Santé / Sciences

La solitude est vraiment mortelle

Temps de lecture : 2 min

Quels que soient le sexe ou la race, l'isolement social augmente la mortalité toutes causes confondues.

 Il marche seul  | Pensiero License by

Les effets délétères de la solitude sur la santé sont connus depuis de nombreuses années. Mais jusqu'à aujourd'hui, la majorité des études sur le sujet portaient sur des femmes et des hommes blancs. Un travail en passe d'être publié dans la revue American Journal of Epidemiology est l'un des premiers à corréler de manière prospective l'isolement social, la mortalité toutes causes confondues et le risque de développer des maladies cardiaques sur un large échantillon (580.182 personnes) ethniquement diversifié et suivi pendant trente ans. Il en ressort que la solitude augmente le risque cardiaque et la mortalité toutes causes confondues chez tous les individus, quels que soient leur sexe et leur race, et qu'elle augmente spécifiquement le risque de cancer chez les femmes et les hommes blancs.

Menée par Kassandra Alcaraz, membre de la société américaine de cancérologie et spécialiste des inégalités en matière de santé, l'étude pondère plusieurs marqueurs de l'isolement social –statut marital, fréquentation de services religieux, participation à des activités collectives et associatives, nombre d'amis et de proches, etc.– pour concevoir une échelle de la solitude en 5 points. Par exemple, une personne mariée, se rendant fréquemment à l'église, membre de plusieurs associations et pouvant compter sur sept vrais amis ou plus reçoit un score de 0 (le minimum de solitude), quand le célibataire athée sans la moindre carte de club et ayant moins de sept amis dans sa vie chiffre à 4 (5 étant le top de l'abandon).

Globalement, les chercheurs observent que l'origine ethnique est un prédicteur plus fort d'isolement social que le sexe: les femmes et les hommes blancs ont plus de chances d'être dans le haut du panier des interactions sociales que leurs homologues noirs. Et chez les Blancs, les risques de la solitude pèsent plus lourdement sur les femmes que sur les hommes, avec des corrélations généralement plus solides durant les quinze premières années de suivi.

«Notre étude indique qu'une mesure composite de l'isolement social est un prédicteur solide du risque de mortalité chez les hommes, les femmes, les Noirs et les Blancs», écrivent les scientifiques. «Comparés aux moins isolés, les femmes et les hommes noirs ont plus de deux fois plus de risque de mourir quelle qu'en soit la cause, tandis que chez les Blancs, les hommes et les femmes ont respectivement 60% et 80% de risque supplémentaire.»

Selon les chercheurs, à l'heure du développement de la médecine de précision, l'analyse de telles associations entre socialité et santé devrait gagner en importance clinique, tant l'isolement semble un facteur de mortalité indépendant aussi notable que d'autres plus connus comme l'obésité, la sédentarité ou encore le manque d'accès aux services de santé.

Newsletters

L'obésité ne diminue pas au Royaume-Uni

L'obésité ne diminue pas au Royaume-Uni

Le bilan des politiques publiques en la matière n'est pas brillant.

Pendant que le Covid-19 progresse, d'autres maladies infectieuses régressent

Pendant que le Covid-19 progresse, d'autres maladies infectieuses régressent

La grippe notamment enregistre des taux extrêmement bas par rapport aux moyennes des dernières années.

La modernité a fait de nous une civilisation en proie à l'addiction

La modernité a fait de nous une civilisation en proie à l'addiction

[TRIBUNE] Il est temps de prendre conscience du déni qui creuse le puits sans fond de notre consommation effrénée.

Newsletters