Égalités / Monde

Un Afro-Américain veut encaisser un chèque, la banque appelle la police

Temps de lecture : 2 min

L'établissement avait des doutes sur l'authenticité du chèque, en dépit de deux pièces d'identité et d'une empreinte digitale.

Une manifestation du mouvement Black Lives Matter, le 4 avril 2018 à Sacramento. | Justin Sullivan / Getty Images North America / AFP
Une manifestation du mouvement Black Lives Matter, le 4 avril 2018 à Sacramento. | Justin Sullivan / Getty Images North America / AFP

Le 1er décembre dernier, Paul McCowns, un homme afro-américain de 30 ans, s'est rendu dans une banque de Brooklyn, dans l'Ohio, pour encaisser la première paye de son nouveau travail. Mais au lieu de recevoir son argent, il s'est retrouvé menotté par la police qui avait été appelée sur les lieux.

N'étant pas un client régulier de cette branche de Huntington Bank, il lui a été demandé de fournir deux pièces d'identité et une empreinte digitale, ce qu'il a fait sans hésiter. Mais les employés de la banque avaient encore des doutes sur la provenance de ce chèque au montant avoisinant les 1.000 dollars. Après plusieurs coups de fil sans réponse à son employeur, la banque lui a refusé l'opération.

«Je remonte dans ma voiture et je vois la police se garer juste devant moi et l'agent me dit sortez de votre véhicule», a déclaré McCowns à Cleveland 19 News. Il ne savait pas que le personnel avait appelé le 911 pour dénoncer l'utilisation d'un chèque frauduleux. Après vérification par les forces de l'ordre, son patron a confirmé les propos du jeune homme: «Oui il travaille pour moi. Il vient de commencer et oui, ma société le rémunère à cette hauteur».

Selon le Washington Post, Scott Mielke, le chef de la police de Brooklyn, souligne qu'il y a eu, depuis le mois de juillet, une douzaine d'appels de cette banque pour des chèques frauduleux.

Loin d'être un cas isolé

Dans un communiqué, Huntington présente ses excuses et endosse la responsabilité de la prise de contact avec la police. L'entreprise ajoute que «n'importe quelle personne qui entre dans une banque Huntington doit se sentir bienvenue».

Mais McCowns soutient que ce traitement est le résultat d'un profilage raciste. Une nouvelle occurrence dans une longue liste de cas similaires. Cette année, deux hommes ont été arrêtés dans un Starbucks car ils attendaient un ami. Une famille a reçu la visite de la police pour avoir fait un barbecue dans une zone prévue à cet effet. La police a aussi été dérangée pour contrôler un baby-sitter noir qui gardait deux enfants blancs et un homme qui souhaitait simplement rentrer chez lui.

Newsletters

«Toi, tu as le démon de l'homosexualité»: Thomas a subi cinq ans de thérapies de conversion

«Toi, tu as le démon de l'homosexualité»: Thomas a subi cinq ans de thérapies de conversion

Prières, jeûnes, séances d'exorcisme de plus en plus terrifiantes... entre ses 8 et ses 12 ans, le garçon a vécu cinq années de peur, de pratiques d'un autre âge et d'humiliation.

L’Union américaine pour les libertés civiles accusée de «racisme systémique»

L’Union américaine pour les libertés civiles accusée de «racisme systémique»

L’ACLU défend les droits de l’homme aux USA et ses actions ont parfois changé le droit constitutionnel américain. Mais un ancien directeur clame avoir été licencié pour avoir dénoncé le racisme interne dans l’organisation.

Pas de panique, en Espagne les bébés portent le nom du père et de la mère, et ça se passe bien

Pas de panique, en Espagne les bébés portent le nom du père et de la mère, et ça se passe bien

Au pays d'Isabelle la Catholique, tout le monde porte deux noms de famille depuis des siècles. Cet usage ressemble au système que propose le collectif Porte mon nom, relayé par le député Patrick Vial, qui a sollicité une réforme en ce sens début juin.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio