Monde

En Angleterre, des humoristes sommés de garantir par écrit qu'ils n'offenseront personne

Temps de lecture : 2 min

Plusieurs humoristes invités à se produire à la School of Oriental and African Studies de Londres ont reçu un «contrat de comportement» à signer.

Spectacle de stand-up | NICK VIDAL-HALL via Flickr CC License by
Spectacle de stand-up | NICK VIDAL-HALL via Flickr CC License by

Cinq humoristes invités à se produire dans une université de Londres ont reçu des contrats dans lesquels ils devaient s'engager à traiter leurs sujets de «façon respectueuse et bienveillante». Les étudiants qui ont organisé cette soirée à la prestigieuse School of Oriental and African Studies ont voulu s'assurer à l'avance que personne dans le public ne se sentirait offensé par les blagues. Ils ont donc envoyé à chaque humoriste participant un texte expliquant qu'ils voulaient «procurer un safe space», soit un espace sécurisé, dans lequel tout le monde puisse écouter du stand-up.

«En signant ce contrat, vous acceptez notre politique de tolérance zéro envers le racisme, le sexisme, les discriminations fondées sur la classe sociale, l'âge et le handicap, ainsi que l'homophobie, la biphobie, la transphobie, la xénophobie, l'islamophobie, l'antireligion et l'anti-athéisme», ont écrit les étudiants.

«Tous les sujets doivent être présentés d'une façon respectueuse et bienveillante. Cela ne veut pas dire que tous les sujets ne peuvent pas être discutés. Mais cela doit être fait d'une façon respectueuse et non-injurieuse».

Connaître le travail des humoristes invités pourrait probablement suffir à assurer que leurs blagues ne soient pas racistes et misgoynes. Mais les étudiants ont pensé qu'une garantie supplémentaire était nécessaire.

L'existence de ce contrat a été rendue publique par Konstantin Kisin, un humoriste qui a décidé de ne pas participer à cette soirée dans ces conditions. Sur Twitter, il a partagé un extrait du contrat et écrit que le titre du document («formulaire du contrat de comportement») l'avait «presque fait vomir.»

«Evidemment que les humoristes ne doivent pas pouvoir aller sur scène avec l'intention d'être raciste ou homophobe, a-t-il expliqué au Guardian. Mais les comédiens expérimentent et repoussent les limites... Il est vital qu'on ne les empêche pas d'expérimenter ou qu'on ne les force pas à signer des contrats.»

En effet, un des problèmes est qu'il peut être très difficile de déterminer quelle blague n'est pas assez «respectueuse» ou «bienveillante». Récemment à New York, l'humoriste Nimesh Patel a été expulsé de la scène à Columbia University car une de ses blagues avait été jugée offensante. Il avait dit qu'il était sûr que l'homosexualité ne pouvait pas être un choix car il y avait plein de gays afro-américains dans son quartier, et que personne ne serait assez fou pour choisir d'avoir deux désavantages, deux raisons potentielles d'être discriminé. Cette blague censée souligner le privilège d'être hétéro et blanc a donc été vue comme offensante.

Slate.fr

Newsletters

Polyglotte gay de 37 ans, le candidat démocrate Buttigieg est l'anti-Trump

Polyglotte gay de 37 ans, le candidat démocrate Buttigieg est l'anti-Trump

Une anecdote sur ses talents linguistiques a attiré l'attention sur la modeste campagne présidentielle de ce maire d'une petite ville de l'Indiana.

Renaud Camus, les idées derrière les balles de l'attentat de Christchurch

Renaud Camus, les idées derrière les balles de l'attentat de Christchurch

L'attentat de Christchurch prouve que l'idéologie développée par Renaud Camus dans «Le Grand remplacement» a fait son chemin dans les esprits des extrémistes blancs.

Quatre ans après son élection, Justin Trudeau ne fait plus rêver personne

Quatre ans après son élection, Justin Trudeau ne fait plus rêver personne

À quelques mois des élections fédérales, le Premier ministre canadien fait face à un scandale politique qui déchire son parti. Il ne peut que difficilement compter sur son bilan pour se relever.

Newsletters