Monde / Économie

Les économistes craignent de voir des «gilets jaunes» aux quatre coins du monde

Temps de lecture : 6 min

Si la personne et la politique d'Emmanuel Macron étaient seules responsables de la colère des «gilets jaunes», le problème serait simple et circonscrit à la France.

Manifestation des «gilets jaunes» à Marseille le 8 décembre 2018. | Boris Horvat / AFP • Carte du monde via Wikimedia Commons License by • Montage Slate.fr
Manifestation des «gilets jaunes» à Marseille le 8 décembre 2018. | Boris Horvat / AFP • Carte du monde via Wikimedia Commons License by • Montage Slate.fr

La France va bien ou, plus exactement, beaucoup de Français vont très bien. Selon les estimations des spécialistes du Crédit Suisse, publiées dans le Global Wealth Report 2018, le nombre de millionnaires s'y est accru de 259.000 entre la mi-2017 et la mi-2018. Ainsi 2.147.000 personnes y détiendraient un patrimoine supérieur à un million de dollars (environ 882.000 euros). Au cours de cette période, seuls les États-Unis ont connu une progression plus rapide du nombre de leurs millionnaires. Et le patrimoine moyen s'établirait à 280.580 dollars (près de 247.000 euros) par adulte dans notre pays, au dixième rang mondial.

Fort bien, dira-t-on, cela prouve qu'une minorité de gens s'en sortent très bien, mais cela ne donne pas une idée juste de la situation de la plupart des Français et Françaises. C'est effectivement vrai si l'on s'en tient au chiffre moyen, obtenu en divisant le patrimoine de l'ensemble des Français par le nombre des adultes: de très gros patrimoines font monter la moyenne, mais en réalité la plupart des gens se situent nettement au-dessous de ce chiffre. Pour aller plus loin dans l'analyse, il faut regarder le patrimoine médian, celui qui divise les Français en deux groupes d'égale importance, ceux qui sont au-dessus de ce chiffre et ceux qui sont au-dessous. Sans surprise, on constate qu'il est sensiblement inférieur, à 106.830 dollars (autour de 94.000 euros). Toutefois, avec ce chiffre, la France arrive au cinquième rang dans le monde, grâce à sa politique active de lutte contre les inégalités. À l'opposé, on observe le cas caricatural des États-Unis, qui arrivent au troisième rang mondial par le niveau du patrimoine moyen par adulte, avec 404.970 dollars (environ 357.000 euros), juste derrière la Suisse et l'Australie, très loin devant la France, mais ne se situent qu'à la dix-huitième place par le patrimoine médian, avec seulement 61.670 dollars (près de 54.000 euros), loin derrière la France.

Entrée dans l'ère de la colère

Ces chiffres ne peuvent évidemment pas faire oublier les réelles difficultés auxquelles se heurte ici une partie de la population; ils ne doivent pas inciter à relâcher les efforts de justice sociale. Mais ils montrent que la situation des plus défavorisés est plus difficile dans la plupart des autres pays. Et ce constat ne doit pas nous satisfaire: il révèle au contraire l'ampleur des problèmes qui sont à résoudre dans le monde et la force des mouvements auxquels il faut faire face. À l'échelle mondiale, la moitié des adultes possèdent collectivement moins de 1% de la richesse totale. À l'opposé, les 10% les plus riches en détiennent 85% et, au sommet de la pyramide, 1% détient 47% du total.

Et il n'est pas du tout certain que nous allions dans la direction d'une plus grande justice. Dans un discours très remarqué prononcé le 4 décembre dernier à Washington, Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), a prévenu: «D'ici à 2040, les inégalités pourraient dépasser tous les records». Le tableau dressé par l'ancienne ministre de l'Économie de Nicolas Sarkozy est saisissant: «La puissance des monopoles technologiques, la faiblesse des États et l’inefficacité des politiques nationales risqueraient d’étouffer la réussite des jeunes entreprises. Les progrès dans le domaine de la santé pourraient permettre aux plus riches de vivre plus de 120 ans, alors que des millions d’autres croupiraient dans l’extrême pauvreté et la maladie». La conclusion est claire: si nous ne faisions rien, «nous pourrions entrer dans l'ère de la colère».

Des processus qui peuvent mal finir

D'autres organisations internationales dressent un constat similaire. C'est notamment le cas de la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (Cnuced) dont le dernier rapport se révèle un violent réquisitoire contre l'idéologie dominante: «Le malheur a voulu que la révolution numérique ait lieu à une époque néolibérale. Depuis quarante ans, un mélange d’illusionnisme financier, de pouvoir débridé des grandes sociétés et d’austérité économique a mis en pièces le contrat social apparu après la Seconde guerre mondiale». Dans tous les pays, quelques grandes entreprises exportatrices se sont imposées; ensemble elles ont pris le contrôle du commerce mondial et sont en position de s'affranchir de leur responsabilité sociale dans leur pays d'origine.

Le développement des nouvelles technologies risque fort de conduire à un nouveau renforcement de leur pouvoir et à un partage des revenus plus favorable au capital qu'au travail. Marx n'est pas mort! Les dirigeants de la Cnuced ne cachent pas leur inquiétude face aux conséquences possibles d'une telle évolution. «Maints économistes ont noté que la montée des inégalités, conjuguée à la propension plus élevée des riches à épargner, crée un penchant à la sous-consommation ou, à l’inverse, a favorisé une consommation par endettement rendue possible par la déréglementation financière. L’un et l’autre processus finissent souvent mal.» Le second processus ainsi décrit est effectivement celui qui a conduit à la crise de 2008.

