Société

Le RIC, un attrape-gogo pour peuple en manque de repères?

Temps de lecture : 4 min

[BLOG You Will Never Hate Alone] Le RIC, c'est la mise au pas de la démocratie. Le RIC, c'est le détricotage des libertés individuelles pour l'instauration d'une dictature de l'opinion, capable du pire comme du meilleur.

Flickr/Olivier Ortelpa-Paris, Gilets jaunes acte V
Flickr/Olivier Ortelpa-Paris, Gilets jaunes acte V

Donc le RIC. Le référendum d'initiative citoyenne, nouvelle marotte de nos déjà illustres gilets jaunes qui, lors de leurs réunions informelles disputées autour de leurs tout aussi illustres ronds-points, ont fini par accoucher de cette formidable idée. Bah oui, comme une évidence: qui sait donc mieux que le peuple ce qui est bon pour lui sinon le peuple en personne ? Hein? Franchement, on se demande!

Finalement, c'est le principe même de la démocratie, non? Le gouvernement du peuple par le peuple pour le peuple. Le RIC quoi. Le bidule qui fait que in fine, ce ne sont pas les élus, les gouvernants, les députés qui décident de l'avenir du pays mais ce brave peuple aux mains innocentes dont on ne chantera jamais assez les louanges. Moi, toi, tous ensemble réunis pour décider de notre avenir. Reprendre notre destin en main. Se réapproprier l'outil étatique afin de dessiner une France qui nous ressemble. Pas celle des technocrates, encore moins celle des élites, sans parler des journalistes, tous corrompus, tous vendus au grand capital, tous pourris jusqu'à la moelle, mais la France des Français de tous les jours. De ceux qui se lèvent tôt, comme on dit désormais sur les plateaux télés, avec une mine de circonstance. De ceux en galère. De ceux d'en bas.

Comme en Suisse, cette sœur jumelle de la France, où vous pouvez rouler au pas pendant des heures sur une route de montagne ou le long d'une autoroute sans que jamais personne ne vous sermonne d'un appel de phare. Où vous pouvez accomplir deux kilomètres à pied dans le seul but de déposer dans une poubelle ce papier gras qui vous encombre. Où le degré de civilité est si haut que les gens, à l'arrivée d'un tramway, ne se bousculent jamais et laissent les premiers arrivés monter dans le wagon. Où même les vaches alpines, avant de se mettre à meugler, vous demandent la permission. La copie conforme de la France, on vous dit.

Quel système n'a pas ses petits inconvénients?

À titre personnel, je n'ai rien contre le RIC. Tout au contraire. Même si se déplacer tous les dimanches pour décider par exemple de la tenue réglementaire tolérée dans les écoles de la République ou du pourcentage de lait frais admis dans la composition du fromage de chèvre peut finir par lasser. Mais après tout, quel système n'a pas ses petits inconvénients? À la longue, au bout du deux-cent-cinquante huitième référendum consacré cette fois aux émoluments réservés aux gardiens de prison, il n'y paraîtra plus. On se rendra au bureau de vote comme on se rend chez son caviste. Les yeux fermés.

En fait le seul problème du RIC, à bien y réfléchir, c'est le peuple lui-même, c'est-à dire, nous-mêmes. Serions-nous une nation de philosophes que son application ne poserait aucun problème mais voilà, nous sommes juste soixante-six millions de citoyens qui chacun dans son coin pense avoir découvert la lune. Qui se supportent le temps d'une finale de Coupe du monde avant de se regarder, le reste de l'année, en chiens de faïence. Qui se jalousent les uns les autres. Qui n'aiment rien tant que de refaire le monde, au fond de son verre de Beaujolais, quand chacun s'imagine un destin de roi.

La démocratie n'a pas vocation à plaire au peuple. La démocratie est une vieille dame sévère qui sert juste à encadrer le peuple, ses colères, ses foucades, ses engouements, sa violence naturelle, afin de permettre à chacun, chacune, hors de toute considération religieuse, sexuelle ou culturelle, d'aller dans la vie sans importuner de trop son voisin. La démocratie fixe le cadre, les contours, les lois et les règles de la vie en commun, elle n'est pas là pour satisfaire les appétits plus ou moins égoïstes ou répondre aux attentes farfelues des uns et des autres. Et comme les Tables de la Loi, elle s'exerce avant tout par la contrainte; elle réprime les comportements outranciers; elle légifère au nom du bien commun, animée du seul souci de permettre à chaque citoyen de se réaliser, selon ses moyens et ses aspirations. Surtout, elle impose à tous l'application d'une morale universelle sans laquelle toute société ne peut fonctionner.

Perdre son âme

Le RIC, aussi séduisant soit-il dans sa simpliste configuration, ne servira en rien le peuple dans une perspective à long terme. Il autorisera seulement ce dernier à exprimer ses penchants les plus vils, à laisser cours à ses instincts les plus primaires, quand de vote en vote, de référendum en référendum, il exprimera son amour inné pour l'ordre et l'autorité. Le RIC, c'est la mise au pas de la démocratie. Le RIC, c'est le détricotage des libertés individuelles pour l'instauration d'une dictature de l'opinion, capable du pire comme du meilleur. Quand on réclamera le retour de la peine de mort. Lorsqu'on exigera le renvoi des migrants, la mise à l'écart des immigrés, des étrangers, dans cette abomination du sentiment où plus rien ne compte si ce n'est la satisfaction de ses envies les plus viles. L'exaltation de pensées nationalistes, fonds de commerce des mouvements populistes, quand on consulte le peuple pour remettre à l'ordre du jour la douce abjection de l'arbitraire, du rejet de l'autre, de la détestation des minorités, du rétablissement de valeurs contraires à l'idée même d'humanité.

Jusqu'à y perdre son âme.

Pour suivre l'actualité de ce site, c'est par ici: Facebook-Un Juif en cavale

Laurent Sagalovitsch romancier

Newsletters

Vouloir stopper vos règles ne fera pas de vous une anti-féministe notoire

Vouloir stopper vos règles ne fera pas de vous une anti-féministe notoire

Vous pouvez prendre la pilule en continu, sang peur et sang reproche.

Derrière la porte d'un club libertin

Derrière la porte d'un club libertin

On en parle souvent mais on n'y va jamais. Cet été, Lucile Bellan vous emmène dans les cinémas porno, les hôtels, les recoins d'internet et autres lieux du sexe. Dans ce premier épisode, elle se rend dans plusieurs clubs libertins. Secs...

Plus la législation sur les armes est stricte, moins les enfants risquent de mourir

Plus la législation sur les armes est stricte, moins les enfants risquent de mourir

Selon une étude, 21.241 enfants et jeunes adultes ont péri sous les balles aux États-Unis pour la période allant de 2011 à 2015.

Newsletters