Monde

Une cagnotte en ligne récolte 9 millions de dollars pour construire le mur de Trump

Temps de lecture : 2 min

Les fans du président ont commencé à se cotiser, car contrairement à ce qu'il avait dit, ce n'est pas le Mexique qui va payer.

Des prototypes de mur frontalier près de la frontière mexicaine à San Diego, le 16 juillet 2018. | Mario Tama / AFP
Des prototypes de mur frontalier près de la frontière mexicaine à San Diego, le 16 juillet 2018. | Mario Tama / AFP

Pendant les discours de Donald Trump, ses fans crient régulièrement «construisez le mur!», et jusqu'à récemment, il arrivait au président américain de leur répondre: «Et qui payera?» avant que tous répliquent en chœur: «Le Mexique!».

En réalité, ce sont les fans de Trump eux-mêmes qui se retrouvent à tenter de financer le mur frontalier via une cagnotte en ligne. En effet, le gouvernement mexicain n'a jamais accepté de payer et à Washington, un budget incluant cinq milliards de dollars pour le mur n'obtiendra pas la majorité nécessaire au Sénat.

Frustré, un ancien soldat (triple amputé en Irak) a lancé une page GoFundMe avec un objectif d'un milliard de dollars, soit le maximum actuellement autorisé par le site. Le projet est intitulé: «Nous le peuple, financerons le mur». En trois jours, plus de neuf millons de dollars ont été récoltés. Le créateur de la cagnotte, Brian Kolfage, a calculé que si chaque électeur ou électrice de Trump –soit soixante-trois millions de personnes– donnait quatre-vingts dollars, la somme de cinq milliards de dollars pourrait être atteinte.

Sur sa page GoFundMe, Kolfage répète les fantasmes anti-immigration chers à Trump: «Trop d'Américains ont été assassinés par des immigrés clandestins et trop de clandestins profitent des contribuables américains sans jamais pouvoir contribuer à notre société».

En fait, les sans-papiers aux Etats-Unis ont un taux de criminalité violente plus bas que celui des Américains et ils payent des impôts dans la mesure où des cotisations sociales sont déduites de leurs fiches de paye.

Même si le GoFundMe parvient à atteindre le milliard, ce qui est improbable, il serait en fait compliqué d'en faire don directement à une agence du gouvernement. En effet, pour éviter la corruption, le Congrès doit approuver les dons privés aux agences publiques et avec une majorité de Démocrates à la Chambre à partir de janvier, ce ne serait pas évident.

L'idée du GoFundMe pour le mur a été discutée récemment par un éditorialiste conservateur du New York Post qui citait plusieurs commentaires de lecteurs prêts à payer de leur poche, dont celui-ci: «Il faut juste que quelqu'un commence [la cagnotte] et je garantis que l'argent coulera à flot, aussi vite que les milliers de feignants sans-papiers qui s'écoulent à la frontière».

Newsletters

En Chine, la main visible du PCC se referme sur des pans entiers de la société

En Chine, la main visible du PCC se referme sur des pans entiers de la société

Le Parti communiste chinois prépare de nouvelles régulations pour lutter contre les monopoles dans les secteurs de la technologie, de l'éducation, des transports et de la santé.

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 11 au 17 septembre 2021

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 11 au 17 septembre 2021

Commémoration du 11-Septembre, guerre en Syrie et évolution de la pandémie... La semaine du 11 au 17 septembre en images.

Des propos anti-LGBT de l'actuelle ministre britannique en charge de l'Égalité font surface

Des propos anti-LGBT de l'actuelle ministre britannique en charge de l'Égalité font surface

Dans un enregistrement audio datant de 2018, elle s'agace des trans qui «veulent utiliser les toilettes des femmes».

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio