Santé / Monde

Aux États-Unis, les vétérinaires se suicident beaucoup plus que le reste de la population

Temps de lecture : 2 min

Les femmes sont particulièrement touchées par le phénomène.

Un vétérinaire indonésienne soigne un bébé singe en septembre 2018 | Chaideer Mahyuddin / AFP
Un vétérinaire indonésienne soigne un bébé singe en septembre 2018 | Chaideer Mahyuddin / AFP

En France, les agriculteurs sont la catégorie socioprofessionnelle la plus touchée par le suicide. Aux États-Unis, c'est chez les vétérinaires que l'on trouve un taux de suicide bien supérieur à la moyenne nationale, selon les statistiques publiées par l’American Veterinary Medical School. Ce journal a récemment publié une étude des Centers for Disease Control (CDC), qui ont analysé les circonstances de décès des 11.620 vétérinaires morts de 1979 à 2015.

Sur cette période, les hommes vétérinaires avaient 2,1 fois plus de risques de se suicider que le reste de la population. Chez les femmes vétérinaires, ce chiffre est encore plus dramatique: 3,5.

Les raisons de cette sureprésentation des suicides dans la profession seraient liées au haut niveau de stress causé par le travail, à la dépression et aux burn-out. Selon les scientifiques des CDC, «le processus de sélection des écoles vétérinaires demande des compétences académiques très rigoureuses et sélectionne donc des personnes perfectionnistes. Sauf que les perfectionnistes sont une population à risque pour le développement de maladies mentales, y compris l’anxiété et la dépression».

Moins peur de la mort

L’équipe du CDC suggère aussi que les études de vétérinaire pourraient réduire la peur de la mort, puisque l’euthanasie est présentée comme une manière acceptable de mettre fin aux douleurs d’un animal. Les vétérinaires ont très facilement accès aux produits utilisés pour euthanasier les animaux de manière indolore.

Au sein de la population globale, les hommes sont classiquement plus susceptibles de se suicider par arme à feu, alors que les femmes s’empoisonnent. Chez les vétérinaires, deux tiers des femmes se sont suicidées avec du poison pharmaceutique, contre un tiers seulement des hommes.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

D’après le docteur Robert Redfield, directeur des CDC, toutes ces recherches fournissent des données qui s’avéreront précieuses pour la prévention contre le suicide chez cette catégorie professionnelle très particulière.

Newsletters

Lèvres gercées: comment se débarrasser de cette plaie hivernale

Lèvres gercées: comment se débarrasser de cette plaie hivernale

Les baumes protecteurs se comptent par dizaines, mais bien peu font leur office. Revenir un instant sur les causes de nos gerçures permet de choisir la bonne solution.

Omicron: à quel point faut-il s'inquiéter du sous-variant BA.2?

Omicron: à quel point faut-il s'inquiéter du sous-variant BA.2?

Du deuxième des trois sous-variants du variant Omicron, on ignore encore trop de choses. Même si son profil se précise peu à peu.

Mon psy est mort, faudrait que je lui en parle

Mon psy est mort, faudrait que je lui en parle

Ce ne sont pas des morts comme les autres, et elles peuvent être vécues de façon singulière.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio