Médias / Monde

Aux États-Unis, on s'informe plus sur les réseaux sociaux qu'en lisant les journaux

Temps de lecture : 2 min

Bientôt le cas en France?

Une image qui appartient au passé. | Roman Kraft via Unsplash CC License by
Une image qui appartient au passé. | Roman Kraft via Unsplash CC License by

Selon une récente étude du Pew Research Center de Washington, les adultes américains s'informent dorénavant davantage sur les réseaux sociaux qu'en lisant les journaux papiers.

Menée du 30 juillet au 12 août 2018, la recherche affirme qu'aux États-Unis, un adulte sur cinq s'informe régulièrement via les réseaux sociaux. Un taux légèrement supérieur aux 16% qui lisent un journal. Cette percée de Facebook ou Twitter n'est pas surprenante au regard de leur popularité grandissante auprès du jeune public.

Le centre de recherche précise que ces résultats sont la conséquence d'une «baisse constante» des ventes de journaux papiers depuis plusieurs années, combinée à une «modeste augmentation» des usages des réseaux sociaux.

Chacun son média

Ces moyens de communication sont pourtant devancés largement par trois autres. La télévision arrive en tête des sondages, et de loin, avec 49%. Suivie par les sites internet à hauteur de 33% et de la radio qui regroupe 26% d'adeptes.

L'âge tient aussi un rôle important dans ces préférences. Le journal et la télévision sont encore populaires chez les 65 ans et plus, mais minoritaires pour les 18-29 ans. Ces derniers préfèrent nettement des médias plus modernes comme les réseaux sociaux et les sites internet. Les chiffres relevés laissent apparaître que plus un sondé est âgé, plus il va apprécier s'informer avec la télé et les journaux.

L'étude souligne qu'entre 18 et 49 ans, les individus ne privilégient pas une plateforme en particulier mais cherchent les informations sur plusieurs supports.

Slate.fr

Newsletters

La présence médiatique de la Chine en Afrique, un instrument politique d'État

La présence médiatique de la Chine en Afrique, un instrument politique d'État

Les grands chantiers africains de Pékin affolent Washington, mais ses initiatives médiatiques sont plus dangereuses encore.

Comment Glenn Greenwald est devenu l'ennemi public n°1 de Bolsonaro

Comment Glenn Greenwald est devenu l'ennemi public n°1 de Bolsonaro

Depuis l'élection présidentielle, le journaliste a transformé sa maison en bunker, tandis qu'une pétition réclamant son exil et des menaces de mort à son encontre pleuvent sur les réseaux sociaux.

Oriana Fallaci, de Khomeini à l'islamophobie

Oriana Fallaci, de Khomeini à l'islamophobie

Elle a interviewé la plupart des personnalités de son temps avant de se répandre en écrits anti-Islam favorisant la xénophobie.

Newsletters