Les inégalités pèsent sur l'économie

Les économistes de l'OCDE font un constat analogue. Leur langage est généralement plus mesuré et leur analyse évite les jugements doctrinaux, mais les préoccupations sont les mêmes. Dès 2015, ils avaient jugé nécessaire de publier un rapport intitulé Tous concernés: pourquoi moins d'inégalité profite à tous, avec, dans l'avant-propos, cette observation sur la marche du monde avant et après la crise de 2008: «Au cours des décennies ayant précédé la Grande récession, la croissance économique bénéficiait déjà de manière disproportionnée aux catégories à hauts revenus, tandis que les ménages à bas revenus étaient laissés pour compte. Depuis la crise, les disparités se sont aggravées et, dans de nombreux pays de l'OCDE, les inégalités atteignent désormais leur plus haut niveau depuis que des données sont recueillies».

Avec ce rapport, l'OCDE a franchi une étape. En effet, les auteurs ont trouvé un nouvel argument destiné à faire réfléchir les responsables politiques qui pourraient être tentés de faire preuve d'une certaine négligence face à la montée des inégalités: celles-ci «ont tendance à peser sur la croissance du PIB». Là, l'affaire devient sérieuse: si les inégalités menacent le business, il faut peut-être commencer à s'en préoccuper! Depuis lors, le secrétaire général de l'OCDE n'arrête pas d'enfoncer le clou, ainsi qu'il l'a fait encore en 2018 dans son rapport annuel aux ministres des trente-six pays membres de l'organisation: «Nous avons concentré notre attention sur le mécontentement grandissant que suscite la mondialisation et sur les moyens d'y porter remède. Notre conclusion est sans appel: pour préserver l'ouverture, nous devons faire en sorte que la mondialisation profite à tous et ne laisse personne de côté».

Un nouveau contrat social?

Comment faire? Christine Lagarde semble croire qu'il suffira d'un peu d'«ingéniosité» pour résoudre le problème en s'attaquant à trois questions: de nouvelles règles du commerce international pour désamorcer les tensions, de nouvelles règles en matière d'impôts pour éviter que les grandes entreprises n'aient trop de possiblités d'optimisation fiscale et que les États ne se lancent dans une concurrence dévastatrice, et enfin la mise en œuvre de l'accord de Paris sur le climat et la progression vers une économie sans carbone.

L'ingéniosité suffira-t-elle? Comme le suggère la dernière livraison de la revue Finance et Développement du FMI, «nous avons besoin d'un nouveau contrat social pour créer un sentiment de sécurité dans notre économie mondialisée où les changements sont rapides». Cette idée d'un nouveau contrat social, on la retrouve souvent en France dans les commentaires sur la crise des «gilets jaunes». Il ne reste plus qu'à la traduire dans les faits...

Des citoyens peu entendus

On pourrait imaginer que des dirigeantes et dirigeants politiques éclairés prennent d'eux-mêmes les dispositions nécessaires. Cela supposerait que l'environnement international le leur permette et que leurs entreprises ne se retrouvent pas face à des concurrents ayant peu de contraintes sociales. Ce scénario est peu probable. L'essentiel des progrès ne pourrait se faire que de façon coordonnée, dans le cadre de nos institutions internationales. L'arrivée au pouvoir de dirigeants comme Donald Trump ou Jair Bolsonaro laisse penser qu'il ne faut pas beaucoup attendre d'une telle coopération. Pourtant, il faudrait aller vite. Ce qu'on a vu en France avec les «gilets jaunes» peut se retrouver ailleurs, sous d'autres formes, ainsi que la montée du populisme ou de partis extrémistes le montre dans de nombreux pays.

À l'OCDE, on a compris depuis longtemps que la hausse du PIB ne peut seule faire le bonheur. Ses statisticiens ont entrepris de «mesurer le bien-être», non pas pour le plaisir de faire de belles statistiques, mais afin de donner aux gouvernants des pistes d'action pour améliorer réellement le bien-être de leurs populations.

Dans un chapitre consacré au rapport entre gouvernance et bien-être, on découvre que les citoyens interrogés dans vingt-huit pays, dont la France, se sentent encore plus éloignés des institutions politiques que leur taux de participation aux consultations électorales ne pourrait le laisser penser. Quand on leur demande s'ils ont le sentiment d'avoir leur mot à dire concernant l'action des pouvoirs publics, seul un tiers d'entre eux répond positivement.

Et l'on s'étonnera après de se retrouver face à des mouvements politiques ou sociaux échappant à toute analyse et à tout contrôle...

Gérard Horny Journaliste

Newsletters

De plus en plus de villes américaines arrêtent de recycler

De plus en plus de villes américaines arrêtent de recycler

Depuis que la Chine a arrêté d'importer des déchets plastique et papier en 2018, des centaines de villes des États-Unis n'ont plus les moyens de recycler.

L'Union européenne sera-t-elle la grande gagnante du Brexit? (C'est bien possible)

L'Union européenne sera-t-elle la grande gagnante du Brexit? (C'est bien possible)

La Grande-Bretagne est en train de perdre la bataille idéologique et économique contre une Europe qui ne s'est jamais sentie aussi forte.

Le culte de Breivik

Le culte de Breivik

L’auteur de la tuerie d'Utøya est devenu une icône pour toute une génération de terroristes d’extrême droite.

Newsletters