Boire & manger

Les meilleurs plats et les cinq délicieux desserts de l'année

Temps de lecture : 6 min

À déguster dans la capitale.

Au Meurice d'Alain Ducasse, petit pâté chaud de pintade au foie gras | © Pierre Monetta
Au Meurice d'Alain Ducasse, petit pâté chaud de pintade au foie gras | © Pierre Monetta

Voici trente spécialités de restaurants étoilés ou de bistrots cotés, de 4 à 175 euros.

L’œuf mimosa à la Poule au Pot de Jean-François Piège, un amuse-bouche onctueux parfait (4 euros)

La foccacia au fromage à la Cucina, une tarte fine tiède qui met en appétit (6 euros pour quatre ou six couverts)

Au restaurant La Cucina, gressini et focaccia au fromage maison | © Aurélie Miquel

Les poireaux vinaigrette sauce moutardée au Ballon des Ternes, plein de goût et de saveurs (8 euros)

Au Ballon des Ternes, poireaux vinaigrette | © Pauline Legoff

Les poireaux vinaigrette en arrondi à la Rôtisserie d’Argent, une entrée savoureuse et parfumée (9 euros)

La saucisse, haricots et poulpe à l’Avant-Comptoir du Marché d’Yves Camdeborde, un plat canaille de bistrot sérieux (12 euros)

Les spaghettis maison, ail, piment et huile d’olive à la Trattoria Bellagio du chef Massimo Curti, la vérité de la pasta de la mamma, rare à Paris (12 euros)

Les raviolis de crevettes exécutés devant vous au Spoon 2 d’Alain Ducasse, croquant et goûteux (12 euros)

Au Spoon 2, les raviolis de crevettes | © Pierre Monetta

La volaille poêlée, brocolis et choux à l’Avant-Comptoir du Marché d’Yves Camdeborde, un copieux plat du jour de l’ardoise (12 euros)

Le pâté en croûte de canard et foie gras au Bistrot d’à Côté Flaubert, une spécialité traditionnelle de Michel Rostang, à ne pas manquer (15 euros)

Au Bistrot d’à Côté Flaubert, pâté en croûte de canard et foie gras | © Gourmet & Co

L’Oreiller de la Belle Aurore au foie gras chez Gallopin, une préparation historique de Brillat-Savarin, toute l’année (17 euros)

À la Brasserie Gallopin, Oreiller de la Belle Aurore | © LeGallopin

Le foie de canard mi-cuit à la figue chez Legrand Filles et Fils, le plat le plus demandé de ce comptoir à vins (19 euros)

Les hors-d’œuvre par quatre, la crème de volaille, les sot l’y laisse laqués et hummus, l’œuf mimosa filet de thon, les gésiers confits et artichauts à la grecque au Coq Rico d’Antoine Westermann et Anthony Clémot, mise en bouche fine et délicate (20 euros)

Au Coq Rico, les hors-d’œuvre par quatre | ©lecoqrico

La soupe de poissons sauvages chez Prunier, le chef Éric Coisel ne travaille que des poissons de petite pêche saisonnière (22 euros)

Les œufs de poule en brouillade de truffes à la Maison de la Truffe Madeleine, un mariage d’amour entre l’œuf et le diamant noir, parmi les plats les plus vendus (26 euros)

La quenelle de brochet sauce nantua au Bistrot d’à Côté Flaubert, la plus fine de Paris embellie par la sauce divine (26 euros)

Les linguine vongole à la poutargue au Mori Venice Bar, un classique de Massimo Mori, le concepteur de ces plats de la mémoire italienne (35 euros)

Les ris de veau, pommes purée d’Hugo Desnoyer, boucher de renom, un as du veau de lait, qui régale ses fidèles dans sa boutique (47 euros)

Le steak tartare en crème épicée, pommes allumettes et purée à l’Atelier Étoile, une assiette prodigieuse de voluptés (au déjeuner à 47 euros)

Le petit pâté chaud de pintade au foie gras du chef Jocelyn Herland au Meurice, un moment rare de haute gastronomie pour carnivores (50 euros)

Les sushis, dix-huit pièces de nigiri, maki, california rolls moulés par les deux chefs japonais du Dassaï de Joël Robuchon, fraîcheur et riz délicieux (58 euros)

Au restaurant Dassaï, assortiment de nigiri, makis et california rolls | © Marion Willis

