Égalités / Société

Encore une nouvelle inégalité filles-garçons à l'école

Temps de lecture : 4 min

Une étude le démontre de manière flagrante.

Un cours de soutien scolaire à Bordeaux | Pierre Andrieu / Archives / AFP
Un cours de soutien scolaire à Bordeaux | Pierre Andrieu / Archives / AFP

Le Cnesco, le conseil national de l’évaluation du système scolaire, vient de publier une étude sur l’orientation intitulée «Comment l’école française aide-t-elle les élèves à construire leur orientation?». Il y a beaucoup d’éléments très instructifs dans ce travail qui, en plus de mettre avant des initiatives heureuses en France et à l’étranger, accorde une large part au ressenti des élèves, sur la base d’une enquête effectuée par le Crédoc sur un échantillon de 1.158 jeunes de 18 à 25 ans, sélectionnés selon la méthode des quotas (sexe, âge, situation vis-à-vis de l’emploi, taille de l’agglomération de résidence, niveau de diplôme). Le constat après enquête est celui ci:

«L’orientation a constitué une source de stress pour deux tiers des jeunes. Ce sentiment a touché davantage les filles, les étudiants/diplômés de l’enseignement supérieur et les enfants d’ouvriers/employés (…) Les filles, les élèves hors éducation prioritaire et ceux qui ont poursuivi leurs études en voie générale se considèrent moins accompagnés par l’institution scolaire (…) Le coût des études conduit un élève sur trois à renoncer à certaines filières.»

Les jeunes femmes particulièrement concernées par le renoncement

Une étude qui tombe au moment même où l’orientation, c’est-à-dire le choix que chacun et chacune fait pour sa scolarité et la suite de ses études, est un des sujets centraux des revendications des lycéens mobilisés dans les manifestions qui s’enchaînent depuis deux semaines. Ces élèves désapprouvent la réforme du lycée et du bac (soit une nouvelle manière d’organiser les options et de personnaliser son parcours) et Parcoursup, dont on a vu l’année dernière que l’application n’avait pas satisfait tous les acteurs, loin de là. L’orientation est inégalitaire socialement, on se sent plus ou moins libre de faire ses choix à résultat égal suivant son milieu d’origine. Parfois les options ne sont tous simplement pas disponibles, on sait que c’est un enjeu pour le petits lycées ou dans les régions où les établissements sont éloignés les uns des autres.

«Les jeunes femmes sont particulièrement concernées par le renoncement: 78% des filles ont renoncé à une orientation envisagée, contre 64% des garçons»

Rapport du Cnesco

À ces inégalités, d’ailleurs déjà existantes comme le montre le rapport, s’ajoute une inégalité fille-garçons que je n’ai jamais encore vue figurer dans les slogans de manifs:

«Les jeunes femmes sont particulièrement concernées par le renoncement: 78% des filles ont renoncé à une orientation envisagée, contre 64% des garçons. Ce phénomène tient notamment au coût et à la durée des études: 25% des jeunes femmes renoncent à cause de la durée des études et 36% en raison de leur coût (contre respectivement 18% et 21% des jeunes hommes). Les aspirations des filles sont cependant souvent supérieures à celles des garçons à 15 ans (à performance et origine sociale fixée): on peut donc faire l’hypothèse qu’au fil du parcours elles sont plus conduites à renoncer à leur première idée.»

Cela devrait tous et toutes nous indigner. Quand les femmes adultes luttent contre les inégalités qu’elles subissent –inégalités salariales et domestiques– se rappellent-elles que, pour une partie d’entre elles, tout était déjà plié très tôt dans leur vie? Que le renoncement et l’autocensure font partie de l’histoire même de leur éducation? Et les hommes, en ont-ils conscience?

L’orientation genrée désavantage tout le monde

C’est aussi l’occasion de rappeler que les filles sont majoritaires chez les meilleurs élèves. Mais à la fin elles ne le sont ni dans les filières d’élite, ni dans les conseils d’administration, ni dans les cabinets ministériels, ni parmi les élus du peuple.

Bien entendu, tout le monde n’a pas envie de travailler dans un cabinet ministériel, mais le fait que les filles renoncent davantage à leur première idée d’orientation scolaire et professionnelle est tout simplement insupportable. Il ne faut pas croire que ceci vaut condamnation de l’institution scolaire, qui serait seule responsable de tout. D’ailleurs le rapport donne d’utiles précisions sur ce qui influence les élèves dans leur choix:

«Faute de programmes d’orientation qui leur sont dédiés comme dans certains pays anglo-saxons, les familles peuvent aussi embarquer préjugés et stéréotypes et concourir à l’autocensure de leurs propres enfants, notamment dans les milieux défavorisés.»

Comprendre très tôt qu’en tant que filles et filles des classes populaires, il faudra raboter ses désirs. Ou pire, ne même pas commencer à avoir l’idée que sa vie pourrait être différente.

Donc même si le ressenti sexué, la capacité à se sentir libre de ses choix et de sa vie, ne se construit pas uniquement dans la scolarité, l’école devrait pouvoir jouer un rôle –des initiatives heureuses en ce sens existent: association filles et maths, projets initiés dans des établissements, des profs investis et conscients, etc. Mais un programme un peu plus ambitieux et surtout plus précoce avait été lancé en 2013. Il s’appelait les ABCD de l’égalité et visait à déconstuire les stéréotypes genrés. Las, il a provoqué des réactions hystériques de conservateurs de tous poils, le gouvernement (Benoît Hamon occupait le ministère de l’Éducation et Najat Vallaud-Belkacem celui des Droits des femmes) a reculé un peu rapidement et les ABCD furent enterrés discrètement.

On peut ajouter que, comme le note Nathalie Mons, la présidente du Cnesco, l’orientation genrée désavantage tout le monde, y compris les garçons qui pourraient imaginer de travailler dans les secteurs du care (le soin) et de l’aide à la personne, qui offrent aujourd’hui des emplois. Mais celles à qui on n'aura même pas laissé penser qu’elles pourraient avoir des ambitions différentes, nouvelles, inédites, subissent génération après génération la double injustice: comprendre très tôt qu’en tant que filles et filles des classes populaires, il faudra raboter ses désirs. Ou pire, ne même pas commencer à avoir l’idée que sa vie pourrait être différente.

Le féminisme est un combat pour l’égalité qui devrait se mener avant que les dés soient jetés. Il commence au berceau et sur les bancs de l’école. Ce combat est loin d’avoir été gagné, il est crucial. Car personne ne naît avec l’idée de renoncer à ses désirs et ses possibilités.

Louise Tourret Journaliste

Newsletters

#EnaZeda, le #MeToo tunisien qui dénonce le harcèlement des femmes

#EnaZeda, le #MeToo tunisien qui dénonce le harcèlement des femmes

Dans l'un des pays les plus progressistes du monde arabe, des femmes appellent à briser l'omerta sur les violences sexuelles.

Laurence Rossignol dénonce la «présomption de mensonge qui pèse sur la parole des femmes»

Laurence Rossignol dénonce la «présomption de mensonge qui pèse sur la parole des femmes»

Laurence Rossignol, sénatrice de l'Oise (PS), s'exprime sur les défaillances du système pour protéger les femmes victimes de violences conjugales.

Pour un partage des tâches égalitaire, la bonne volonté des hommes ne suffit pas

Pour un partage des tâches égalitaire, la bonne volonté des hommes ne suffit pas

Si les couples hétéros sont de plus en plus favorables à une répartition moins genrée des corvées, la révolution domestique est encore bien difficile à mener.

Newsletters