Égalités / Société

Le fantasme masculin de la virginité continue de peser sur la vie des femmes

Temps de lecture : 8 min

Sources d’injonctions sociales et de fantasmes masculins, les idées reçues sur la virginité et l’hymen ont un impact concret sur les femmes en droit civil comme pénal, ainsi que sur leur corps.

«Une rose épineuse» analyse le discours pornographique dans les romans du XIXe siècle, friand du thème de la défloration réalisée par un homme. | Giulia Bertelli via Unsplash License by
«Une rose épineuse» analyse le discours pornographique dans les romans du XIXe siècle, friand du thème de la défloration réalisée par un homme. | Giulia Bertelli via Unsplash License by

L’hymen, cette petite membrane située à l’entrée du vagin et dont la forme varie selon les personnes, ne sert biologiquement à rien. Il peut se rompre lors d’une première pénétration ou être assez souple pour rester en place lors de ce rapport et des suivants. Sauf en cas de malformation, il laisse passer le sang des règles sans pour autant servir de protection quelconque contre les infections ou les intrusions. Et encore moins contre les viols ou les violences obstétricales, qui n’amènent qu’une faible part des femmes victimes à porter plainte. Mais avant d’être débattus par des magistrats, l’hymen et le concept de virginité font l’objet de discours sociaux et médicaux.

Caroline et Marie-Lou*, toutes deux en école de maïeutique (pour devenir sages-femmes), ont pu aborder au cours de leur formation la construction sociale de la virginité, c’est-à-dire les attentes de la société envers les femmes sur le début de leur vie sexuelle et les injonctions concernant leur hymen. Ce n’est pas le cas dans toutes les écoles, ni dans tous les cursus de médecine, où les cours se limitent aux faits purement biologiques maintenant bien connus: différentes formes d’hymen, leur élasticité, le fait que toutes les filles ne saignent pas lors de leur premier rapport, rompent leur hymen lors d’une activité physique, ou les problèmes de santé liés à la membrane. En dehors des stages en cabinets de consultation, Marie-Lou doit régulièrement faire de la pédagogie auprès de son entourage, de ses patientes ou des lycéennes et lycéens lors de cours d’éducation sexuelle pour déconstruire les idées reçues sur la virginité telle que la conçoit la société, et donc sur l’hymen.

Pauline Mortas, historienne et autrice de Une rose épineuse, la défloration au XIXe siècle en France, a exposé dans son ouvrage le développement du discours purement médical sur la virginité et les grandes précautions prises à l’époque sur ce lien entre virginité et état de l’hymen. Elle y note cependant la pesante injonction à l’absence de relations sexuelles avant la nuit de noces, présentée comme une qualité à la fois morale et physique pour éviter des conséquences matérielles propres à chaque classe sociale. En effet, une jeune femme respectable était une fille vierge, qui ne risquait pas de tomber enceinte et donc de compromettre un mariage avantageux pour les familles bourgeoises.

De leur côté, les jeunes femmes enceintes les moins aisées devaient affronter, en plus du mépris social, de lourdes difficultés financières en l’absence de mariage, explique la chercheuse: «L’âge du mariage tournait autour des 25 ans pour les filles modestes, qui devaient trouver une situation économique stable avant de fonder un foyer, contrairement aux membres de familles bourgeoises qui mariaient leurs filles plus tôt». Ce qui n’empêchait pas, dans les milieux modestes, de découvrir la sexualité en amont, tant qu’elle aboutissait à un mariage en bonne et due forme.

Annulation de mariage

À l’inverse, la virginité d’une jeune épouse après la nuit de noces peut amener à l’annulation d’une union civile. Pauline Mortas a relevé un cas de demande d’annulation de mariage au XIXe siècle pour, officiellement, «erreur dans la personne», mention qui existe encore aujourd’hui dans le Code civil. Dans les faits, l’épouse demandait l’annulation pour non-consommation à cause du physique de son époux avec, pour preuve, l’état intact de son hymen, certificat à l’appui. La demande a été déboutée, mais de rares cas comme celui-ci se présentent encore au XXIe siècle.

