Politique

Emmanuel Macron a-t-il réussi à éteindre l'incendie des «gilets jaunes»?

Temps de lecture : 2 min

Avec un projet de loi et l'annonce d'un grand débat à venir.

Le projet de loi visant à calmer la révolte des «gilets jaunes» a été adopté ce jeudi à l’Assemblée nationale et devrait l’être ce vendredi au Sénat. Il contient quatre articles, qui reprennent les promesses formulées par Emmanuel Macron: prime exceptionnelle exonérée de charges et d’impôts, heures supplémentaires défiscalisées, baisse de la CSG et prime d’activité revalorisée.

Suffira-t-il à éteindre l'incendie? Difficile d'en être certain, à la veille d'un «acte VI» déjà annoncé par certains leaders du mouvement et sur des pages Facebook et alors que les cafouillages se sont multipliés au sein de l'exécutif.

«Il y a chez les “gilets jaunes” –qui sont des gens qui découvrent leur pouvoir– une sorte d'ivresse, une sorte de plaisir à se retrouver ensemble, à voir qu'on n'est pas seul, que les médias commencent à vous respecter plus que les politiques», estime Roland Cayrol, politologue et chercheur à Sciences Po.

Avec Virginie Le Guay, cheffe-adjointe du service politique de Paris Match, et Nicolas Tenzer, directeur de la revue Le Banquet et professeur à Sciences Po, ils en débattent dans «Politique», l'émission de Roselyne Febvre et de Jean-Marie Colombani sur France 24, en partenariat avec Slate.

Retrouvez «Politique» tous les jeudis à 16h10 sur France 24 et les vendredis après-midi sur Slate.fr.

Slate.fr

Newsletters

La révolte anti-élites politiques est bien plus grave qu’un conflit de classe

La révolte anti-élites politiques est bien plus grave qu’un conflit de classe

Une lecture marxiste du mouvement des «gilets jaunes» n'offre qu’une analyse superficielle de la situation.

On n’arrive plus à distinguer les choix dangereux de ceux simplement inédits de Trump

On n’arrive plus à distinguer les choix dangereux de ceux simplement inédits de Trump

Trump sert des burgers à la Maison-Blanche: les médias s’affolent. N'ont-ils rien d'autre à se mettre sous la dent?

Donnons aux «personnes en difficulté» les moyens de ne plus «déconner»

Donnons aux «personnes en difficulté» les moyens de ne plus «déconner»

En déclarant vouloir «responsabiliser» les pauvres qui «déconnent», le président entend exercer son pouvoir sur les personnes en difficulté, à l'instar d'un patron au XIXe siècle.

Newsletters