Égalités / Politique

Où sont les fonds pour la lutte contre les violences faites aux femmes?

Temps de lecture : 5 min

Les associations de lutte contre les violences faites aux femmes ont beau avoir décroché le label «Grande cause nationale 2018», sans moyens, rien ne pourra changer.

À la marche organisée par le mouvement Nous Toutes à Paris, le 24 novembre 2018 | AFP
À la marche organisée par le mouvement Nous Toutes à Paris, le 24 novembre 2018 | AFP

«Quand on a voulu arrêter les morts à cause du tabac, les morts sur la route, on a su ce qu’il fallait faire. Pour les violences sexistes et sexuelles, ça devrait être pareil: mettre de l’argent dans des campagnes de sensibilisation, imaginer un brevet au collège, former, partout, les magistrats, les policiers, tous les professionnels qui sont en contact avec ces femmes…»

Madeline Da Silva, militante féministe appartenant au comité organisateur de la marche Nous Toutes du 24 novembre dernier, est catégorique: «Ce qu’il manque, c’est l’argent qui permettra d’organiser tout cela.» Et si l’argent n’arrive pas, c’est que le sujet des violences sexistes et sexuelles n’est toujours pas une priorité.

Nerf de la guerre

Le constat de la militante est partagé par les auteurs et autrices du rapport «Où est l’argent contre les violences faites aux femmes?», signé conjointement par le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE) et quatre autres conseils et fonds de financement.

Publiée le 22 novembre 2018, c’est la troisième étude du genre, et selon ses résultats, il faudrait au bas mot 506 millions d’euros pour que la lutte contre les violences conjugales puisse être menée efficacement –soit six fois plus que la somme dépensée actuellement, estimée à 79 millions d’euros. Quand à l’hypothèse haute, elle chiffre les dépenses nécessaires à 1,1 milliard d’euros.

«En Espagne, ils parviennent à débloquer un milliard d’euros, rappelle justement Madeline Da Silva, se référant au Pacte d’État contre la violence machiste conclu par les partis politiques espagnols en 2017, mais ici, les subventions ne bougent pas?»

L’argent qu’elle appelle de ses vœux –et les 506 millions que demande le rapport du HCE– a pourtant des buts précis. Les premiers d’entre eux: accompagner convenablement les femmes victimes de violence et soutenir les associations dont le budget n’a pas bougé, alors même que le mouvement #MeToo a provoqué une libération incontestable de la parole –début 2018, débordée par les saisines, l’Association contre les violences faites aux femmes au travail a par exemple dû fermer son standard téléphonique.

«On ne peut pas faire de priorité entre les enjeux de vie ou de mort d’aujourd’hui et ceux de demain.»

Claire Guiraud, secrétaire générale du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes

Ironie de l’histoire: si l’enquête «Où est l’argent contre les violences faites aux femmes?» a seulement traité la question des violences conjugales, et non le spectre entier des violences sexistes et sexuelles, c’est faute de moyens pour faire plus.

Le cas de la prévention passe ainsi à la trappe, «car celui de l’accueil des femmes victimes de violences nous a semblé être le plus absolument urgent», explique Claire Guiraud, secrétaire générale du HCE. «Mais on ne peut pas faire de priorité entre les enjeux de vie ou de mort d’aujourd’hui et ceux de demain, il y a besoin de travailler sur les deux», ajoute-t-elle.

Comme pour la gestion de l’insécurité routière, il faudrait pour cela sans doute imaginer des cours au collège, à l'évidence organiser des campagnes d’affichage, certainement faire en sorte que de nouvelles lois soient votées... Mais pour tout cela, il faut des moyens: c’est le serpent qui se mord la queue.

Valeur statistique d'une vie humaine

Que faire, alors, pour attirer l’attention et motiver les aides financières, du secteur public comme du privé? Mettre du monde dans la rue? C’était l’approche de Nous Toutes. Mais la mobilisation a été rattrapée par l’actualité, le mouvement des «gilets jaunes» effaçant celui des foulards violets.

Faut-il plutôt se tourner vers le coût de ces violences pour la société, comme cela a été fait à de multiples reprises pour le tabagisme ou l’insécurité routière? Le poids de cette dernière a par exemple été estimé à 2,2% du PIB français en 2016, ce qui a servi à motiver la récente baisse de limitation de vitesse de 90 à 80 km/h sur le réseau routier secondaire.