Les pappardelles crémés au caviar Prunier (45 grammes) de l’excellent chef de cette maison de bouche d’Éric Coisel inscrite dans les annales de la restauration parisienne (69 euros)

Les tagliolini à la truffe blanche d’Alberico Penati étoilé au restaurant Al Baretto, près de dix assiettes au diamant blanc (64 euros)

Au restaurant Penati al Baretto, les tagliolini aux truffes blanches | © Jérôme Mondière

Le bœuf wagyu tendre, pommes soufflées aux algues Nori du chef Alan Taudon à l’Orangerie du Four Seasons, l’archétype de la viande sublimée par la cuisson (75 euros)

À l’Orangerie du Four Seasons, bœuf wagyu, pommes soufflées aux algues nori | © Julie Limont

Le lièvre à la royale de David Bizet chez Taillevent, le chef-d’œuvre du nouveau chef de la rue Lamennais, troisième étoile en vue (98 euros)

Au restaurant Taillevent, le lièvre à la royale | © Gourmets & Co

Le biscuit soufflé au parmesan, velouté d’épinards, noisettes torréfiées, miel de châtaignier, pannequet de seiche, mascarpone, gousses d’ail sablées, minestrone de légumes, glace poire Comice, pecorino de Pierre Gagnaire, trois étoiles, un chef-d’œuvre d’abondance et de créativité au menu Truffe Blanche de cinq plats (175 euros)

Cinq desserts d’anthologie

La tourtière landaise, glace pruneau à l’Armagnac au Bistrot Buci Mazarine (9 euros)

Au Bistrot Buci Mazarine, la tourtière landaise, glace pruneau à l’Armagnac | © 7 de Table

Les trois pots de crème chocolat, vanille, café chez Prunier (15 euros)

Au restaurant Prunier, les trois petits pots de crème | © Prunier

La tarte soufflée au chocolat, crème à la Chartreuse chez Taillevent (28 euros)

Le millefeuille croustillant «caprice d’enfant» à l’Arpège d’Alain Passard (30 euros)

Le palet au chocolat Jivara sur un biscuit noisette, glace caramel au beurre salé au Grand Véfour de Guy martin (36 euros)

Au Grand Véfour, palet au chocolat Jivara sur un biscuit noisette, glace caramel au beurre salé | ©legrandvefour

Restaurants cités

La Poule au Pot
9 rue Vauvilliers 75001 Paris. Tél. : 01 42 36 32 96. Menu à 48 euros. Carte de 50 à 90 euros. Pas de fermeture.

La Cucina
Maison de la Mutualité. 20 rue Saint Victor 75005 Paris. Tél. : 01 44 31 54 54. Carte de 36 à 55 euros. Pas de fermeture.

Le Ballon des Ternes
103 avenue des Ternes 75017 Paris. Tél. : 01 45 74 17 98. Menu au déjeuner à 24 euros. Carte de 40 à 75 euros. Pas de fermeture. Voiturier.

La Rôtisserie d’Argent
19 quai de la Tournelle 75005 Paris. Tél. : 01 43 54 17 47. Carte de 40 à 65 euros. Pas de fermeture. Voiturier.

L’Avant-Comptoir du Marché
14 rue Lobineau 75006 Paris. Tél. : 01 44 27 07 50. Déjeuner de 20 à 30 euros. Carte de 18 à 30 euros et plus. Pas de fermeture.

La Trattoria di Bellagio
101 avenue des Ternes 75017 Paris. Tél. : 01 40 55 55 20. Menus au déjeuner à 22 euros, Duo à 29 euros. Pas de fermeture. Voiturier.

Spoon 2
28 place de la Bourse, Palais Brongniart 75002 Paris. Tél. : 01 83 92 20 30. Menu bento à 30 euros. Carte de 65 à 90 euros. Pas de fermeture sauf au déjeuner samedi et dimanche. Voiturier.

Le Bistrot d’à Côté Flaubert
10 rue Gustave Flaubert 75017 Paris. Tél. : 01 42 67 05 81. Formules à 32, 36 et 45 euros. Carte de 55 à 65 euros. Fermeture samedi midi, dimanche et lundi. Voiturier.

La Boutique Dassaï Joël Robuchon
184 rue du Faubourg Saint-Honoré 75008 Paris. Tél. : 01 76 74 74 70. Menu au déjeuner à 49 euros. Carte de 690 à 120 euros. Salon de thé, boulangerie, épicerie. Pas de fermeture.

