Monde / Culture

Disney accusé d'appropriation culturelle pour l'expression «Hakuna Matata»

Temps de lecture : 2 min

C'est une phrase kiswahili avant d'être une marque déposée par le groupe.

Capture écran Le Roi Lion | Disney
Capture écran Le Roi Lion | Disney

L’année prochaine, Disney va continuer d’adapter ses classiques en version «live action» avec la sortie d’une nouvelle version du Roi Lion, tout en effets numériques. Mais la sortie prochaine du film a aussi ravivé une vieille polémique.

Depuis quelques semaines, de nombreux articles de médias d’Afrique de l’Est accusent Disney d’appropriation culturelle. En effet, il est récemment ressorti qu’en 2003, Disney avait réussi à enregistrer la phrase «Hakuna Matata» comme une marque déposée pour l’impression textile. C’est-à-dire que l’entreprise peut attaquer en justice une société qui sortirait des t-shirts ornés de cette fameuse expression. «Hakuna Matata» est une chanson composée par Elton John pour le film animé original Le Roi Lion, sorti en 1994. Elle est entonnée dans le film par les personnages Timon et Pumbaa.

Le problème est que «Hakuna Matata» n’est pas une phrase inventée pour les besoins du film, c’est une expression kiswahili qui signifie «pas de problème». Le kiswahili est la langue la plus parlée d’Afrique de l’Est. C’est la langue officielle du Kenya, de la République démocratique de Congo et de l’Ouganda. Elle est aussi utilisée en tant que langue vernaculaire dans une large partie de l’Afrique subsaharienne, parlée par environs 150 millions de locuteurs et locutrices.

En novembre, Cathy Mputhia, une journaliste du Business Daily, un journal kenyan, a rédigé une tribune appelant à ce que le dépôt de la phrase soit un «signal d’alarme» pour que les Africains et Africaines veillent à ce que leur patrimoine soit préservé et continue de leur appartenir.

Pour Ngũgĩ wa Thiong'o, un professeur de littérature comparée à l’Université de Californie, avoir déposé une phrase pareille est une aberration: «Ce serait comme déposer la phrase “comment ça va” où “il pleut des cordes”. C’est une phrase commune qu’on utilise tous les jours. Aucune entreprise ne peux la posséder».

La controverse a parcouru les réseaux sociaux jusqu’à ce qu’une pétition en ligne soit lancée contre le dépôt de la marque «Hakuna Matata». La pétition, qui dénonce une appropriation colonialiste d’une phrase que l’entreprise américaine n’a pas inventée, recueille au moment de la rédaction de cet article environ 35.000 signatures.

Slate.fr

Newsletters

«Salis», le sel d'Australie vu du ciel

«Salis», le sel d'Australie vu du ciel

«Le paysage australien est ancien, unique, dur et stérile», explique la photographe Leah Kennedy. Depuis Perth, elle a survolé une longue chaîne de rivières et de lacs salés de la région de Wongan Hills jusqu'au Lake Moore, situé à...

L'incroyable corruption du commerce légal des opiacés aux États-Unis

L'incroyable corruption du commerce légal des opiacés aux États-Unis

La compagnie pharmaceutique Insys a soudoyé des médecins pour qu'ils prescrivent un spray au fentanyl lié à des centaines de décès. Le procès de ses dirigeants est en cours à Boston.

Polyglotte gay de 37 ans, le candidat démocrate Buttigieg est l'anti-Trump

Polyglotte gay de 37 ans, le candidat démocrate Buttigieg est l'anti-Trump

Une anecdote sur ses talents linguistiques a attiré l'attention sur la modeste campagne présidentielle de ce maire d'une petite ville de l'Indiana.

Newsletters