Société

«J’ai envie d’un mec et j’ai l’impression de ne pas saisir le mode d’emploi»

Temps de lecture : 4 min

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Gatou, une femme qui aimerait se sentir libre et indépendante sans pour autant sacrifier sa vie sentimentale.

«Peut-être que je ne fais pas assez de concessions?» | Brandi Redd via Unsplash CC License by
«Peut-être que je ne fais pas assez de concessions?» | Brandi Redd via Unsplash CC License by

«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Vous pouvez aussi laisser votre message sur notre boîte vocale en appelant au 07 61 76 74 01 ou par Whatsapp au même numéro. Lucile vous répondra prochainement dans «C'est compliqué, le podcast», dont vous pouvez retrouver les épisodes ici.

Et pour retrouver les chroniques précédentes, c’est par là.

Chère Lucile,

J’ai toujours été quelqu’un de très indépendant et de très débrouillard. J’attache beaucoup d’importance à ma famille et mes amis. Je fais des études qui me plaisent, même si parfois ce n’est pas simple. Dans quelques temps, je serai avocate et je sais que c’est ma voie.

Par contre, niveau amoureux, ça toujours été le fiasco. J’ai pendant longtemps été dans une relation avec un homme qui me faisait toujours passer au second plan et qui a mis très longtemps à me laisser partir. Pour lui, je n’étais que la fille cachée et comme il me disait: «Tu n’es pas le genre de fille qu’on épouse». J’ai dû partir à l’étranger, puis emménager dans une autre ville une fois rentrée en France, afin de mettre une certaine distance entre nous et enfin réussir à tourner la page.

Cette relation a pendant très longtemps défini mes rapports amoureux et mes relations avec les hommes. J’ai le don ou la malchance de toujours tomber sur des hommes qui ne veulent pas s’engager, ou plutôt pas avec moi.

Les rares fois où j’ai trouvé un homme avec qui j’accrochais et qui n’était pas dans ce schéma-là, je n’y suis pas arrivée. Car en même temps, je suis attachée à mon indépendance et je refuse qu’un homme me dicte quel métier je dois faire. C’est pourquoi j’ai mis fin à ma dernière relation avec un homme qui me reprochait de ne pas arriver à choisir entre l’animation et le droit, mes deux passions. Pour moi, il est possible de concilier les deux et j’y arrive très bien.

En outre, il me reprochait de passer trop de temps avec mes amis et pas assez avec lui. Je le soutenais dans ses projets, mais lui pas. Il me disait que je ne devais pas refuser d’offre de stage dans une autre ville, sans quoi on ne pourrait plus se voir tous les jours. J’ai préféré partir face à tout cela, car je pense qu’il est possible à la fois de se réaliser sur le plan personnel comme professionnel.

Pourtant je me sens prête à vivre une relation avec un homme. Faire des choses ensemble, partager des moments de vie, d’amour dans le respect et le soutien mutuel. Faire des projets, voyager, manger, vivre. Mais je refuse de sacrifier mon indépendance sur l’autel du couple.

Pourtant, quand je regarde mes copines et leur relation avec leurs copains, à toujours se textoter, s’appeler à longueur de journée, à se surveiller, cela ne me donne pas envie. Pareil pour celles qui ne sortent plus de peur de déplaire à leurs petits amis.

Mes questions sont les suivantes. Suis-je bizarre? Est-ce que je fais peur aux hommes? Peut-être que je ne fais pas assez de concessions?

J’ai envie d’un mec et j’ai l’impression ne pas saisir le mode d’emploi. J’ai l’impression d’être décalée, de ne pas être à ma place dans cette société. J’ai l’impression d’être un ofni (objet féminin non identifié).

Ou alors est-ce le prix à payer pour la liberté?

En conclusion, suis-je normale?

Gatou

Chère Gatou,

Vous êtes tout à fait vous et c’est bien mieux que de souscrire à une norme qui de toute façon vous étouffe. Je relève plusieurs choses dans votre témoignage: d’abord, vous savez ce que vous voulez et c’est une très bonne chose. Je ne crois pas que vous soyez bizarre. Vous êtes une jeune femme libre et épanouie, qui cherche un compagnon pour partager les bons moments sans qu’il ne devienne une contrainte.

Je ne vous le cache pas, le couple n’est pas toujours une affaire de bons moments. Dans un sens, accepter quelqu’un de supplémentaire dans sa vie, c’est toujours devoir composer avec des responsabilités supplémentaires. C’est le cas également quand on adopte un chien ou un chat. Les vacances sont alors moins simples à organiser, on doit adapter son rythme de vie et de sommeil ou l’aménagement de son intérieur. Et pourtant il ne nous viendrait pas à l’idée de nous en plaindre… cela fait partie des responsabilités qu’on accepte quand on devient propriétaire d’un animal.

Dans un sens, ajouter à sa vie un compagnon relève de la même logique. Oui, il faudra penser à trouver une certaine disponibilité, à faire quelques concessions, à ne pas disparaître du jour au lendemain. Mais ces aspects de la relation sont compensés par les éléments positifs qu’elle apporte: de la sécurité, de la tendresse et de l’amour. Vos amies, en fait, si elles textotent toute la journée, le font probablement de leur plein gré. Cela les rassure.

Elles ont trouvé un compagnon ou une compagne qui, je l’espère, répond à leurs besoins comme elles répondent aux leurs. Vous avez des besoins légèrement différents, pas bizarres ni exceptionnels, alors c’est à vous de trouver un compagnon qui y corresponde. Je ne crois pas qu’il faille changer pour ressembler à un modèle de couple, d’épouse, de compagne ou de mère. Je crois qu’il faut être soi, le mieux possible, en tâchant de répondre à ses responsabilités du mieux que l'on peut.

Quant à la question de savoir si vous faites peur aux hommes, je peux uniquement répondre que vous pourriez en effet éprouver la sensibilité de certains hommes. Mais ceux-ci cherchent chez les femmes des modèles plus conventionnels et ne doivent donc pas vous intéresser.

Je crois que vous finirez par trouver l’amour si vous continuez à être égale à vous-même et que vous l’assumez. Vous êtes quelqu’un de riche et si vous êtes disposée à aimer et respecter l’autre dans son individualité, vous ne manquerez pas de trouvez l’âme soeur, j’en suis sûre. C’est une question de temps. Ne changez pas pour les autres. Vivez. La personne qui vous aimera le fera certainement pour votre personnalité unique.

Lucile Bellan Journaliste

Newsletters

Les campus et les bibliothèques, outils de lutte contre le populisme

Les campus et les bibliothèques, outils de lutte contre le populisme

Selon le sociologue américain Eric Klinenberg, les infrastructures publiques permettent de créer davantage de lien social.

Pourquoi on s'étonne de voir des personnes âgées s'embrasser

Pourquoi on s'étonne de voir des personnes âgées s'embrasser

Si l’embrassade du vétéran américain et de son amour de jeunesse a tant ému le public du «20-Heures», c’est parce que l'on perçoit les personnes âgées comme ayant déjà un pied dans la tombe.

Bonheur, protection, écologie: à quoi rêvent les jeunes?

Bonheur, protection, écologie: à quoi rêvent les jeunes?

Leurs objectifs ne sont pas si différents des autres générations.

Newsletters