Monde

Le porte-parole de la Maison Blanche se moque de Sarah Palin

Temps de lecture : 2 min

Robert Gibbs, le porte-parole de la Maison Blanche, s'est bien amusé pendant le très sérieux point de presse quotidien de la présidence des Etats-Unis, mardi. Interrogé sur la coopération entre démocrates et républicains au Congrès sur la réforme de la santé, Gibbs a regardé en riant sa main barrée d'écritures noires. Il singeait Sarah Palin, dont tout le monde avait remarqué les antisèches pendant la «tea party» de Nashville.

«Oh j'ai écrit quelques trucs là», a lâché Gibbs en baissant les yeux vers la paume de sa main. «J'ai écrit “oeufs, lait, pain”. J'ai aussi écrit “hope” (espoir) et “change” (changement), au cas où j'oublierais!», a raillé le porte-parole, qui a accompagné Obama pendant toute sa campagne sur ces thèmes. L'ancienne colistière de John McCain, elle, avait écrit des mots clés à ne pas oublier, comme «énergie», «budget» ou «taxes». La petite aide maison de Sarah Palin a provoqué d'autant plus de comentaires qu'elle-même venait de se moquer de Barack Obama et de son goût pour les prompteurs.

Robert Gibbs, décidément inspiré quand il s'agit de Palin, a également commenté l'organisation de la conférence de Nashville, qui lui est apparu comme «une entreprise privée couronnée de succès». Il faisait allusion au cachet de 100.000 dollars qui aurait été perçu par Palin pour participer à la conférence et ce que les participants ont payé pour assister à son discours (entre 349 et 549$).

[Lire l'article complet sur le Washington Post]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Sarah Palin en août 2009 via Flickr

Newsletters

Internet ne tient qu'à 420 câbles: l'Europe est-elle prête à les protéger?

Internet ne tient qu'à 420 câbles: l'Europe est-elle prête à les protéger?

Les grandes puissances se livrent une bataille sans merci pour le contrôle des autoroutes de l'information sous-marines.

Communiqués

Communiqués

Remplacer le mot «femme» par «personne qui a ses règles» est-il vraiment inclusif?

Remplacer le mot «femme» par «personne qui a ses règles» est-il vraiment inclusif?

Aux États-Unis, l'emploi du mot «femme» est de plus en plus controversé. Mais suivre la logique de certains activistes s'avère périlleux.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio