Égalités / Culture

Les bibles distribuées aux esclaves étaient expurgées de certaines références

Temps de lecture : 2 min

Une bible de missionnaires anglais ne comportait que 10% de l'Ancien Testament.

L'éducation est une arme | Aaron Burden via Unsplash CC License by
L'éducation est une arme | Aaron Burden via Unsplash CC License by

Le musée de la Bible à Washington D.C. (un musée proche des évangélistes) abrite un document extrêmement rare: une bible utilisée dans les années 1800 par des missionnaires britanniques pour convertir et évangéliser les esclaves importés aux États-Unis. L'ouvrage appartient à l'université de Fisk.

Uniquement trois copies de cette bible sont connues dans le monde, dont une seule aux États-Unis. Ce qui les rend réellement uniques, c’est ce qu’elles contiennent. «Environs 90% de l’Ancien Testament est manquant ainsi que 50% du Nouveau Testament, explique Anthony Schmidt, l'un des conservateurs du musée. C’est-à-dire que sur les 1.189 chapitres dans une bible protestante standard, celle-ci n’en compte que 232.»

Cette édition de la bible a en fait été expurgée de tous les passages qui pouvaient inspirer la rébellion ou la libération. C’est pour cette raison que l’Ancien Testament, en grande partie consacré à l’exode des Juifs d’Égypte où ils étaient réduits en esclavage, est quasiment absent de cette version.

Éviter les révoltes

La bible est un livre complexe qui compile des écrits variés, émanant de dizaines de mains différentes, rédigés sur plusieurs siècles. En coupant certains passages pour en privilégier d’autres, on peut donc lui faire porter des messages différents, voire opposés. Dans cette version réservée aux esclaves, le verset «Il n'y a plus ni Juif ni Grec, il n'y a plus ni esclave ni libre, il n'y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus-Christ» (Galates 3:28) est supprimé, mais «Serviteurs, obéissez à vos maîtres selon la chair, avec crainte et tremblement, dans la simplicité de votre coeur, comme à Christ» (Éphésiens 6:5) est conservé.

Il y a plusieurs théories sur le contexte de la création de cette bible. La principale est que les esclavagistes des Caraïbes s’opposaient à ce que des missionnaires puissent évangéliser les esclaves africains qui leurs appartenaient. «Cette bible peut être interprétée comme une manière de dire “Nous voulons convertir ces Africains mais nous n’allons pas leur apprendre quoi que ce soit qui puisse inciter une rébellion”», détaille Anthony Schmidt.

Newsletters

Avec le coronavirus, un travail du sexe encore plus précarisé

Avec le coronavirus, un travail du sexe encore plus précarisé

Pour les travailleurs et travailleuses du sexe, le Covid-19 prouve qu'il est plus que temps de changer de paradigme et de trouver des alternatives à la répression.

Urgences et confinement: respecter ou pas la loi sur l'IVG?

Urgences et confinement: respecter ou pas la loi sur l'IVG?

Le gouvernement garde le silence face à l'appel de soignant·es et de personnalités politiques qui s'inquiètent du risque qui pèse sur le droit à avorter pendant l'épidémie.

Migration: quand le stigmate change de camp

Migration: quand le stigmate change de camp

Le cas des Européen·nes bloqué·es ou expulsé·es de pays étrangers nous invite à réfléchir au sens profond de la liberté de circulation.

Newsletters