Xavier Labbée, avocat au barreau de Lille, a défendu en 2008 un couple demandant une annulation de mariage d’un commun accord, car l’épouse n’était plus vierge, «qualité essentielle» pour le mari, pour qui l’union reposait sur ce présupposé. Le tribunal de grande instance de Lille a approuvé la décision, mais la médiatisation de l'affaire a fait émerger le caractère rétrograde et humiliant du motif d’annulation. La cour d'appel de Douai a rejeté la demande en novembre 2008.

D’autres cas d’annulation de mariage pour «absence d’intention matrimoniale», soit uniquement pour non-consommation ici, sont assez rares car les époux n’osent pas se lancer dans une procédure longue, aux preuves difficiles à apporter devant les tribunaux. Cependant, cette absence de relations sexuelles (régulière ou totale), ajoutée à d’autres éléments d’absence de vie commune a permis de faire annuler des mariages gris (contractés par l’une des deux parties pour obtenir des avantages sociaux ou légaux): une des deux personnes avait menti à l’autre pour obtenir par exemple un titre de séjour, sans intention d’avoir des rapports sexuels, évoque le cabinet de Xavier Labbée.

Pris en compte en cas de viol

Les premiers rapports sexuels n’étant pas toujours consentis, Pauline Mortas a aussi étudié les discours médico-légaux autour de la virginité au XIXe, notamment lors de procès pour viol: «Les ouvrages scientifiques sérieux sur lesquels se base la médecine légale insistent sur l’extrême prudence à avoir sur la virginité anatomique des jeunes filles, contrairement aux ouvrages de vulgarisation scientifique. Car cela aura des conséquences concrètes sur les décisions du tribunal. Ce qui est paradoxal car, malgré cela, les hommes cherchaient tout de même à tout prix une preuve physique de la virginité», illustrant, selon la chercheuse féministe, la tentative de mainmise masculine sur le corps des femmes sous prétexte de le comprendre.

Avec le développement de l’éducation sexuelle et l’accès à la contraception, les injonctions à la virginité et cette prétendue preuve physique via l’hymen ont évolué, même si les demandes médicales autour de la membrane existent encore. Lors de ses études de maïeutique, il a bien été précisé à Carole de déconseiller la chirurgie reconstructrice de l’hymen (hyménoplastie), tout comme la délivrance de certificats de virginité en cabinet de ville, sans valeur médicale ni légale.

«Lorsqu’il n’y a pas de manifestation physique de la rupture de l’hymen, les agresseurs l’utilisent comme argument pour appuyer leur innocence»

Me Isabelle Steyer

De nos jours, en cas de viol ou d’agression sexuelle, le rapport médico-légal est obligatoire et sera utilisé pour attester des blessures liées à l’agression. Il mentionne encore la virginité ou non de la plaignante, sans pour autant faire office de certificat officiel. Cette précision se base sur l’examen gynécologique, ainsi que la déclaration de la victime, explique Isabelle Steyer, avocate au barreau de Paris et spécialisée dans la défense des victimes de viol et de violences conjugales: «C’est un examen obligatoire pour la procédure. Si la plaignante indique avoir été vierge avant le viol, le médecin va déplier l’hymen pour voir s’il y a des cicatrices récentes ou si une perte de virginité date d’avant l’agression. En tenant tout de même compte du fait que l’aspect de l’hymen n’est pas un indice fiable à 100% de la virginité ou non de la personne».

Cet examen va peser ensuite sur les plaidoiries des avocats, poursuit-elle: «Il n’y a aucune formation dans les cursus de droit sur la virginité, déjà qu’il y en a peu sur le viol… Je dois donc démystifier le concept de la virginité lors de ma plaidoirie, prendre en compte les préjugés en cours sur le sujet, mais aussi l’analyse personnelle de la plaignante sur sa virginité. Car cela peut se retourner contre elle: si elle pensait que son hymen était intact alors que ce n’était plus le cas avant l’agression, sa parole peut être discréditée. Si au contraire elle ne se pensait plus vierge mais qu’elle a par exemple un hymen élastique ou même aucun hymen, la contradiction entre ses propos peut aussi lui nuire.»