Brasserie Gallopin
490 rue Notre Dame des Victoires 75002 Paris. Tél. : 01 42 36 45 38. Menus au déjeuner à 22 et 29 euros. Carte de 35 à 48 euros. Pas de fermeture.

Legrand Filles et Fils
1 rue de la Banque 75002 Paris. Tél. : 01 42 60 07 12. Carte de 35 à 50 euros. Fermé dimanche.

Le Coq Rico
98 rue Lepic 75018 Paris. Tél. : 01 42 59 82 89. Plat du jour à 15 euros. Menu à 27 euros. Carte de 50 à 80 euros. Pas de fermeture.

Restaurant Prunier
16 avenue Victor Hugo 75016 Paris. Tél. : 01 44 17 35 85. Menu au déjeuner à 49 euros. Carte de 50 à 90 euros. Fermé samedi et dimanche pour le déjeuner et dimanche pour le dîner. Voiturier.

Maison de la Truffe
19 place de la Madeleine 75008 Paris. Tél. : 01 42 65 53 22. Menu dégustation à la truffe noire du Périgord à 119 euros. Carte de 45 à 70 euros. Et aussi 14 rue Marbeuf 75008 Paris. Tél. : 01 53 57 41 00. Fermé dimanche.

Mori Venice Bar
27 rue Vivienne 75002 Paris. Tél. : 01 44 55 51 55. Formules à 44 et 60 euros. Carte de 80 à 110 euros. Fermé samedi midi et dimanche. Voiturier.

Boucherie Hugo Desnoyer
28 rue du Docteur Blanche 75016 Paris. Tél. : 01 46 47 83 00. Table d’hôtes de 60 à 90 euros. Fermé dimanche midi et lundi.

L’Orangerie du Four Seasons
31 avenue George V 75008 Paris. Tél. : 01 49 52 72 24. Menu au déjeuner à 75 euros. Carte de 170 à 180 euros. Pas de fermeture.

Le Meurice Alain Ducasse
228 rue de Rivoli 75001 Paris. Tél. : 01 44 58 10 55. Menu au déjeuner à 85 euros. Carte de 160 à 250 euros. Fermé samedi et dimanche. Voiturier.

Penati al Baretto à l’Hôtel de Vigny
9 rue Balzac 75008 Paris. Tél. : 01 42 99 80 00. Menu au déjeuner à 39 euros. Carte de 65 à 95 euros. Fermé samedi midi et dimanche.

Taillevent
13-15 rue Lamennais 75008 Paris. Tél. : 01 44 95 15 00. Menu au déjeuner à 90 euros. Carte de 150 à 220 euros. Fermé samedi et dimanche. Voiturier.

Pierre Gagnaire à l’Hôtel Balzac
6 rue Balzac 75008 Paris. Tél. : 01 58 36 12 50. Menus au déjeuner à 90 et 155 euros. Carte de 110 à 290 euros. Fermé samedi et dimanche. Voiturier.

Le Grand Véfour
17 rue de Beaujolais 75001 Paris. Tél. : 01 42 96 56 27. Menu au déjeuner à 115 euros. Carte de 190 à 250 euros. Fermé samedi et dimanche. Voiturier.

L’Arpège
84 rue de Varenne 75007 Paris. Tél. : 01 47 05 09 06. Menu au déjeuner à 175 euros. Carte de 250 à 300 euros. Fermé samedi et dimanche.

Bistrot Buci Mazarine
82 rue Mazarine 75006 Paris. Tél. : 01 43 54 02 11. Menus au déjeuner à 25 euros (trois plats), au dîner à 35 euros (trois plats). Carte de 45 à 60 euros. Fermé dimanche et lundi.

Nicolas de Rabaudy

Newsletters

Promenade gastronomique en Forêt Noire

Promenade gastronomique en Forêt Noire

L’Allemagne est le pays leader en grande cuisine avec la France avec dix trois étoiles et vingt-sept tables au sommet de la galaxie Michelin 2019.

L'étiquette aux allures sado-masochistes d'une bière russe fait scandale

L'étiquette aux allures sado-masochistes d'une bière russe fait scandale

Sur cette étiquette, l'image d'une femme bâillonnée a fait réagir des féministes, et le Service anti-monopole de l'État.

Manger du pissenlit par autre chose que la racine

Manger du pissenlit par autre chose que la racine

Le pissenlit n'est pas uniquement cette jolie plante qui rappelle l'enfance: il est aussi un ingrédient savoureux.

Newsletters