«S’il faut vraiment en arriver là pour convaincre, pourquoi pas, lâche Claire Guiraud de mauvaise grâce. Mais nous, nous préférons une approche qui relève des droits humains.» Il est vrai que l’instrument monétaire peut-être perçu comme cynique.

Catherine Cavalin, chercheuse au Centre d’études européennes de Sciences Po, explique que le calcul de la valeur statistique d'une vie humaine (VSV) est un outil imaginé par l’État lui-même au XVIIIe siècle, justement pour des questions d’insécurité routière, «lorsque les ingénieurs des ponts et chaussées se sont demandé pour la première fois combien cela coûterait de ne pas refaire les ponts ou les ronds-points».

«Depuis, son usage s’est généralisé, continue la chercheuse, pour permettre d’évaluer de nombreuses politiques publiques (coût du cancer, de la pollution atmosphérique, de la délinquance…).»

Accompagnée de quatre autres personnes, Catherine Cavalin s’est donc essayée, en 2015, à chiffrer le coût des violences conjugales pour la société. Il s’agissait de réaliser la comptabilité la plus exhaustive possible des effets de cette violence sur les victimes elles-mêmes, sur leur vie sociale et sur celle de leurs enfants.

Verdict pour l’année 2012, «malgré un véritable manque de données à propos des effets de ces brutalités sur l’enfance»: 3,6 milliards d’euros.

Action et prévention

Alors certes, on dénombre bien moins de décès dus aux violences sexistes et sexuelles –247 en incluant les suicides et victimes collatérales en 2017– qu’aux accidents de la route –3.684 la même année. Mais si l’on s’intéresse aux personnes blessées, en revanche, «225.000 femmes de 18 à 75 ans sont victimes de violences conjugales dans ses formes les plus graves», estime le rapport «Où est l’argent contre les violences faites aux femmes?».

Il complète: chaque année, «84.000 femmes en moyenne sont victimes de viols ou tentatives de viol» –un chiffre qui a atteint 93.000 femmes en 2016. Dans 80% des cas, ces violences sont répétées, et seules 14% des victimes portent plainte.

«Pour qu’une politique de prévention fonctionne, il faut qu’elle s’accompagne d’une action concrète.»

Claire Guiraud, secrétaire générale du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes

Les questions de prévention contre le tabagisme ou l’insécurité routière sont peut-être trop différentes de celle d’un sexisme ancré dans la société pour être comparées. Et d’un point de vue pragmatique, les premières s’auto-financent plus ou moins, aussi, par l’intermédiaire des taxes sur le tabac ou des amendes pour excès de vitesse, deux outils mis en place au fil du combat contre ces causes de mortalité.

«De toute façon, pour qu’une politique de prévention fonctionne, il faut qu’elle s’accompagne d’une action concrète. L’efficacité de l’une comme de l’autre, menée seule, est très limitée», conclut Claire Guiraud.

Le drame de la cause des femmes, c’est précisément qu’il n’y pas assez d’argent pour mener de front l’accueil des victimes et la prévention –celle-là même qui participerait à la prise de conscience générale permettant de renforcer les actions–, ni même, actuellement, suffisamment d’argent pour écouter et accueillir correctement.

Newsletters

Quelles histoires trans le cinéma peut-il raconter?

Quelles histoires trans le cinéma peut-il raconter?

Avec la sortie en salle, le 11 décembre, de «Lola vers la mer» de Laurent Micheli, la question de la représentation des personnes trans à l'écran se pose à nouveau.

Quand les gays devaient draguer dans les toilettes publiques

Quand les gays devaient draguer dans les toilettes publiques

Les pouvoirs publics ont longtemps tenté d'endiguer l'homosexualité masculine, ouvrant une longue tradition de rencontres en extérieur, dans les vespasiennes en particulier.

En Arabie saoudite, les restaurants ne sont plus obligés d'avoir une entrée séparée entre les hommes et les femmes

En Arabie saoudite, les restaurants ne sont plus obligés d'avoir une entrée séparée entre les hommes et les femmes

Une réforme, parmi d'autres, qui masque une répression accrue du pouvoir saoudien.

Newsletters