Santé

«J’attends toujours secrètement qu’il réalise ce qu’il a laissé passer»

Temps de lecture : 5 min

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Julie, qui ne sait pas quoi penser de sa dernière relation et d'une rupture qu'elle considère avec amertume.

«Il me dit qu’il ne sait plus où il en est, que toutes ces disputes ont cassé quelque chose.» | Zach Guinta via Unsplash License by
«Il me dit qu’il ne sait plus où il en est, que toutes ces disputes ont cassé quelque chose.» | Zach Guinta via Unsplash License by

«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Vous pouvez aussi laisser votre message sur notre boîte vocale en appelant au 07 61 76 74 01 ou par Whatsapp au même numéro. Lucile vous répondra prochainement dans «C'est compliqué, le podcast», dont vous pouvez retrouver les épisodes ici.

Et pour retrouver les chroniques précédentes, c’est par là.

Chère Lucile,

J’ai rencontré Arthur il y a cinq mois sur Tinder. Je venais d’apprendre que mon compagnon, avec qui je partageais ma vie depuis plus de huit ans, était tombé amoureux de sa collègue de boulot, quelques semaines avant/après –je n'ai jamais vraiment su– que notre fille soit venue au monde. Ni une ni deux, je me suis prise en main pour ne pas sombrer et j’ai téléchargé Tinder, pour regonfler mon ego.

Premier match, un psychopathe; deuxième, un égocentrique fan de bodybuilding. Troisième? Un mec normal, séparé, jeune papa, plutôt mignon et vraisemblablement équilibré. Premier rendez-vous sur la réserve, mais envie d’en savoir plus. Deuxième rendez-vous, des étoiles dans les yeux, tout était fluide, simple et joyeux. On se revoit quelques fois avant nos longues vacances d’été et espérons nous retrouver dans le même état d'esprit trois semaines plus tard.

Pendant cette période, nous ne nous sommes pas lâchés par sms. Pas un jour, pas une heure sans s'écrire des mots doux ou des sextos. On a appris à se connaître comme cela et c’était plutôt excitant.

À nos retrouvailles à la rentrée, j’avais enfin trouvé un appartement pour m’éloigner du père de ma fille devenu agressif et la garde alternée était mise en place. Commence alors une jolie histoire d’amour, sans une vague, ou presque. Dès que nous étions physiquement ensemble, tout était d’une fluidité parfaite.

On ne s’était jamais vraiment occupé de moi comme ça. Le sexe était dingue, alors que mon ex avait réussi à me convaincre que j’étais frigide. On se disait que l'on s’aimait, on s’est présenté nos enfants –bref, une revanche sur la vie pour moi, après quelques mois d’horreur.

Quatre mois après notre premier baiser, première dispute, par sms, partie de rien. Je l’ai un peu poussé à bout car j'ai besoin d’être rassurée, et il remet d’un coup tout en question. Moi, en drama queen, j’en rajoute, et un petit malentendu part en «pas sûr de vouloir une relation comme cela». J’insiste pour que l'on en parle en vrai, et là tout s’apaise. On met tout à plat et ça repart de plus belle.

Hier, soit quinze jours plus tard, rebelote. Seulement quelques ajustements, me semblait-il. Je le sentais un peu moins démonstratif et lui ai fait savoir. Il reconnaît qu’il a quelques lacunes en matière d’expression affective, mais insiste sur le fait qu’il m’aime, qu’il vit des moments magiques et surtout qu’il ne veut pas me perdre.

Une conversation par sms dérape pourtant à nouveau et on termine la soirée –toujours par sms– sur une mauvaise note. Je le croise par hasard le lendemain sur mon chemin pour le boulot. Là, il me dit qu’il ne sait plus où il en est, que «toutes ces disputes» ont cassé quelque chose. Bref, il me quitte à 8h30 devant l’école de son fils, trente minutes avant une de mes réunions les plus importantes de l’année.