La défense utilise aussi les préjugés sur la virginité lors des plaidoiries, insiste Isabelle Steyer: «Lorsqu’il n’y a pas de manifestation physique de la rupture de l’hymen, les agresseurs l’utilisent comme argument pour appuyer leur innocence». Concernant les affaires de pédophilies, la question de l’hymen tient aussi une place dans le procès, détaille l’avocate: «Des pédophiles ont par exemple déjà utilisé de petits godemichets pour violer sans toucher à l’hymen de l’enfant, pour ensuite insister sur la virginité de celle-ci et donc clamer leur innocence». Pour les plaignantes adolescentes, ce sera l’âge des premières expériences sexuelles qui jouera en leur défaveur: si la rupture de l’hymen date d’avant l’agression, son absence de consentement risque d’être remise en question.

Fantasmes masculins

Les femmes adultes venant d’accoucher connaissent aussi une facette peu à peu médiatisée des conséquences des fantasmes masculins sur la virginité et ses corollaires. Après une épisiotomie, c’est-à-dire l'incision du périnée lors de l’accouchement pour faire sortir le bébé plus facilement, il n’est pas rare que l’obstétricien pratique le «point du mari». Il s’agit d’un point de suture supplémentaire qui vient resserrer l’entrée du vagin, et par là procurer plus de plaisir à l’homme lors de la pénétration… au détriment du confort et de la vie sexuelle de sa partenaire. Avec, à la clé, des commentaires comme «un vrai vagin de jeune fille!» de la part des obstétriciens.

«Je n'ai jamais été témoin directe de la pratique du point du mari, concède Carole en évoquant ses stages auprès d’obstétriciens, donc je n'ai pas eu l'occasion d'en discuter avec des médecins qui le faisaient. Mais en général, ils se justifient en disant que le point est nécessaire. Il arrive donc qu’on l'enlève soi-même après pour que la patiente ne soit pas gênée par la suite, mais il n'y a pas vraiment de discussion possible

Pauline Mortas a étudié cette préférence pour l’étroitesse du vagin dans Une rose épineuse, en analysant le discours pornographique dans les romans du XIXe, friand du thème de la défloration réalisée par un homme. Ce dernier avait en effet le rôle d’initiateur et surtout d’acteur principal: en agissant concrètement sur le physique et en provoquant une potentielle rupture de l’hymen d’une femme en position passive, il est aussi le premier à «étrenner» son vagin. Ce fantasme vient en outre perpétuer le mythe de l’élargissement progressif du vagin avec l’accumulation des partenaires, sujet de plaisanterie et de mépris, notamment à l’aide de mèmes sur les réseaux sociaux aujourd’hui. Vulves et vagins y sont régulièrement comparés à de la nourriture de plus en plus dégradée ou de plus en plus large.

Le point du mari est un exemple de violence obstétricale… que le Collège national des gynécologues et obstétriciens français, lors de ses 42e Journées nationales début décembre, a choisi d’aborder lors de deux conférences nommées «Ces prétendues violences obstétricales: les enjeux juridiques» et «Comment se prémunir des plaintes pour attouchements sexuels». Des intitulés bizarrement modifiés depuis, avec de jolis guillemets: «Les enjeux juridiques des “violences obstétricales”» et «Pas d'ambiguïté dans les relations avec les patientes». Mais que ces praticiens se rassurent: la minimisation des douleurs des femmes et le poids du sexisme limitent encore le sentiment de légitimité de celles-ci à porter plainte pour mutilation génitale.

*Les prénoms ont été changés.

Fanny Evrard

Newsletters

Mère célibataire, héroïne (éphémère) des ronds-points

Mère célibataire, héroïne (éphémère) des ronds-points

Les mobilisations ont remis sur le devant de la scène médiatique les problématiques économiques et sociales des femmes élevant seules leurs enfants. Tant mieux.

She-Ra et ses copines infligent une bonne baffe féministe au monde des super-héros

She-Ra et ses copines infligent une bonne baffe féministe au monde des super-héros

«She-Ra et les princesses au pouvoir», diffusé sur Netflix depuis novembre 2018, met au goût du jour son ancêtre des années 1980, sororité et problématiques LGBT+ incluses.

Aux États-Unis, la question de l'antisémitisme fait imploser la Women's March

Aux États-Unis, la question de l'antisémitisme fait imploser la Women's March

Deux ans après sa première manifestation, le mouvement se divise. En cause, le refus de l'une des fondatrices de condamner les propos antisémites et homophobes du leader de Nation of Islam.

Newsletters