âge favori en matière de petits garçons («Entre 8 ans et l'âge de la Bar Mitzvah», répond l'acteur). Le concierge explique alors à son interlocuteur qu'il peut le mettre en relation avec quelqu'un qui lui fournira ce qu'il recherche.

Affaire classée

Sacha Baron Cohen finit par changer de sujet et mener l'entretien jusqu'à son terme, mais sa décision est rapidement prise: au lieu de diffuser les images, terriblement sombres et absolument pas drôles, il choisit de confier les prises de vue au FBI afin d'aider à l'éventuel démantèlement d'un réseau de pédophilie destiné à des hommes riches de Las Vegas. Une décision tout à fait responsable qui n'aboutira finalement sur rien, le FBI ayant décidé de ne pas donner suite à l'affaire pour des raisons qui n'ont pas été dévoilées.

L'acteur vient par ailleurs d'annoncer qu'il ne diffuserait pas non plus une interview de Sarah Palin, jugée pas assez drôle, et que le programme Who is America?, malgré son retentissement certain, ne serait pas reconduit.

Newsletters

Le lobbying ne date pas d’hier, mais du XVIIᵉ siècle

Le lobbying ne date pas d’hier, mais du XVIIᵉ siècle

La Compagnie britannique des Indes orientales a réussi à influencer les plus hautes sphères politiques d'outre-Manche.

Elizabeth Warren est-elle socialiste, comme l'assure la presse conservatrice américaine?

Elizabeth Warren est-elle socialiste, comme l'assure la presse conservatrice américaine?

L'entrée en campagne réussie de la sénatrice dans les primaires démocrates aux États-Unis invite à considérer de près son programme qui peut sembler radical.

Le rap est-allemand, nostalgie d'un pays que les jeunes n'ont jamais connu

Le rap est-allemand, nostalgie d'un pays que les jeunes n'ont jamais connu

Trente ans après la chute du mur de Berlin, les odes à la RDA rencontrent un surprenant succès auprès d'une génération qui n'a jamais connu son pays scindé en deux.

Newsletters