Monde

Sous son niqab, la mariée porte la barbe

Temps de lecture : 2 min

Ne jamais se fier aux photos. Un ambassadeur arabe l'aura appris à ses dépens alors qu'il s'apprêtait à se marier. Au moment du baiser final avec sa future épouse, l'ambassadeur a finalement réalisé que celle-ci portait sous son voile intégral une barbe et avait le regard qui louchait, rapporte mercredi le quotidien Gulf News des Emirats Arabe Unis.

Jusqu'alors, l'ambassadeur avait pu apprécier les traits de sa douce uniquement à partir de photos. Des photos présentant en réalité la sœur de la future mariée et envoyées par la famille de cette dernière.

A chaque fois que l'ambassadeur avait rencontré sa fiancée, celle-ci s'était toujours présentée vêtue de son voile intégral, un niqab.

L'ambassadeur a porté plainte auprès d'un tribunal religieux contre son ex-future belle-famille pour «tromperie». Le tribunal a prononcé le divorce.

Après avoir fait examiner la fiancée par un spécialiste à la demande de l'ambassadeur, le tribunal religieux a déclaré que la jeune femme ne souffrait pas de problèmes hormonaux.

[Lire l'article complet sur Gulf News]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: A Ronchin, dans le nord de la France, en août 2009. REUTERS

Slate.fr

Newsletters

Trop éduquées, trop ambitieuses: les femmes mongoles ont du mal à trouver un mari

Trop éduquées, trop ambitieuses: les femmes mongoles ont du mal à trouver un mari

Avec le tournant des années 1990, les femmes ont eu accès à l'éducation: la pression culturelle demeure.

Une femme voilée sur quatre s'est déjà fait pousser sur une plateforme de métro à New York

Une femme voilée sur quatre s'est déjà fait pousser sur une plateforme de métro à New York

La Commission sur les droits humains de New York vient de publier un rapport sur les discriminations dont sont victimes certaines minorités.

Des employés d'Amazon refusent de vendre à l'État américain des technologies pour encadrer l'immigration

Des employés d'Amazon refusent de vendre à l'État américain des technologies pour encadrer l'immigration

Ils rappellent à Jeff Bezos le passif nazi d'IBM pour s'opposer à la politique migratoire de Trump.

Newsletters