Politique / Société

«Nous, les royalistes, sommes des “gilets jaunes” comme les autres»

Temps de lecture : 5 min

Les deux prétendants au trône de France suspendent leur opposition historique pour soutenir la contestation.

Couronne royale | Pro Church Media via Unsplash CC License by
Couronne royale | Pro Church Media via Unsplash CC License by

Vous avez sûrement vu passer sur les réseaux sociaux cette parodie virale du célèbre tableau de Delacroix.

Contrairement à ce qu’on peut croire, La Liberté guidant le peuple ne se réfère pas à la Révolution française de 1789, mais aux Trois Glorieuses, la révolution du 27, 28 et 29 juillet 1830. Qu’importe: comme à chaque moment historique, l’image est allègrement reprise. Et le symbole du soulèvement populaire subsiste.

Une différence toutefois dans la comparaison récurrente entre les sans-culottes de 1789 et les «gilets jaunes»: les royalistes sont désormais dans le camp des révolutionnaires. En 2018, ils manifestent et occupent les ronds-points.

Querelles de chapelle

Vous l’ignoriez peut-être, mais nous avons actuellement deux prétendants à la Couronne de France. D’un côté, Louis de Bourbon, qui règnerait sous le nom de Louis XX, descendant de Louis XIV. De l’autre, Jean d’Orléans, ou Jean de France, fils du Comte de Paris et héritier de Louis-Philippe. Depuis plus de trois siècles, Bourbons et Orléans se mènent une guerre sans merci à coups de traités historiques, procès et communiqués. En jeu: la légitimité au trône de France. Une légitimité qui passe aussi par l’opinion publique. Le 8 décembre, après Isabelle Balkany, Franck Dubosc ou Michel Polnareff, Louis XX a publié un communiqué de soutien aux «gilets jaunes». «Je tiens à exprimer ma solidarité et ma profonde compassion pour ceux qui souffrent, dénués de ressources, écrasés de charges, humiliés et privés d’Espérance», écrit le prétendant. Déclaration qui, de manière inattendue, a fait le tour de la presse française. Pour le plus grand plaisir de ses défenseurs.

Baptiste Roger-Lacan, agrégé d’histoire et spécialiste du royalisme, explique: «Louis XX est un maniaque de la plume, mais c’est la première fois que je vois un de ses communiqués repris par les médias. Dans l’immense cacophonie actuelle, tout le monde peut être réceptif à n’importe quel message. Louis XX a remis une pièce dans la machine, alors que l’écrasante majorité des “gilets jaunes” ne devaient même pas connaître son existence.» Un peu après le Bourbon ce même 8 décembre, son concurrent Jean de France s’est à son tour fendu d’un message de soutien au mouvement de contestation. Son père, le Comte de Paris, tweete quant à lui frénétiquement depuis le début du mouvement.

Malgré tout, les orléanistes n’ont pas obtenu le même écho médiatique, et les pro-Louis XX se désolent du «mauvais timing» de l’annonce de Jean de France. Mais, comme le rappelle Stéphanie, soutien des Bourbons: «On ne va pas reprocher aux orléanistes de soutenir les “gilets jaunes”! Au moins, ils font quelque chose de bien.»

Des convictions communes

Même avis du côté des orléanistes. «C’est très bien que cette personne [Louis de Bourbon, NDLR] prenne position. Même s’il faut se questionner sur le fait qu’il est banquier…», tacle Antoine Berth, porte-parole de l’Action française, mouvement politique nationaliste et royaliste d’extrême-droite. Il reprend: «Mais il n’y a pas de sujet. Nous, les royalistes, sommes des “gilets jaunes” comme les autres, sans signe distinctif. Notre objectif, c’est que la lutte aboutisse. Si tout allait bien en France, je retournerais cultiver mes salades et on serait tranquilles.» Les deux maisons font front contre l’ennemi commun: la République. «Les royalistes trouvent les revendications du mouvement justes. C'est assez fun, en ce moment, les dîners parisiens: la noblesse et les royalistes sont dans la rue avec les “gilets jaunes”, ce qui outre la haute bourgeoisie financière pro-Macron», raconte Stéphanie.