Est-ce si compliqué de voir au-delà de l’histoire de chacun? De s’accrocher à quelqu’un parce que, quand on n'a plus 20 ans, on rencontre des gens avec un passé, une histoire qui marque, mais aussi tellement plus de belles choses et de vérités sur le couple.

À l’heure où je vous écris, j’ai arrêté les sms pour le laisser respirer, mais j’attends toujours secrètement qu’il réalise ce qu’il a laissé passer.

Julie

Chère Julie,

Pour moi, compte tenu de la façon dont vous racontez cette histoire, Arthur est en droit d’attendre des excuses et de vraies explications. Oui, plus on vieillit, plus on apporte avec soi le bagage de ses relations antérieures, de ce qui nous a construit à ce qui nous fait douter. Mais l’autre ne connaît pas les codes, ni les raisons. Il ne connait pas l’histoire. Il ne sait pas que vos messages sont empreints de votre angoisse et de vos incertitudes. Il ne sait pas d’où proviennent ces sentiments.

Ceux-ci deviennent beaucoup plus faciles à comprendre et à appréhender quand on possède toutes les informations. C’est à vous de lui donner les codes. Le couple, ce ne sont pas que les bons moments partagés, mais aussi toutes les fois où il a fallu s’ajuster, tous les problèmes de communication.

Cet homme, s’il compte pour vous, dites-le lui et donnez-lui les moyens et les clés de s’accrocher à vous. Si, de votre côté, vous avez besoin d’être rassurée, lui semble clairement avoir des soucis à gérer les situations de conflit. C’est ce que vous êtes et rien n’est rédhibitoire. Vous devez juste le reconnaître et accepter de travailler chacun de votre côté et ensemble, sur ces points. Je ne pense pas non plus qu’il faille laisse ce genre de situation se régler par elle-même.

Vous avez besoin de vous parler, de vous voir, d’échanger, ou même de crier et de pleurer si besoin. Il est possible que vous ne soyez pas compatibles avec les échanges virtuels. C’est tellement facile de passer à côté d’une intention ou d’un sentiment quand tout repose sur l’écrit et les emojis. Ce dont vous avez besoin, c'est d'un temps de sérénité et d'un temps consacré à la mise à plat de la situation et de vos envies respectives.

Effectivement, votre frustration et votre incompréhension sont logiques, quand une histoire qui semble partie pour durer se termine en quelques minutes dans un endroit public. Prenez une dernière fois sur vous et demandez lui de parler face à face. Il se peut que l’envie n’existe plus, qu’il soit vacciné, que sa peur et son rejet du conflit soient plus forts. Mais il se peut aussi qu’il apprécie votre geste d’apaisement et votre respect de ses failles.

De votre côté, assumez les vôtres. Un couple ne fonctionne jamais tout à fait sans un travail commun et ce travail continue bien après les premiers engagements. Rien n’est jamais aussi simple qu’on le voudrait. Mais c’est avec de la volonté, de la patience et du respect que l’on se donne les meilleurs moyens de réussir à mettre en place une relation sur la durée.

Lucile Bellan Journaliste

Newsletters

La psychochirurgie ne s'est pas arrêtée au pic à glace

La psychochirurgie ne s'est pas arrêtée au pic à glace

De la très barbare lobotomie aux techniques prometteuses de stimulation cérébrale, la médecine cherche depuis les années 1930 à traiter les maladies mentales en touchant à notre cerveau.

La démence est-elle plus répandue chez les personnes âgées LGBT+?

La démence est-elle plus répandue chez les personnes âgées LGBT+?

Souvent privé·es de recours médical, les seniors LGBT+ développeraient davantage de troubles cognitifs que les hétérosexuel·les.

Le scandale de l'amiante est une bombe à retardement

Le scandale de l'amiante est une bombe à retardement

Responsable d'un cancer de la plèvre, l'amiante est interdite en France depuis 1997. Deux décennies plus tard, 1.100 nouveaux cas de la maladie surviennent encore chaque année.

Newsletters