Société

«Il me dit qu’il part six mois mais qu’il compte me consacrer le reste de sa vie»

Temps de lecture : 5 min

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Faika, une jeune femme qui peine à accepter que l'homme qu'elle aime s'apprête à concrétiser un projet de longue date: partir faire le tour du monde avec un ami.

«Cette fois-ci, c’était bien concret: il allait partir.» | Erik Odiin via Unsplash License by
«Cette fois-ci, c’était bien concret: il allait partir.» | Erik Odiin via Unsplash License by

«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Vous pouvez aussi laisser votre message sur notre boîte vocale en appelant au 07 61 76 74 01 ou par Whatsapp au même numéro. Lucile vous répondra prochainement dans «C'est compliqué, le podcast», dont vous pouvez retrouver les épisodes ici.

Et pour retrouver les chroniques précédentes, c’est par là.

Chère Lucile,

J’ai 25 ans et je suis enfin amoureuse. J’ai rencontré mon copain il y a un peu plus d’un an et demi. Lorsque nous avons commencé notre relation, il m’avait annoncé vouloir partir faire le tour du monde avec l’un de ses meilleurs amis. Puis les mois passèrent et le projet ne se concrétisait pas. Il devait attendre de finir ses études; quant à son ami, il devait prendre le temps de mettre de l’argent de côté. J’ai tout bêtement pensé qu’il ne partirait finalement pas.

Il n’en parlait que rarement et l’une des fois où il avait remis le sujet sur le tapis, je lui avais expliqué que je ne pensais pas être capable de tenir un an à distance, que pour moi, ce serait beaucoup trop dur. Alors de lui-même il avait décidé de raccourcir ce possible projet à six mois, du moins, s’il avait réellement l’occasion de pouvoir partir un jour.

Début juillet, il a obtenu son bachelor et voilà que son projet de partir revenait sur le devant de la scène. Cette fois-ci, c’était bien concret: il allait partir. Comment expliquer cette montée d’angoisse, de tristesse et de colère qui me submergea d’un coup, et qui bien malheureusement me poursuit encore aujourd’hui?

Pour être tout à fait honnête, je pense qu’une part de moi lui en veut de partir avec son ami plutôt qu’avec moi. Je me rends bien compte que je suis tout simplement égoïste, mais c’est plus fort que moi. Je n’arrive pas à faire taire cette petite voix dans ma tête. Celle qui me dit que ma relation ne marchera pas à distance, qu’il se rendra peut-être compte que nous ne sommes pas faits pour être ensemble, qu’il ne m’aime peut-être pas. J’ai peur qu’il lui arrive quelque chose et que je perde ce que j’ai toujours cherché, l’amour de ma vie, celui que pour la première fois je peux imaginer tenir le rôle de père de mes enfants.

Je n’ai jamais aimé vraiment, jusqu’à ce que je le rencontre. Il partira dans un mois maintenant. Ces deux derniers ont été une véritable torture, entre mes larmes et ma colère. J’ai pu me montrer insupportable par moments. Alors que lui est très compréhensif, très à l’écoute. Il a confiance en notre amour, il me dit qu’il part peut-être six mois mais qu’il compte bien me consacrer le reste de sa vie car je suis celle avec qui il veut vivre le restant de ses jours. Alors que moi, j’ai peur et je manque de confiance.

Je partirai les rejoindre trois mois après leur départ et une autre fois lors de la fin de leur voyage. Nous sommes supposés le finir en tête-à-tête et rentrer ensemble pour reprendre notre vie à deux tandis que son ami continuera à voyager quelques mois encore.

Je ne peux pas m’empêcher de me demander si nous allons tenir déjà ces trois premiers mois, si je ne vais tout gâcher à cause de ma peur et de mon manque de confiance.

J’ai tenté de me fixer des objectifs pour ces prochains mois afin de m’aider à surmonter son absence, comme chercher à me perfectionner dans mon domaine professionnel ou prendre des cours de langue. Si cela m’aide à me sentir un peu mieux, je continue de me poser la question: pourquoi est-ce que je me sens aussi mal?

Faika

Chère Faika,

C’est en effet un gros projet que votre compagnon mature dans sa tête depuis un long moment. Ce n’est pas quelque chose qu’il vous impose au dernier moment. À ce titre, et aussi parce que ce n’est techniquement pas une demande déraisonnable, vous ne devriez pas l’empêcher de partir. Il partira donc avec son ami. Pendant ce temps, vous devez essayer de grandir de votre côté, comme il le fera du sien. C’est le moment d’apprendre à accepter que l’homme avec qui vous voulez partager votre vie entière puisse avoir du temps pour lui, qu’il vive ses propres expériences et qu’il revienne vers vous pour les partager. C’est le moment de comprendre que si vous accordez cette liberté de vivre à votre compagnon, il sera également en mesure de vous rendre la pareille quand et si vous en avez un jour besoin.

Je ne vois pas le couple comme deux personnes qui seraient menottées l’une à l’autre jusqu’à ce que la mort les sépare. Pour moi, les preuves d’amour se cachent dans le fait de toujours revenir, pas forcément de rester. Essayez de comprendre de quoi vous avez vraiment peur, ou si c’est seulement de la colère, où se cache votre frustration. Mais je pense que quelle que soit la réponse, ce ne sont que des choses que vous devrez régler de votre côté. Comme si presque tout cela ne le concernait pas.

La confiance, en soi, en l’autre, ce n’est pas automatique. C’est quelque chose qui s’apprend. Et c’est normal d’avoir peur. Vous verrez, je l’espère, que votre compagnon sera lui, toujours heureux de vous retrouver, de partager avec vous son expérience. C’est en vous mettant à l’épreuve que vous gagnerez les preuves de la force de cet amour. Vous êtes un peu confrontée à ce que vit une quantité de couples séparés par la distance. Je le vis moi-même. Je ne vous cache pas qu’il y a parfois de la frustration et de la tristesse mais qu’aussi loin que je puisse aller, je suis toujours heureuse de retrouver les bras aimés.

C’est le moment pour vous de maturer votre propre projet. Non pas comme une vengeance mais pour vous enrichir de cette expérience aussi. C’est normal de douter et d’avoir peur de l’inconnu. Et normal d’être un peu écrasée par la confiance dont semble profiter votre compagnon. Mais vous découvrirez que cette liberté que vous vous donnez, c’est une richesse sans pareille. C’est la meilleure manière de se donner les moyens de vivre le plus longtemps possible avec l’autre. Accepter que, malgré l’amour, vous soyez deux individualités qui se respectent et respectent leurs désirs, c’est un pas considérable pour l’égalité et le partage. Vivez, ensemble et chacun de votre côté, et vous aurez toujours des choses à vous raconter.

Lucile Bellan Journaliste

Newsletters

L'avenir des villes est sous nos pieds

L'avenir des villes est sous nos pieds

La crise climatique va rendre des villes entières inhabitables, il est temps de descendre sous terre.

Faire preuve de gentillesse rallongerait votre espérance de vie

Faire preuve de gentillesse rallongerait votre espérance de vie

Une raison de plus de répandre le bien autour de vous dans ce monde de brutes.

Mentalisme, voyance et charlatans, où est l'arnaque?

Mentalisme, voyance et charlatans, où est l'arnaque?

Les mentalistes lisent dans vos pensées, devinent votre code de carte bleue, et sont parfois capables de tordre des cuillères par la force de l'esprit. Mais les techniques de ces magicien·nes peuvent aussi être utilisées par des charlatans, qui...

Newsletters