Pour Baptiste Roger-Lacan, il n’y a rien d’étonnant à ce que les deux prétendants se positionnent en faveur des «gilets jaunes»: «Marie-Antoinette et Versailles ne doivent pas faire oublier les tentatives de captation des couches populaires par les royalistes après 1789. Dans leur idée, il y a quelque chose de fort qui se noue entre le monarque et son peuple. Dans la tradition historiographique développée en France a partir du XIXe, le roi s’est toujours allié avec son peuple pour casser les corps intermédiaires.»

Partis politiques, entreprises, syndicats… tout ce que les «gilets jaunes» rejettent. «À partir du moment où la monarchie s’est totalement effondrée, en 1848, les différents prétendants ont essayé de se présenter comme un recours du peuple face à des élites issues des révolutions», poursuit l’historien. Selon lui, les royalistes pourraient tirer parti de la situation: «La rhétorique qui consiste à dire que le roi est le seul choix démocratique peut prendre. Par nature, il n’est pas éligible, il est au service du peuple et il incarne un recours évident face aux affairistes, aux magouilleurs, à la République soi-disant inévitablement corrompue parce qu’elle met en jeu des intérêts particuliers.»

Antoine Berth évoque «plusieurs milliers de contacts sur toute la France» pris par l’Action française depuis mi-novembre via leurs réseaux sociaux.

Une «union sacrée» des royalistes?

Même le référendum d’initiative citoyenne (RIC) est défendu d’une même voix par les royalistes. «Un RIC montrerait que le peuple gouverne. Dans notre façon de concevoir la monarchie populaire, le roi s’occupe des fonctions régaliennes et le reste est pris en charge par des institutions décentralisées», dit Antoine Berth.Dans ces conditions, Bourbons et Orléans sont mobilisés ensemble. Pour preuve: depuis le début du mouvement, la page satirique orléaniste à plus de 40.000 likes «Memes Royalistes», qui ne se fait d’ordinaire pas prier pour taper sur Louis XX et ses défenseurs, ne s’attaque presque plus qu’à Emmanuel Macron et la République. «Je ne pense pas que cette “union sacrée” perdurera», s’amuse Baptiste Roger-Lacan. «Dans les deux cas, on a affaire à deux prétendants qui se disent chaque matin devant la glace qu’ils devraient prendre la place de Macron. En voir un lâcher ce hochet au profit de l’autre, ça me semble improbable.» Et d’ajouter: «On peut imaginer que, dans peu de temps, ces mouvements reviendront à leurs sempiternelles guéguerres par réseaux sociaux interposés.»

Pourtant, chez les royalistes, on croit dur comme fer à ces retrouvailles en famille. Jean-Baptiste, pro-Bourbons issu de la «vieille noblesse d’épée», est galvanisé: «En attendant l’héritier, défendons l’héritage. Défendons le pays, le peuple français. Je me moque de savoir si mon camarade est orléaniste. Ces querelles devraient cesser car aujourd’hui, l’heure est grave. Le pays est en danger. Nous avons un système républicain qui a démontré son incapacité à nous protéger, à nous assurer un train de vie décent.» Le trentenaire se prend à rêver: «Qui peut nous dire si un jour la monarchie reviendra? Et qui peut nous dire qui sera sur le trône?» En attendant, les royalistes peuvent compter sur les symboles: les Trois Glorieuses de La Liberté guidant le peuple, tableau relié à tort à 1789 et repris par les «gilets jaunes», ont porté le dernier souverain français, l’orléaniste Louis-Philippe, sur le trône.

Bruno Lus Journaliste

Newsletters

À son tour, Macron s'abaisse à instrumentaliser l'immigration

À son tour, Macron s'abaisse à instrumentaliser l'immigration

Dans l'espoir de séduire l'électorat lepéniste, le président ressort les vieux clichés du bourgeois humaniste et de l'ouvrier xénophobe.

Ben Gourion était prêt à tout pour créer un État juif

Ben Gourion était prêt à tout pour créer un État juif

Question arabe, nationalisme, laïcité et sécurité sont au cœur des élections israéliennes de ce 17 septembre. Ces enjeux s'éclairent avec la nouvelle biographie du fondateur d'Israël par Tom Segev.

Quiz

Quiz

Newsletters